MENU / RECHERCHE
docteurclic se construit chaque jour avec vous. Rejoignez nous sur
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON, cliquez pour vérifiez
VOUS RECHERCHEZ
MON DOSSIER SANTÉ
Publicité
Accueil > santé au quotidien > chirurgie > plasties en orthopédie

Plasties en orthopédie

À LIRE DANS CET ARTICLE
Plasties en orthopédie
À LIRE AUPARAVANT

Plasties

Définition

  • Une plastie consiste à modifier ou à rétablir la forme d'un organe, dans un but esthétique ou fonctionnel.
  • En orthopédie, cela s'adresse surtout aux articulations et aux éléments qui les entourent.

Les conditions de l’intervention

  • C'est une intervention chirurgicale, qui peut se pratiquer sous anesthésie régionale ou anesthésie générale .
  • Le bilan avant l'opération dépendra de la technique d'anesthésie choisie, lors de la consultation préalable.

Les principales plasties ligamentaires

Les ligaments latéraux :

  • Un ligament, en trop mauvais état pour être retendu et suturé, peut être remplacé par la portion de tendon d'un muscle voisin. Soit le morceau est prélevé totalement, et sert dans ce cas de tuteur temporaire, en stimulant une cicatrisation fibreuse à son contact, soit il est détaché sur la longueur, en gardant un point d'attache, et donc son irrigation.
  • Un exemple assez fréquent est l'usage d'une partie des muscles stabilisateurs du côté externe de la jambe pour refaire un ligament latéral externe de cheville. Parfois c'est la membrane de l'os que l'on pèle et retourne, mais cela donne un résultat parfois trop rigide.
  • Les complications spécifiques sont l'insuffisance de stabilité ou la raideur par mauvais calcul de la plastie.

Le ligament croisé antérieur du genou :

  • C'est une corde fibreuse qui est en oblique à l'intérieur du genou, et qui retient les mouvements du tibia sous le fémur. Quand il se déchire, il ne peut pas cicatriser. Cela provoque une laxité du genou avec des glissements excessifs du tibia, et des dérobements (la jambe part à l'opposé dans les changements de direction).
  • On a inventé de multiples techniques pour le remplacer, et les deux meilleures ont longtemps été : soit un prélèvement du tendon d'un muscle du côté du genou (le fascia lata), soit un prélèvement du tendon rotulien, de part et d'autre de la rotule, avec la membrane osseuse entre les deux. La recherche de techniques diminuant autant la lourdeur de l'acte que facilitant la reprise d'activité a permis de développer le DIDT, qui prélève des fragments de tendon sur des muscles internes, et la plastie avec le tendon rotulien (Kennet-Jones) sous arthroscopie.
  • L'insertion de ces tendons est conservée sur l'os à son extrémité inférieure, et on reproduit le trajet du ligament avec ce qui est détaché, avant de fixer l'autre extrémité sur l'os.
  • La direction et la tension des différentes parties du trajet sont soigneusement calculées pour reproduire au plus juste le fonctionnement normal du tendon, sans risque excessif pour la plastie.
  • On a aussi essayé de renforcer le ligament d'origine ou les plasties par des fibres artificielles (en carbone par exemple), mais il y avait de nombreux problèmes de tolérance et pas plus de solidité. Les recherches continuent pour l'instant.
  • Les suites opératoires se sont beaucoup allégées : le plus souvent, vous recommencez à marcher rapidement, avec puis sans cannes, sous protection d'une genouillère articulée verrouillant les angles de flexion dangereux. La qualité de la rééducation fera le reste du travail.

Les complications spécifiques sont :

  • L'insuffisance de résultat.
  • Les douleurs résiduelles : sur un matériel de fixation mal placé, ou à cause d'une algodystrophie réflexe qui reste possible au décours de ces interventions.
  • La raideur du genou. Elle existe de moins en moins avec la déambulation précoce et la rééducation intensive. Cela peut arriver au cours des immobilisations trop longues ou si la rééducation mal conduite, ou encore à la suite d'une algodystrophie. Le chirurgien doit parfois ré-intervenir.
  • La récidive : soit à la suite d'une plastie mal réalisée et fragilisée par des mises en tension excessives, soit à la suite d'un nouvel accident.

page : 12

publicité


Termes associés : organe - articulation - ligaments - tendinite - arthroplastie -
L'information ci-dessus apporte les éléments essentiels sur ce sujet. Elle n'a pas vocation à être exhaustive et tout comme les conseils, elle ne peut se subsister à une consultation ou un diagnostic médical.

Publicité
Publicité


TÉMOIGNAGES SUR CE THÈME

Soyez le premier à témoigner sur le thème "Plasties en orthopédie" TÉMOIGNEZ

Article créé, modifié ou vérifié par
Médecin généraliste traumatologie sportive
Dernière mise à jour, le 07/01/2015

Publicité

À LIRE AUSSI

  • Plasties
    Une plastie consiste à modifier ou à rétablir l'anatomie ou la fonction d'un organe, par une technique...
    Chirurgie orthopédique
    La chirurgie orthopédique est l'ensemble des actes de chirurgie intéressant l'appareil locomoteur : os,...
  • Articulations
    Les articulations sont les moyens dont les os disposent pour s'unir entre eux et être mobiles les uns...
    Scanner en orthopédie
    Le scanner en orthopédie (étude des os et des articulations) et en traumatologie permet d'avoir des...
  • Dons d'organes
    Comme son nom l'indique, le don d'organes est un acte qui permet à une personne, de son vivant ou après...
    Fixateur externe
    Matériel utilisé en chirurgie orthopédique, et consistant à maintenir l'alignement des os cassés au...
    Chirurgie des muscles
    La chirurgie des muscles est une chirurgie pratiquée par des chirurgiens orthopédiques dont l'objectif...

|

Publicité

Publicité
publicité
Vous souhaitez rejoindre nos partenaires, alors n'hésitez plus contactez-nous
VOIR NOS PARTENAIRES