Accueil > Avis médecin > Psychologie > Dépendance à la Codéine

Dépendance à la Codéine

À LIRE AUPARAVANT

Psychologie
Publicité

Votre question

"Je suis dépendante à la codéine depuis 5 ans, j'en prends tout les jours 24 comprimés. Je connais les risques, mais avant tout je souhaite arrêter pour mon entourage à qui je mens. J'ai promis à mon ami que j'avais arrêté, j'ai déjà essayé seule d'arrêter, mais trop de maux de têtes, tremblements, le manque est présent et me fait rechuter... J'ai juste besoin d'aide pour connaître les méthodes pour décrocher sans aller dans un centre de désintox."

La réponse de notre spécialiste



Bonjour, en effet, la dépendance à la codéine peut entraîner des signes de manque physiques et psychiques. C'est une très bonne chose que vous ayez pu en parler à votre ami. C'est une première étape importante qui n'est pas facile par rapport à la culpabilité et la peur d'être jugée que vous pouvez ressentir. Cela va vous aider à affronter de façon plus directe votre problème et montre que vous en êtes consciente.

S'en sortir seul est possible, mais difficile. La volonté d'arrêter est fondamentale, mais elle ne suffit pas toujours. En effet, vous pourrez rencontrer des moments de fragilité, de doute et des difficultés. Le fait de perdre cette habitude de consommation, de trouver d'autres façons de gérer les difficultés prend du temps. Dans ce cas, une écoute et une aide extérieure pourraient vous soutenir. Un médecin, une psychiatre ou un psychologue, dans un cabinet libéral ou dans un centre d'addictologie pourrait vous proposer une aide et un soutien importants ainsi que des solutions pratiques et éventuellement un traitement pour le sevrage. De plus, l'arrêt de la drogue peut parfois révéler des troubles jusqu'ici masqués, renforçant le mal-être et s'ajoutant aux symptômes de manque déjà présents.

Si vous ne souhaitez pas être hospitalisée pour une cure de sevrage, sachez que le sevrage peut être réalisé en ambulatoire, c'est-à-dire par des consultations. Cela demande donc une bonne information du patient et le soutien et l'adhésion de ses proches. Enfin, sachez que les rechutes sont fréquentes. C'est une fragilité qui va persister pendant un certain temps. Par rapport à ce problème, l'aide d'un professionnel pourrait vous être bénéfique.

Je vous recommande de consulter ce site pour vous renseigner sur les adresses près de chez vous : http://www.drogues-info-service.fr/?-Adresses-utiles-
. Bon courage et n'hésitez pas à nous tenir au courant sur ce ch@t ou dans la rubrique « Mes témoignages » sur le site.

Lecture d'articles conseillés : (cliquez sur les titres ci-dessous) :
Sevrage toxique
Toxicologie

Publicité
À lire aussi

  • Psychologie
    Le psychologue aide à comprendre des comportements de l'enfant, de l'adolescent ou encore de l'adulte. A...
    Jugement
    Le jugement est une opinion négative que l'on exprime à l'égard d'une personne. Cette opinion...
  • Confiance en soi
    Avoir confiance en soi c'est bien et c'est même essentiel. Mais trop... c'est trop et cela peut...
    Intelligence
    L'intelligence est l'ensemble des fonctions de l'esprit humain qui concerne le jugement, la...
    Forme intellectuelle
    Comme la forme physique, la forme intellectuelle s'entretient. Mais c'est moins avec des pilules...
    Asthénie : fatigue
    Parfois difficile à définir, la fatigue peut être brutale ou s'installer sur plusieurs mois. Elle...

Publicité

TÉMOIGNAGES SUR CE THÈME

Soyez le premier à témoigner sur le thème "Dépendance à la Codéine"TÉMOIGNEZ

Article créé, modifié ou vérifié par
Psychologue clinicienne

Dernière mise à jour, le 27/03/2013
Publicité
vous avez un
problème de santé ?
Sympto Check Analyse vos symptômes et vous oriente comme un médecin
Télécharger l'application sympto check
Publicité
Vous cherchez un médicament homéopathique?
Iméo Check trouve le médicament homéopathique qui correspond à vos symptômes
Télécharger l'application Iméo Check

Newsletter
Tenez vous au courant des dernières
nouvelles dans le domaine de la santé
Publicité
Doc Ch@at
Testez-vous
Suivi de grossesse