MENU / RECHERCHE
docteurclic se construit chaque jour avec vous. Rejoignez nous sur
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON, cliquez pour vérifiez
VOUS RECHERCHEZ
MON DOSSIER SANTÉ
Publicité
Accueil > santé au quotidien > maladies infectieuses > virus ebola : prévention et traitement (oms)

Virus EBOLA : prévention et traitement (OMS)

À LIRE DANS CET ARTICLE
Virus EBOLA : prévention et traitement (OMS)

À LIRE AUPARAVANT

Maladies virales

Prévention et traitement

l n'existe pas de vaccin homologué contre la maladie à virus Ebola. Plusieurs vaccins en sont au stade des essais, mais aucun n'est disponible pour un usage clinique.

Les cas graves doivent être placés en unité de soins intensifs. Les patients sont souvent déshydratés et ont besoin d'une réhydratation par voie orale au moyen de solutions d'électrolytes ou par voie intraveineuse.

Il n'existe pas de traitement spécifique. De nouveaux traitements médicamenteux sont en cours d'évaluation.

Prévention

Contrôle du virus Ebola Reston chez l'animal domestique

Il n'existe pas de vaccin vétérinaire contre ce virus. Le nettoyage et la désinfection systématiques des élevages de porcs et de singes (avec de l'hypochlorite de sodium ou d'autres détergents) devraient être efficaces pour inactiver le virus. En cas de suspicion d'une flambée, les locaux doivent être mis immédiatement en quarantaine.

L'abattage des animaux infectés, avec une surveillance rigoureuse de l'enterrement ou de l'incinération des carcasses, peut s'avérer nécessaire pour réduire le risque de transmission de l'animal à l'homme. La restriction ou l'interdiction du déplacement des animaux à partir des élevages infectés vers d'autres zones peut réduire la propagation de la maladie.

Comme des flambées d'infection à RESTV chez le porc et le singe ont précédé des cas d'infection chez l'homme, la mise en place d'un système de surveillance active de la santé animale est essentielle pour une alerte précoce des autorités de la santé publique et vétérinaire.


Réduction du risque d'infection à virus Ebola chez l'homme

En l'absence de traitement efficace et de vaccin pour l'homme, la sensibilisation aux facteurs de risque et la connaissance des mesures de protection à prendre à titre individuel sont le seul moyen de réduire l'infection et la mortalité chez l'être humain.

En Afrique, lors des flambées de maladie à virus Ebola, les messages éducatifs de santé publique visant la réduction du risque seront axés sur les points suivants:

  • Réduction du risque de transmission entre les animaux sauvages et l'homme par contact avec des chauves-souris ou des singes/primates infectés et par la consommation de leur viande crue. Il faut manipuler les animaux avec des gants et porter des vêtements protecteurs adaptés. Les produits (sang et viande) doivent être cuits soigneusement avant d'être consommés.
  • Réduction du risque de transmission interhumaine dans la communauté provenant de contacts directs ou rapprochés avec des sujets infectés, notamment avec leurs liquides biologiques. Il faut éviter tout contact rapproché avec des patients infectés par le virus Ébola. Il faut porter des gants et un équipement de protection individuel adapté lorsqu'on soigne des patients à domicile. Il est indispensable de se laver régulièrement les mains après avoir rendu visite à des parents malades à l'hôpital ou après les avoir soignés à domicile.
  • Les communautés touchées par le virus Ébola doivent informer la population de la nature de la maladie et des mesures prises pour endiguer la flambée, y compris lors des rites funéraires. Les personnes mortes de cette infection doivent être enterrées rapidement et sans prendre de risque.

Les élevages de porcs en Afrique peuvent jouer un rôle dans l'amplification de l'infection à cause de la présence de chauves-souris sur ces exploitations. Des mesures adaptées de sécurité biologique doivent être prises pour limiter la transmission. Pour le RESTV, les messages éducatifs de la santé publique doivent être axés sur la réduction du risque de transmission du porc à l'homme qui résulte de pratiques d'élevage et d'abattage dangereuses, ainsi que de la consommation de sang frais, de lait ou de tissus animaux crus.

Il faut porter des gants et des vêtements de protection adaptés pour manipuler les animaux malades, leurs tissus ou les abattre. Dans les régions où l'on a signalé le RESTV chez le porc, tous les produits animaux (sang, viande et lait) doivent être cuits soigneusement avant d'être consommés.


Lutte contre l'infection dans les établissements de soins

La transmission interhumaine du virus Ebola est avant tout liée au contact direct ou indirect avec du sang et des liquides biologiques. Elle a été signalée pour les agents de santé lorsque des mesures suffisantes de lutte anti-infectieuses n'ont pas été respectées.

Il n'est pas toujours possible d'identifier rapidement les patients présentant une maladie à virus Ebola car les symptômes initiaux peuvent manquer de spécificité. Pour cette raison, il est important que les agents de santé appliquent les précautions d'usage à tous les patients, quel que soit le diagnostic, dans toute pratique professionnelle et à tout moment.

Ces précautions comportent l'hygiène des mains, l'hygiène respiratoire, le port d'un équipement de protection individuel (selon le risque d'éclaboussures ou d'autres contacts avec des matières infectées), la sécurité des injections et des rites funéraires.

En présence d'un cas suspect ou confirmé d'infection à virus Ebola , les agents de santé soignant le malade doivent, en plus des précautions d'usage, prendre d'autres mesures de lutte anti-infectieuse pour éviter toute exposition avec le sang ou les liquides biologiques du patient et tout contact direct avec l'environnement susceptible d'être contaminé. Lors des contacts proches avec des patients ayant une maladie à virus Ebola (c'est-à-dire à moins d'un mètre), ils doivent porter une protection faciale (écran facial, ou masque chirurgical et lunettes de protection), une blouse propre, non stérile à manches longues, et des gants (stériles pour certains actes médicaux).

Les employés des laboratoires sont également exposés au risque. Les échantillons prélevés pour le diagnostic sur des cas suspects (être humain ou animal) doivent être manipulés par du personnel formé et traités dans des laboratoires suffisamment équipés.

X

Virus EBOLA : prévention et traitement (OMS) en vidéo


Virus EBOLA Le virus Ebola figure parmi les plus contagieux et mortels chez l'homme, selon l'Organisation mondiale de la santé. Il tire son nom d'une rivière du nord de la République démocratique du Congo où il a été repéré pour la première fois en 1976. Le taux de mortalité est estimé à 90% chez l'homme. Certaines chauve-souris seraient le réservoir naturel du virus. Après une période d'incubation le virus se multiplie très rapidement et submerge les défenses immunitaires de l'homme. Il n'existe pas aujourd'hui de traitement spécifique pour combattre l'infection .

publicité


Termes associés : ebola - chauves-souris - ptéropidés - filovirus - Marburgvirus - Cuevavirus - Ebolavirus Bundibugyo - BDBV - Ebolavirus Zaïre - EBOV - Ebolavirus Reston (RESTV) - Ebolavirus Soudan - SUDV - Ebolavirus - Forêt de Taï - Taï - maladie EBOLA - fièvre hémorragique -
L'information ci-dessus apporte les éléments essentiels sur ce sujet. Elle n'a pas vocation à être exhaustive et tout comme les conseils, elle ne peut se subsister à une consultation ou un diagnostic médical.

Publicité
Publicité


TÉMOIGNAGES SUR CE THÈME

Soyez le premier à témoigner sur le thème "Virus EBOLA : prévention et traitement (OMS)" TÉMOIGNEZ

Article créé, modifié ou vérifié par
Organisation Mondiale de la Santé
Dernière mise à jour, le 25/08/2014


À LIRE AUSSI

  • Maladies virales
    Les maladies virales sont toutes les maladies dues à des virus. Le nombre de maladies dont on découvre...
    Virus EBOLA : transmission (OMS)
    En Afrique, on pense que des chauves-souris frugivores, appartenant notamment aux espèces Hypsignathus...
  • Virus EBOLA : symptômes et diagnostic (OMS)
    La maladie à virus Ebola (autrefois appelée aussi fièvre hémorragique à virus Ebola) est une ...
    Antiviraux
    Les médicaments antiviraux, sont destinés à la lutte exclusive contre les virus. Ils ne sont donc...
  • Herpès et maladie herpétique
    Maladie très invalidante et récidivante, l'herpès touche de nombreux endroits du corps. L'herpès ...
    Virus
    Les virus sont des organismes ultramicroscopiques, inférieurs au dixième de micron, visibles seulement...
    Virus EBOLA
    Le virus EBOLA est responsable de fièvres hémorragiques mortelles.Le taux de mortalité peut atteindre...

|


Publicité
publicité
Vous souhaitez rejoindre nos partenaires, alors n'hésitez plus contactez-nous
VOIR NOS PARTENAIRES
DOCTEUR CLIC est un service
CONDITIONS GÉNÉRALES DES SERVICES, D'UTILISATION ET DE VENTE DES APPLICATIONS ET SERVICES DE SANTÉ ASSISTANCE (CGSUV)
INFORMATIONS LÉGALES | CONTACT@SANTEASSISTANCE.COM | 167 AVENUE DE WAGRAM, 75017 PARIS | COPYRIGHT SANTÉ ASSISTANCE 2018