Accueil > santé au quotidien > cancers > prévention des cancers par l'alimentation
Prévention des cancers par l'alimentation

Prévention des cancers par l'alimentation

À LIRE DANS CET ARTICLE
À LIRE AUPARAVANT

Alimentation

Point de départ

La prévention des cancers par l'alimentation est une réalité, 90 % des cancers sont liés à l'épigénétique, c'est-à-dire non pas à nos gènes mais à l'expression de nos gènes.

Quantité d'aliments

On sait que la quantité d'aliments est un facteur important, que la restriction calorique, même faible, diminue le risque. La restriction calorique stimule les enzymes dites de la longévité, les sirtuines, et diminue l'insuline, qui est une hormone de croissance.

Le jeûne, de courte durée, possède également des effets bénéfiques. En revanche, le jeûne prolongé est de moins en moins indiqué avec l'âge, car il induit une fonte musculaire difficile à récupérer par la suite. L'exercice physique dans le contexte de restriction calorique en améliore les résultats.

Qualité des aliments

La qualité des aliments aussi est importante. Il est recommandé de réduire la quantité de polluants, qui se comportent majoritairement comme des hormones femelles, de privilégier le plus possible la consommation de produits frais, non conservés, et ayant gardé leur qualité nutritive (vitamines, nutriments moins oxydés). Il est à noter que les légumes et les poissons de petite taille sont souvent de meilleure qualité et contiennent moins de toxiques.

Type d'aliments

Le type d'aliments est central. On sait que la quantité de viande rouge consommée est directement corrélée à la mortalité et aux maladies cardiovasculaires. Une ou deux fois par semaine suffisent largement dans un régime équilibré. Les protéines peuvent être apportées par le poisson, les viandes blanches, mais aussi les céréales, tout en gardant à l'esprit que les protéines acidifient notre organisme. Or, on sait que l'excès d'acidité est lié au diabète et au surpoids. Il faut tamponner cette acidité par un apport suffisant en aliments alcalins (légumes, fruits riches en potassium par exemple).

Le bon ratio de consommation entre les acides gras polyinsaturés oméga 6 (dans les huiles végétales, graines, céréales, œufs et certaines viandes…) et oméga 3 (dans l'herbe, graines de lin, colza, poissons gras…) est de 4 pour 1. Le rapport dans nos sociétés est plutôt 15 pour 1 (20 pour 1 aux USA). Ceci vient surtout de l'oméga 6 acide arachidonique, très inflammatoire, dont l'excès va détruire les bons oméga 3 et les rendre dangereux. Il faut donc alors diminuer l'apport d'acide arachidonique avant de prendre des oméga 3. L'acide arachidonique en excès, c'est trop de sucres rapides, viandes rouges, produits laitiers.


page : 12
Termes associés : oméga 3 - oméga 6 - longévité - jeûne - nutriments - toxines - aliments - acidité - acides gras -
L'information ci-dessus apporte les éléments essentiels sur ce sujet. Elle n'a pas vocation à être exhaustive et tout comme les conseils, elle ne peut se subsister à une consultation ou un diagnostic médical.
À lire aussi


Publicité

TÉMOIGNAGES SUR CE THÈME

Soyez le premier à témoigner sur le thème "Prévention des cancers par l'alimentation"TÉMOIGNEZ

Article créé, modifié ou vérifié par
Médecin généraliste

Dernière mise à jour, le 19/11/2014
vous avez un
problème de santé ?
Sympto Check Analyse vos symptômes et vous oriente comme un médecin
Télécharger l'application sympto check
Contactez un
professionnel de santé
Doc Consulte
Demandez un avis ou prenez un rendez-vous avec un professionnel
Télécharger l'applicationDoc consulte
Suivez votre santé et
retrouvez vos données
Dossier Santé Personnel La mémoire de votre santé
Télécharger l'application Dossier Santé Personnel
Vous cherchez un médicament homéopathique?
Iméo Check trouve le médicament homéopathique qui correspond à vos symptômes
Télécharger l'application Iméo Check

Newsletter
Tenez vous au courant des dernières
nouvelles dans le domaine de la santé
Doc Ch@at
Testez-vous
Suivi de grossesse