Accueil > Témoignages > santé au quotidien > cancers > Rapports sexuels après une hystérectomie

Rapports sexuels après une hystérectomie



mariolud
23/04/2012, 22h34
ma
Après une hystérectomie, que se passe t-il au niveau des rapports sexuels, sont-ils sans risque ? La femme apprécie-t-elle autant les rapports ? Doit- elle se forcer pour avoir des rapports ? Cette maladie est-elle potentiellement transmise sexuellement ? Que représente le papillomavirus dans ce type de maladie ?

TÉMOIGNAGE PUBLIÉ EN RÉPONSE A L'ARTICLE
- Cancer du col de l'utérus

VOS RÉACTIONS
Tigris
05/06/2019, 09h58
Ti
Bonjour, je me suis fait opéré d'une chirurgie abdominale il y a 3 ans, tout c'est très bien passé, pas de douleur, rien, mais depuis je n'ai plus envie de faire l'amour! Je voulais savoir si s'était normal ou pas. Merci pour vos réponses.
Ma vir
22/05/2019, 10h06
Ma
Bonjour, je suis une femme de 49 ans, j'ai été opéré d'une hystérectomie total depuis le 10 avril mais les douleurs au bas ventre continuent et quand j'urine j'ai une sensation d'envie de pousser faire faire alors cela m'inquiète.
Lyne
01/06/2018, 09h44
Ly
Bonjour,
J'ai eu une Hystérectomie LARGE, pour laquelle j'ai du donner une autorisation, opération qui à duré plus de 5 heures. On m'a enlevé l'utérus, les ovaires, les trompes, les ganglions et gratté la graisse attachée à la peau du ventre,... Je vous avoue, que j'ai pas tout compris. J'ai une cicatrice vertical de 40 cm. Ensuite, en même temps j'ai eu de la radiothérapie, de la chimio et pour finir de la curiethérapie. A présent, je suis en rémission et j'ai perdu 25 kilos.
En ce qui concerne les rapports sexuel pour moi, c'est un cauchemar, douleur, saignement et cela encore 2 à 4 jours après le rapport. C'est donc un véritable problème qui n’intéresse pas tellement les médecins. Que ce soit le gynécologue ou l'oncologue. En faite après la curiethérapie les chaires à l'intérieur sont dur et cicatriciel. Psychologiquement, j'en prend un coup. Mais, comme ils disent "je suis en vie". Bon courage à tous.
Vanillie
10/05/2018, 08h32
Va
Bonsoir,
J’ai subit le 11 avril une hystérectomie + remonter des organes vessie et colon. 3 chirurgiens et 3h30 de bloc ... réveil compliqué.... Arrêt d’un mois avec repos et pas de voiture pendant 6 semaines. Je vais bien depuis 1 semaine, plus de douleur mais surtout de la fatigue. Il y a 3 jours, marre d’être à la maison, je suis sortie en voiture à 10 minutes à la jardinerie et le lendemain, j’ai commencé à avoir des saignements très foncés marron ... Aucune douleur. Est ce normal? Avez-vous eu cela? Avec cette semaine de ponts du mois de mai, mon gynécologue est en congé ... donc un tour sur le net pour essayer de trouvé des témoignages. J’ai rdv lundi pour mon 1er bilan. Merci.
Lounasand
01/04/2018, 16h52
Lo
Bonjour, je réponds au message de Gaby. N'ayant pas eu de cancer, je ne peux pas répondre à vos attentes et j'en suis désolée. Mais pas rapport à l’hystérectomie, j'aimerais savoir si vous avez eu des problèmes après l'opération? Comment avez vous vécu cela? Si cela vous dérange pas merci de me répondre et j espère à bientôt. sand.
Gaby
27/03/2018, 01h03
Ga
J’écris ce message afin de pouvoir recueillir des témoignages de femmes partageant la même douleur... 23/11/16, on m’annonce un cancer du col de l’utérus stade 2b. Prélèvement ganglionnaire, irm, tep scann permettent de fixer le traitement: 25 séances de radiothérapie, 6 séances de chimiothérapie et 9 séances de curiethérapie. Le 28/5/17, le traitement prend fin avec une hystérectomie radicale afin d’ôter ce qu’il reste de la tumeur et d’éviter toute récidive... Malgré la prise de conscience d’avoir vaincue cette pu... de maladie, je vis difficilement ma situation actuelle. Âgée de 43 ans, je ne peux plus avoir de rapports avec mon mari pourtant compréhensif et à l’écoute. Mon vagin est désormais extra court...(5cms environ) et toute pénétration est impossible... J’espérais énormément de mon rdv de ce jour avec la gynécologue qui m’a opérée. Mais mes espoirs se sont envolés lorsqu’elle m’a dit que je pouvais peut être espérer gagner un centimètre de profondeur via l’utilisation de dilatateurs mais que ma survie à la maladie se payait très chère... Bref, j’ai le cœur lourd et le problème de cette pathologie qui touche notre intimité est que nous souffrons en silence... Si parmi vous, certaines se reconnaissent, votre témoignage me sera utile. Tout mon soutien à celles qui sont actuellement dans la lutte pour la guérison.
Lounasand
21/03/2018, 17h37
Lo
Message pour angélique: Merci de votre réponse, c'est très gentil d'avoir répondu. Pouvez me contacter par email à l'adresse Sandlouna22@gmail.com svp pour discuter en privé si cela vous dérange pas merci de votre compréhension.
Angélique
21/03/2018, 11h06
An
.... moi aussi opérée le 18 janvier et toujours des douleurs au niveau de la vessie. C'est très inconfortable mais à première vue tout à fait normal. Ne pas oublier qu'on nous a gentiment fabriqué un plafond pelvien en ligaturant au niveau du vagin. Il ne faut pas vous inquiétez et dans le doute une consultation gyneco pour être rassurées. Courage ;)
Lounasand
19/03/2018, 10h05
Lo
Bonjour, je voudrais envoyer un message pour socrina, j ai eu les mêmes symptômes pour la vessie et pour aller souvent faire pipi mais moi ça continue encore. Peux-tu me contacter stp? Merci.
Lounasand
19/03/2018, 09h55
Lo
Bonjour, je me suis fait opérer le 16 janvier 2018 d une hystérectomie mais j'ai gardé mes ovaires. J'ai eu beaucoup de problème de santé à la suite de l'opération mais la j'ai encore des douleurs au niveau de la vessie, y a t il quelqu'un qui a ce problème aussi? Merci pour vos témoignages.
Angélique
28/02/2018, 13h49
An
Bonjour, aucun rapport avec le papillona. Personnellement impossible ce jour après un mois d'opération et encore pour 8 semaines d'avoir des rapports sexuels. Médicalement parlant l'orgasme vaginale semble beaucoup plus compliqué à atteindre mais il n'empêche que mon mari prend soin de moi autrement et que je découvre d'autres plaisirs.
Il faut prendre son temps et écouter son corps. Personnellement je consulte aussi pour accepter et parler je n'ai que 33 ans.
Après analyse des retraits durant opération il s'est avéré que les fibromes présents sur le col de l'utérus étaient cancéreux. Sans le savoir.... ils l'ont sauvé la vie.
Courage et patience sont les maîtres mots.
Nat
28/02/2018, 10h17
Na
Je vous remercie beaucoup les filles. Je suis adjointe d exploitation dans une société de transport. Je bouge dans tous les sens. Lol. C est vrai que c était tôt mais avec mes cours, je ne pouvais prolonger. Je prendrai des fortifiants naturels merci beaucoup. Je suis contente de vous avoir. Les 2 premières semaines de reprise j étais essentiellement assise, donc pas trop d'efforts.
sandrine
28/02/2018, 08h50
sa
Bonjour Nathalie, oui il n'y a rien d'anormal à votre fatigue. Moi aussi je me sentais très fatiguée quand j'ai repris mon travail, je me couchais aussi plus tôt que d'habitude. Il faut prendre le temps de bien vous reposer sur vos jours de repos... Cette fatigue va s'estomper au fil du temps. Et avec l'arrivée des beaux jours cela devrait aller mieux, car l'hiver que nous avons ne favorise pas la super forme !
Prenez soin de vous et écoutez votre corps quand il vous demande de vous reposer...
Bon courage,
Sandrine
Marie
27/02/2018, 22h55
Ma
Bonsoir Nat, cela fait seulement 2 mois que vous avez été opérée, donc il n'est pas anormal de ressentir une certaine fatigue, de plus je ne sais pas qu'elle est votre profession mais vous avez repris au bout d'1 mois et demi et je pense que c'était un peu tôt !! Prenez des fortifiants, le plus naturel possible, et reposez vous si vous en ressentez le besoin. J'étais également assez fatiguée au départ et surtout quand j'ai recommencé à travailler, mais maintenant ça fait 6 mois et ça va très bien!!
Nat
26/02/2018, 19h10
Na
Bonjour Marie, Sandrine comment allez vous?
J'ai repris le travail depuis le 5 février tout se passe bien. Mais je ressens une fatigue, avant l'opération je l'était déjà de par mon activité et ma reprise d'étude mais là, elle est plus intense. Je ressens le besoin d'être au lit dès 20h et j'ai du mal à me lever. Ressentez vous la même chose? Ou l'avez vous eu?
Nat
16/02/2018, 22h17
Na
Bonsoir Angélie, merci pour ce témoignage plein de courage, de force et d'espoir. Oui il faut se battre et être patient et accepter pour avancer. Il y a pire que nous. Je me suis inscrite dans une salle de sport parce que j aime beaucoup le sport et je commence petit à petit.
Angélique
15/02/2018, 12h34
An
Bonjour, j'ai 33 ans et hystérectomie plus ablation de 12cm de rectum le 18 janvier. Ce jour le 15 février, j'ai abandonné la béquille pour prendre le dessus. C'est difficile, c'est vrai ! Les douleurs, le transit causé par la rectostomie mais un moral d'acier et c'est le plus important.
J'ai décidé de reprendre le travail le 1er mars. Il faut aussi obliger son corps à reprendre une vie normale.
Psychologiquement, j'ai décidé de me faire aider, bien qu'avoir une fille de 12 ans ... à 33 ans on est pas prêt à faire le deuil d'une vie de fa mille d'avoir d'autres enfants. De plus pour moi personnellement, il est inconcevable d'avoir un rapport! Quoiqu'il arrive, cela m’écœure au plus haut point. Je consulte aussi pour cela.
Il faut juste beaucoup de repos de patience et surtout de dialogue. Il existe des associations, c'est plus simple d'en parler avec des femmes qui ont vécue la même chose. Parfois elles n'ont pas et ne pourrons jamais avoir d'enfant. Finalement, je me dis que je suis chanceuse. La cicatrisation externe est parfaite. Un travail d’orfèvre, on ne voit presque rien. J'ai été opérée par celioscopie.
Du courage, de la patience.... et du soutient.... et Dieu seul sait combien je reste disponible pour cette partie d'acceptation.
Plein de bonnes ondes....
Angélique
Nat
25/01/2018, 13h27
Na
Il m'a arrêté 2 semaines de plus en me demandant de marcher tous les jours. Je le fais depuis et ça va de mieux en mieux. Je reprendrai en février. D'ici là, j'irai encore mieux. J'avais besoin de me reposer encore. Psychologiquement ce n est pas simple et tout a été relativement vite.
Nat
21/01/2018, 22h29
Na
J'irai voir mon médecin traitant ce lundi. Il est vrai que je ne me sens pas prête à reprendre. Vous êtes nombreux à m'alerter sur le fait que ça soit un peu tôt. Ma mère qui s est occupée de moi et qui me connaît trouve que c est tôt. J'espère que mon médecin comprendra.
sandrine
21/01/2018, 08h18
sa
Bonjour Nath, comme Marie, je suis aide soignante, mon gynéco ne m'avait arrêtée qu'1 mois, mais mon médecin traitant, que j'allais voir pour un renouvellement d'ordonnance, m'a de lui-même prolongée d'1 mois supplémentaire. C'était nécessaire car quand j'ai repris mon travail, je l'ai senti! J'ai ressenti une pesanteur dans le bas du ventre, pas vraiment de douleurs, mais j'ai ressenti comme des tiraillements. Donc faites bien attention Nathalie, prenez le temps de bien récupérer. La reprise pour fin février pour vous me semblerait plus prudent. En attendant reprenez des activités simples, surtout la marche. Bon courage à vous. Sandrine
Marie
19/01/2018, 22h49
Ma
Bonjour Nat, les chirurgiens préconisent souvent le minimum, pour moi, ils estimaient que je pouvais reprendre au bout d'un mois, j'étais encore assez fatiguée et j'avais aussi besoin de récupérer mentalement, je n'étais pas assez solide pour reprendre aussi tôt, je suis aide soignante et par rapport au poids et la station debout prolongée c'était trop tôt !! C'est mon gynéco qui m'a prescrit un mois supplémentaire !! Si vous pensez avoir besoin de plus, n'hésitez pas à consulter votre gynéco ou votre médecin traitant !! C'est très important et reprendre trop tôt n'est pas une bonne option, c'est vous qui sentez comment réagit votre corps, donc voyez avec votre médecin pour prolonger si cela vous semble nécessaire, et sans scrupules !!! À bientôt Nat
Nat
19/01/2018, 16h51
Na
Bonjour, je reviens de mon rdv avec mon chirurgien. Elle m'a dit que je cicatrisais bien. Que me résultats étaient négatifs donc pas de traitement complémentaire sauf des hormones. Elle n a pas voulu me prolonger, elle m a dit au contraire que je devais reprendre pour sortir de cette épreuve qui n'est pas facile. Que je pouvais reprendre le sport sauf la natation. J'avoue que je ferai encore attention parce que je ne suis pas encore en phase avec mon corps.
Merci encore pour vos témoignages qui m ont beaucoup aidé.
Natacha
17/01/2018, 13h23
Na
Merci Marie parce que pour le moment je ne suis pas capable de reprendre. Sur internet, ils disent entre 4 et 6 semaines. Je n'ai pas envie de chuter. Je suis quelqu'un de très dynamique et ce n est pas encore le cas. Ma profession me demande de l'être. Je prendrai le temps de bien faire les choses.
Marie
17/01/2018, 09h12
Ma
Au bout de 2 mois, et il faut bien ça, sur le plan physique et également moral!! Ce n'est pas rien comme intervention, surtout quand il s'agit d'un cancer !! La peur, l'angoisse, il faut un peu de temps pour évacuer tout ça, mais on y arrive!! Après tout dépend aussi de votre travail.
Nat
17/01/2018, 02h34
Na
Si ce n'est pas indiscret, au bout de combien de temps avez vous repris le travail?
Marie
16/01/2018, 23h00
Ma
Ne forcez pas Nath si vous avez mal, c'est important de bouger un peu chaque jour mais chacune d'entre nous récupère à son rythme et il est inutile de présumer de ses forces!! Se motiver oui, mais ne vous forcez pas si vous ne le sentez pas!! Bonne soirée
Nat
16/01/2018, 17h53
Na
Je vous remercie pour vos messages qui me font du bien et m'encouragent beaucoup. Je marcherai un peu plus pour reprendre au fur et à mesure. Je ne savais pas si je devais m'y obliger ou pas. Si c était bien ou pas pour ne pas forcer.
Marie
15/01/2018, 23h14
Ma
Bonjour Nath, c'est pas anormal d'avoir ce genre de désagrément, moi c'était côté droit le léger gonflement, en haut de la cuisse, un peu aussi au niveau du pubis, mais maintenant tout est rentré dans l'ordre !! Comme le dit Sandrine, il faut effectivement être très patiente et ne pas forcer les choses, sans pour autant se laisser aller!! C'est vrai que marcher un peu tous les jours fait beaucoup de bien, physiquement et mentalement surtout !! Continuez à prendre soin de vous et à bientôt.
sandrine
15/01/2018, 21h22
sa
Bonjour Nathalie, en ce qui me concerne, j'ai eu une hystérectomie totale avec anexrectomie (trompes et ovaires) mais pas de curage pelvien, mon gynéco ne l'ayant pas jugé nécessaire. Donc pour la marche, à part les jours qui ont suivis l'opération, où je ne pouvais pas marcher trop vite car ça me faisait un peu mal, je me forçais toutefois à aller marcher un peu tous les jours environ 1h.
Par contre, je pense que votre gynéco a eu raison de vous faire le curage pelvien, même si cela vous demande un peu plus de patience pour retrouver une forme totale. C'est en effet une bonne prévention. Moi je me demande si par défaut de ce curage, je me retrouve vraiment à l'abri...
Soyez patiente et gardez le moral, votre opération est encore récente... Je pense qu'il faut que vous alliez marcher tous les jours au moins 1h, sans courir bien-sûr, à votre rythme, cela sera très bon pour votre circulation et pour éviter tout risque de phlébite.
Bon courage Nathalie et continuez de donner de vos nouvelles.
Sandrine
NAT
15/01/2018, 13h22
NA
Après 25 jours je me sens beaucoup mieux. Cependant, j'ai encore du mal à marcher, je marche lentement mais mieux qu'au début. Ce matin, j'ai vu que le haut de ma cuisse gauche avait un peu gonflé. Je me demande si c'est le fait d'avoir accompagné mon fils au cinéma pour lui faire plaisir. Nous sommes resté juste le temps du film et ce n est pas bien loin de la maison. Marie, Sandrine est ce que vous avez connu ça? Mon rendez vous avec mon chirurgien a été reporté au 19. C'est mon médecin traitant que j'ai vu le 12. Je n'ai aucune contre indication en dehors du fait que je n'ai pas le droit de porter des choses.

Je vous remercie par avance.
Marie
28/12/2017, 20h42
Ma
Bonjour à tous j'ai été opérée en novembre 2014 d'un cancer des ovaires. En janvier 2017, j'ai eu une opération suite à un cancer du péritoine. Je suis actuellement sous Avastin, je pensais que pour moi ça allait mais je viens de recevoir les résultats de prise de sang et les marqueurs CA 125 sont montés à 387 alors que j'ai toujours eu de 30. J'ai rendez-vous mardi 2 janvier pour faire mon scanner le 4 janvier pour faire ma chimio thérapie le 15 janvier j'ai rendez-vous avec mon oncologue je suis complètement bouleversée je me dis que la maladie est revenue. Je ne vais pas supporter une troisième opération.
Nat
27/12/2017, 20h02
Na
Merci beaucoup Sandrine, effectivement ce sera long mais je prendrai le temps. J'ai la chance d avoir ma mère qui s'occupe bien de moi.
sandrine
27/12/2017, 16h16
sa
Heureuse pour vous Nathalie que tout se soit bien passé ! Tout continuera d'aller bien vous verrez. Vous allez reprendre votre vie comme elle était. Puis vous voilà entre de bonnes mains avec le médecin qui vous suit, vous pouvez être sereine. Soyez prudente, suivez les recommandations de votre médecin, prenez le temps qu'il faut, même si parfois ça peut paraitre long.
Bonne fin d'année à vous et bonne convalescence.
Sandrine
v84
26/12/2017, 16h22
v8
Bonjour, je viens vers vous car j'ai très peur ! il y a 2 mois de cela, j'ai eu une douleur très violente au ventre. Je suis allée voir mon médecin traitant, j'ai fait: prise de sang, échographie, test urinaire, ... A l 'écho, on me dit que j'ai un fibrome et qu'il y a un liquide dans l'utérus mais il n'y a rien à faire et les résultats de ma prise de sang et de l'urine sont bonnes. Le 14/12/17, je vais à mon rendez-vous chez mon gynéco et là il me dit qu'il doit aller voir par hystéroscopie car j'ai un fibrome mais j'ai l utérus qui saigne. Il m apprend qu'il doit m enlever l'utérus comme ça au moins il n'y a pas de récidive. Gros choc même si en 2016 il ma ligaturer les trompes car je ne veux plus d'enfants et que je ne peux plus car j ai eu 3 césariennes. Je me pose tout de même beaucoup de questions sur "le après" la hystéroscopie qui est pour le 31/01/2018. Combien de temps de repos il faut, ma vie sexuelle etc ......
Si on pouvait me renseigné merci beaucoup
NAT
24/12/2017, 09h05
NA
Bonjour Marie, l'opération s'est bien passée. J'étais sereine, vos témoignages m'ont beaucoup aidé je vous en remercie. Je suis entrée mardi après midi et je suis rentrée samedi matin. L'équipe a été au petit soin avec moi, de mon installation jusqu'à mon départ. Ils sont formidables. Pour le moment j'ai le haut de la cuisse gauche et l'arrière de mon talon gauche un peu engourdis, le médecin m'a dit que ça partira avec le temps, Je revois mon chirurgien le 12 janvier. je suis au repos total. Chaque jour je vais de mieux en mieux, je ne souffre pas. Je ne fais aucun effort. Pour le moment il n'est pas question de chimio ou de radiothérapie. Je suis contente je prends soin de moi et je suis les conseils des médecins. Il faut rester confiant et leurs faire confiance. Merci d'avoir pris de mes nouvelles
Marie
24/12/2017, 01h08
Ma
Bonjour Nat, c'est une très bonne nouvelle, je suis contente pour vous, et vous allez pouvoir passer les fêtes à la maison !! Certains témoignages m'ont beaucoup aidé et rassuré,ceux de Jeanne et en particulier ceux de Sandrine !! Surtout avant l'intervention qui m'angoissais terriblement, maintenant je trouve normal de faire de même !! Effectivement il faut dire également quand tout se passe bien, ça peut nous permettre d'appréhender les choses différemment et parfois plus sereinement !! Reposez vous , et suivez bien les consignes, à bientôt !!
Nat
23/12/2017, 04h16
Na
Bonjour Marie,

Tout s'est bien passé. J'étais sereine surtout après avoir échangé avec vous. Pour le moment, il n est pas question de chimio ou de radiothérapie. Je revois le chirurgien le 12 et je rentre aujourd'hui. Le personnel s'est bien occupé de moi de mon installation jusqu'à ma sortie.

Je vous remercie encore pour vos témoignages qui m'ont beaucoup aidé dans cette épreuve et je vous donnerez des nouvelles.

Quand tout se passe bien il faut le dire et faire confiance à la médecine.
Marie
21/12/2017, 21h57
Ma
Bonjour Nat, j'espère que tout c'est bien passé pour vous , bon rétablissement et reposez vous !! À bientôt
Joyce
18/12/2017, 17h27
Jo
SVP, j'aimerais savoir après une ablation des ovaires totale, quels sont les taux d'inhibine normaux? Et est ce que l'ihnibine peut s'élever légèrement sans récidive. Moi mes taux étaient inférieur à 15 depuis 18 mois et il y a un mois c'était = 23 donc je suis en panique.

J'ai besoin de vos avis merci beaucoup.
Marie
12/12/2017, 10h33
Ma
Bonjour Nat, pour moi aussi ça n'était pas très visible et pour la conisation il pensait avoir tout enlevé !!! Déjà c'est rassurant que ce soit seulement un stade 1, l'intervention est peut être radicale mais lorsqu'il s'agit d'un cancer c'est mieux!! Après l'hystérectomie les résultats étaient négatifs, je n'ai pas eu besoin de chimio,ni de radiothérapie, et ça c'est énorme !! Tout va bien se passer, a bientôt Nat!!
NAT
11/12/2017, 23h29
NA
Bonsoir Marie, Sandrine,

Je vous remercie pour vos messages, aujourd'hui j'ai eu mon médecin traitant et ma gynécologue qui m'ont réconforté et m'ont dit que pour guérir qu'il fallait faire le curage en prévention. Qu'il ne fallait pas avoir de crainte, que tout allait bien se passer.

Je me suis rendu chez le chirurgien qui m'a fait la conisation et qui m'a bien expliqué les choses.

Mon cancer est au stade 1 mais rare, car les lésions étaient à l'intérieur donc pas visible avec le frottis. il y a très peu de cas comme le mien. Il m'a dit que je retrouverai une vie normale comme toi Marie.

Merci à vous les filles, vos témoignages nous font un grand bien. Je ne manquerai pas de vous envoyer un message dès que je serai rentrée. Faisons confiance à la médecine.

Encore merci
sandrine
10/12/2017, 21h49
sa
Bonjour Nath,
Je viens vers vous pour vous parler de mon expérience. En effet, comme le dit Marie, je n'ai pas subi de curage pelvien. Mon gynéco n'a pas vu la nécessité de le faire suite à l'lRM. Il ne m'a pas fait non plus passer de step scan. Vous êtes jeune, est-il vraiment nécessaire d'en arriver à l'hystérectomie totale ? Il serait judicieux de demander un autre avis. De mon côté tout s'est bien passé, mais j'ai 52 ans. A 33 ans, il me semble qu'on ne peut vous enlever l'utérus et les ovaires que si c'est absolument nécessaire. Vous êtes jeune et récupèreriez très vite, mais les conséquences toucheraient d'autres domaines, notamment la maternité, légitime à votre âge. A moins que vous ayez déjà des enfants et n'en souhaitiez plus d'autres. Mais malgré tout, à votre âge il faut s'assurer que ce soit vraiment impératif. Toutefois je peux vous rassurer pour l'opération proprement dite, cela se fait très vite, vous sortez peu de temps après, avec très peu de douleurs, et vous retrouvez une vie normale rapidement. Simplement il vous faudra éviter les charges lourdes pendant 3 mois ainsi que tout rapport sexuel. Mais cette période passée, tout rentre dans l'ordre, et vous êtes comme "avant". Des contrôles réguliers sont nécessaires, et grâce à ce suivi, la moindre récidive peut être prise à temps.
Bon courage Nath, tenez- nous au courant et surtout faites confiance à la médecine, tout en n'hésitant pas à prendre un second avis, car vous êtes jeune, la donne n'est pas la même qu'à la cinquantaine.
Prenez soin de vous, et pensez à tous les paramètres. Restez positive avant tout.
A très bientôt de vos nouvelles.
Sandrine
Marie
10/12/2017, 21h06
Ma
Bonsoir Nath, j'ai subi une hystérectomie totale élargie avec un curage pelvien le 10 août, j'ai été également très angoissée par rapport au curage pelvien!! C'était un cancer de stade 1, le Tep scan ne montrait pas d'extension au niveau des ganglions non plus, mais ils ne voulaient prendre aucun risque et compte tenu de mon âge, 52 ans, ils ont préféré!! Pour vous qui êtes bien plus jeune c'est étonnant, mais le cancer est à quel stade? Effectivement dans certains hôpitaux ils ne pratiquent pas de la même manière, Sandrine a eu exactement la même chose que moi et nous avons le même âge, mais elle n'a pas eu de curage pelvien !! En tout cas pour moi tout à été très vite, j'ai fait confiance, pas trop le choix, c'est vrai que cette "merde" peut être très infiltrante !! Mais aujourd'hui je vais bien, je n'ai pas de problèmes, j'ai retrouvé la forme et je n'ai aucune douleur !! Si vous avez du temps devant vous essayez peut être d'avoir un autre avis !! Bon courage Nath, et n'hésitez pas à reprendre contact si besoin !!
NAT
09/12/2017, 22h10
NA
Bonjour

Je vous adresse ce message car j'aimerais un retour d'expérience.
J'ai 33 ans, je dois me faire opérer ce mardi 20 décembre : hystérectomie totale, on va m'enlever l'utérus et les ovaires. Jusque là j'acceptais les choses. Mais mon chirurgien veut me faire un curage pelviens car selon lui l'IRM ne permet pas de voir si le cancer s'est étendu qu'alors que mon petscan est bon. Sur l'IRM il y a 15mm à enlever encore. car j'ai déjà fait une conisation fin novembre.
J'angoisse sur le fait quelle veuille m'enlever les ganglions car ce n'est pas sans risques secondaires.
Rien d'autre ne m'a été proposé
Marie, Jeanne ou Sandrine, je vous prie de bien vouloir m'écrire
Je vous remercie
Joyce
05/12/2017, 16h42
Jo
Bonjour Comme Jeanne, j'ai subit par laparotomie une hystérectomie totale + ablation ovaire. J'ai 41 ans et après 1 an 1/2 j'ai des pics du coté de l'ovaire droit comme si j'avais mal a l'ovaire. Les marqueurs sont bon et les prises de sang de contrôle aussi. Échographie normale. Cela me lance comme un pic régulièrement mais n'est pas douloureux. Par contre l'échographie disait que j'avais des gaz. Le médecin dit que c'est surement les ligaments etc...

J'aimerai savoir si vous savez eu des douleurs après 1 an et plus?

Merci beaucoup.
Jeanne
27/11/2017, 12h12
Je
Bonjour Titounette
Je viens de lire ton message posté hier, j’ai 47 ans et je viens d’être Opérée fin mai. Hystérectomie totale et ablation trompes et ovaires
Je crois comprendre qu’on vous les conserve les ovaires?
Si c’est le cas tant mieux car vous avez les hormones. Moi bouffées de chaleur 15 jours après l’opération. À ce jour, traitement substitutif qui me fait le plus grand bien, plus de bouffées ( j’en avais plus de 10 par jour) j’ai perdu 7 kg ( j’en avais pris pendant la convalescence) , reprise du footing et mes activités sexuelles, tout se passe bien. Franchement, j’avais peur aussi , avant l’opération j’avais de fortes douleurs des ovaires dues à des kystes dermoide de 10 cm sur chaque, et saignement dus à des fibromes plein l’utérus. Opérée en urgence pour douleurs violentes.
Mais aujourd’hui c’est que du bonheur!!!
Ne vous inquiétez surtout pas tout va rentrer dans l’ordre , appliquez les conseils médicaux et ceux que le personnel soignant vous donnera. J’ai été opérée sous laparotomie donc s’était un peu plus long pour les reprises activités.
Je vous souhaite du courage et n’hésitez Pas à revenir vers moi
Jeanne
Titounette
26/11/2017, 18h55
Ti
Bonjour à toutes! Je dois subir la même intervention, ils enlèvent l'utérus et les trompes. J'appréhende mais je vais devoir le faire l année prochaine impérativement. Ça fait déjà un an qui j'y réfléchis et je suis prête même si je m'inquiète après des suites de la vie sexuelle. J'ai 40 ans bientôt et je veux être une femme encore.
Karukera39
22/10/2017, 17h17
Ka
J’avais témoigné en 2014 de mes problèmes hémorragies et qu’il m’était fortement conseillé l’hystérectomie. Je ne le voulais pas... mais les hémorragies ont empiré et j’ai du me faire opérer : la chirurgienne m’a laissé les ovaires...depuis (cela s’est passé en août 2015) je revis ! Pas de problèmes sexuels, Je n’ai mal nulle part, juste une insensibilité à la cicatrice... j’aurais dû le faire plus tôt ! J’étais tellement angoissée de ne plus me sentir femme que j’ai retardé l’échéance et une hémorragie très importante m’a conduit aux urgences, puis à l’opération...
Mimie
20/10/2017, 01h33
Mi
Bonjour, je viens de me faire une opération d'ablation de l'utérus ainsi que les trompes, il y a 3 semaines par incision du bas du ventre. J'ai fais l'opération un mardi et jeudi j'étais à la maison. Tout s'est bien passé. Ma question est pour la reprise de rapport sexuel. On m'a dis pas avant 6 semaines, bien sûr j'ai rien fais, je sais pas ce qui se passe mis j'ai une envie de faire l'amour. Il faut que je vois mon Gyneco avant toute relation sexuel. Est-ce qu'il y a quelqu'un qui a vécu ce genre de sensation ? Merci
Mimie
01/10/2017, 22h43
Mi
Bonjour, je viens de me faire une opération d'ablation de l'utérus ainsi que les trompes, il y a 3 semaines par incision du bas du ventre. J'ai fais l'opération un mardi et jeudi j'étais à la maison. Tout s'est bien passé. Ma question est pour la reprise de rapport sexuel. On m'a dis pas avant 6 semaines, bien sûr j'ai rien fais, je sais pas ce qui se passe mis j'ai une envie de faire l'amour. Il faut que je vois mon gynéco avant toute relation sexuel. Est-ce qu'il y a quelqu'un qui a vécu ce genre de sensation ?
Merci
Jeanne
01/10/2017, 19h04
Je
Bonsoir mimi, j'ai été opérée de la même intervention et on m'a retiré les ovaires aussi .
Le chirurgien m'avait dit de reprendre les rapports comme vous pas avant 6 semaines.
Opérée le 29 mai , 1er rapport début août. Tout en douceur ... c'est à vous d'évaluer par rapport à la douleur.
Il s'avère que j'ai eu un post opératoire et convalescence difficile. Quant aux 1er rapports c'était vraiment bien , ensuite si vraiment vous avez envie de faire l'amour alors il y a d'autres moyens mais surtout pas vaginal car la cicatrice est encore fragile et ce serait dommage d'avoir des complications.
À vous de voir mais appliquez les conseils de vitre médecin. Pour moi à ce jour tout va bien et malgré l'absence d'ovaire donc d'hormones , je ressens toujours l'envie de faire l'amour.
Bonne soirée je reste à l'écoute sinon
Jeanne
Mimie
01/10/2017, 13h22
Mi
Bonjour, je viens de me faire une opération d'ablation de l'utérus ainsi que les trompes, il y a 3 semaines par incision du bas du ventre. J'ai fait l'opération un mardi et jeudi j'étais à la maison. Tout s'est bien passé. Ma question est pour la reprise de rapport sexuel. On m'a dit pas avant 6 semaines, bien sûr j'ai rien fait, je ne sais pas ce qui se passe mais j'ai une envie de faire l'amour. Il faut que je vois mon Gynéco avant toute relation sexuelle. Est-ce qu'il y a quelqu'un qui a vécu ce genre de sensation ? Merci.
Marie
16/08/2017, 09h08
Ma
Oui Jeanne, c'était par cœlioscopie, et au bout d'une semaine j'ai presque plus de gaz, pour le transit j'ai utilisé des plantes dès le lendemain, mais par contre c'est vrai que je ne peux pas rester trop longtemps debout, les effets de l'anesthésie sont encore présents !!! Mais au bout d'une semaine à peine ça ne m'inquiète pas, bonne journée.
Jeanne
14/08/2017, 09h05
Je
Bonjour Marie. Votre intervention s'est bien passée , c'était sous cœlioscopie pour être sortie si vite ? Parce que moi les suites ont été plus longues. Très mal et transit repris qu'au bout de 6 jours. Impossible de rester assise ou debout plus de qq heures. Aucune activités, pas de conduite pendant un mois. Et à ce jour tout va bien? Votre retour s'est bien passé ?
Reposez vous bien et ne portez surtout pas. Bon rétablissement.
Jeanne
Marie
12/08/2017, 13h37
Ma
Bonjour, ça y est, opérée le 10, je rentre à la maison aujourd'hui !!! Tout c bien passé, pas de douleurs particulières hormis celles liées aux gaz. J'ai pris des gélules fenouil/argile et ça a très bien fonctionné. Maintenant je vais voir dans les jours à venir !!!
Marie
09/08/2017, 12h06
Ma
Merci Jeanne, j'y suis et demain le jour J !!! Vivement demain soir !!
Jeanne
09/08/2017, 10h01
Je
Bon courage à Marie pour aujourd'hui. Tout va bien se passer. Dès que vous pourrez donnez de vos nouvelles.
À bientôt
Jeanne
Marie
08/08/2017, 23h16
Ma
Bonsoir Sandrine, les mails que j'essaie d'envoyer restent ds la boîte d'envoi !! Je ne sais pas pourquoi, par contre j'ai bien reçu le vôtre, si vous voulez bien me communiquer votre numéro de téléphone par mail, je pourrais également vous donner le mien
Merci, bonne soirée
Marie
08/08/2017, 14h16
Ma
J'ai passé une IRM et un Tepscan, les ganglions ne sont pas touchés, c'est pour ça que j'hésite !! Voici mon adresse mail : marienoelle.jimenez@gmail.com. Que vous a-t-on retiré exactement ?
sandrine
08/08/2017, 13h43
sa
Bonjour Marie, je n'ai rien reçu sur ma boite mail, je vous redonne mon email : sandrine1705@gmx.fr Sinon donnez-moi le vôtre et je vous contacterai.
Faites très attention avec cet essai clinique qu'on vous propose... Si ce n'est pas nécessaire dans votre cas, pourquoi aller si loin ! De mon côté, mon gynéco m'a fait passer une IRM pour voir si il était nécessaire d'enlever les ganglions lymphatiques, et cela s'est avéré inutile...
Marie
08/08/2017, 13h18
Ma
Bonjour, j'aimerais savoir si pour Jeanne et Sandrine il s'agissait d'une hystérectomie totale élargie (retrouvez des tissus paramètres).
gabriela77
08/08/2017, 10h36
ga
Bonjour Marie, j'ai vu votre message posté à minuit. Si je serais vous je ne participerais pas à l'essaie clinique (un curage pelvien et lumbo aortique (retrait des ganglions). En ceux qui concerne le retrait de l'utérus oui si c'est nécessaire. Vous risquez d'avoir des soucis, car n'oublier que c'est un essaie... Vous devez bien vous renseigner sur les conséquences.
Gabriela
Jeanne
08/08/2017, 10h13
Je
Bonjour Marie, je ne connais pas ce programme. Avez-vous posé toutes les questions au médecin ? Les conséquences possibles ? Les bénéfices ? C'est vous le patient !!! Vous devez absolument être curieuse et la décision c'est vous qui la prenez. En plus d'avoir été une patiente , je suis infirmiere et connais bien le système. En même temps le dialogue avec votre chirurgien est primordial pour la relation de confiance.
Je vous souhaite beaucoup de courage
Je reste à votre écoute
Jeanne
Marie
08/08/2017, 09h58
Ma
Bonjour Sandrine, avez-vous reçu mon mail ?
Marie
08/08/2017, 00h02
Ma
Je dois subir une hystérectomie totale élargie, mais on me propose de faire partie d'un essai clinique qui consiste à faire en plus un curage pelvien et lumbo aortique (retrait des ganglions) !! Je ne sais pas quoi faire !!!
sandrine
07/08/2017, 13h37
sa
Bonjour Marie, je ne sais pas si mon adresse mail passera sur le forum... Je vous la donne à tout hasard... sandrine1705 arobase gmx.fr. En tout cas, bon courage à vous pour mercredi et surtout jeudi. Tout se passera bien, vous verrez. Pour répondre à votre question, non on ne m'a pas enlevé les ganglions lymphatiques...
Je vous embrasse et vous adresse tout mon soutien pour cette opération.
Sandrine
Marie
07/08/2017, 09h50
Ma
Merci Jeanne pour ce commentaire, c'est rassurant !!!
Jeanne
06/08/2017, 23h05
Je
Bonsoir Marie, j'étais très angoissée aussi pour cette intervention. Je ne savais pas ce que j'avais, ces grosses masses étaient un mystère. J'avais peur de l'anesthésie et des suites opératoires.
Je voulais vous dire qu'il faut faire confiance aux médecins. Au moment de l'anesthésie pensez à quelques chose de positif, un lieu, une personne, un moment de bonheur vécu, cela m'a beaucoup aidé.
Je me suis réveillée en salle de réveil de façon sereine. J'ai eu une pompe à morphine.
6 jours d'hospitalisation car j'ai eu une laparotomie. Et la récupération s'est faite de façon progressive. Bien appliquer les conseils du chirurgien et de l'équipe soignante.
Bon courage pour mardi.
Jeanne
Marie
06/08/2017, 22h49
Ma
Je rentre mercredi 9 août à l'hôpital et bloc jeudi 10 !!! Cancer col utérus stade 1, assez angoissée mais j'essaie de rester positive !!! Merci Sandrine d'avoir répondu, on peut peut être se contacter par mail ? Sinon, est-ce qu'on a retiré aussi les ganglions lymphatiques ?
sandrine
06/08/2017, 15h43
sa
Bonjour Marie, je ne sais pas comment entrer en contact avec vous en privé. Sinon je vous répondrai avec plaisir à toutes les questions qui vous préoccupent, connaissant bien l'angoisse d'avant cette intervention. Je le précise, on m'a tout retiré, les ovaires aussi mais tout s'est très bien passé, et retour à une sexualité épanouie, avec libido intacte. Je n'ai pas eu besoin de chimio derrière ni rayons. Je revois mon gynéco qui m'a opérée le 23 août pour contrôle..
A bientôt. Quand vous faites-vous opérer Marie ?
Bon courage à vous.
Sandrine
Jeanne
06/08/2017, 14h43
Je
Bonjour Marie. Je peux répondre à certaines de tes questions si tu veux. À toi de décider.
Bon dimanche
emilie
06/08/2017, 12h29
em
Bonjour, j'ai subit une ablation utérus et trompe le 6 juillet, j'ai 31 ans, opéré septembre 2016, juin 2017 et le 6 juillet 2017. Tout a commencé par mal à l'ovaire gauche, je me demandais comment ça va se passer pour les rapport car avant difficile car douleur, etc... Depuis mes opérations, j'y pense souvent mais je me dis à qui en parler, là j'ai fais l'écho de contrôle de kyste de 6mm ovaire droit à vérifier le gauche. Je revois chirurgien le 6 septembre, je me demande si il va me les enlever aussi, tout ça à cause d'un cachet pour la ménopause en septembre et c'est ça qui m'a bouzillé mon utérus et trompes si j'avais laissé comme ça. Le chirurgien m'a dit "je n'aurez plus été là". Dur, dur le moral.
Fannie
05/08/2017, 22h28
Fa
Je m adresse à Marie qui veut rentrer en contact avec Sandrine. Je me permet d'intervenir afin de vous prévenir que moi-même ayant subit cette intervention (sans cancer, juste fibrome) par voie haute avec retrait de tous les organes, je n'ai jamais retrouvée d'envie donc de vie sexuelle à 54 ans, non ménopausée avant. Il est important de demander à Sandrine si elle a conservé ses ovaires, ce qui paraît-il peut pour certaines maintenir une sexualité. En tout cas par voie haute avec hystérectomie totale, je n'en connais pas beaucoup qui ai conservé cet équilibre. Posez les bonnes questions et ne vous fiez en rien aux dires du chirurgien, eux ils font du chiffre pour la clinique, ne perdez pas ce çadre vue. Bon courage et bonne réflexion avant de subir cette mutilation.
Marie
04/08/2017, 11h34
Ma
Bonjour, je dois subir une hystérectomie totale élargie bientôt et j'aimerais pouvoir entrer en contact avec Sandrine qui a laissé un témoignage le 31 juillet
Jeanne
31/07/2017, 14h42
Je
Bonjour, je voulais réagir à ces témoignages. J'ai 47 ans et je viens de subir une hystérectomie totale avec annexectomie par laparotomie le 29 mai dernier.
L'opération s'est bien passée, masse de 10 cm sur ovaire gauche et 8 cm à droite ainsi que utérus polyfibrateux. Je suis donc ménopausée . Mes 1ères bouffées de chaleur sont survenues dès le 1er mois après l'intervention. J'ai beaucoup de mal à les supporter mais je revoie mon chirurgien prochainement. Traitement substitutif ou pas je suis en réflexion. L'homéopathie fonctionne ? Merci de me le dire svp.
Concernant les activités sportives je n'ai pas encore repris, j'aime beaucoup le footing, je verrai en septembre. En revanche pour les rapports sexuels, qui me faisaient peur j'avoue, nous avons avec mon mari essayé hier, j'avoue que je suis vraiment agréablement surprise. C'est comme avant, nous avons utilisé un lubrifiant, c'est génial !
J'appréhendais mais tout c'est fait dans la douceur et de façon naturelle. Autre appréhension pour moi, c'est la prise de poids ! J'espère ne pas grossir, c'est pour cela que la reprise du sport est primordiale.
sandrine
30/07/2017, 16h10
sa
Bonjour, j'ai 52 ans, et j'ai subi une hystérectomie totale avec ses annexes, en janvier dernier et j'ai très bien récupéré. Voir mon témoignage sur cette page, un peu plus bas, 2 mois après mon opération. Ma vie sexuelle est restée tout aussi épanouie qu'avant cette intervention. Même plaisir, mêmes orgasmes. Seul bémol... Une lubrification moins abondante nécessitant parfois, et je dis bien parfois, un peu de gel vaginal. J'utilise "Replens" en unidoses. C''est sans hormones, ce qui est indispensable quand il y a eu hystérectomie en raison d'un début de cancer.
N'oubliez pas que si vos organes reproducteurs ont été touchés, voire même retirés, il n'en est pas de même de vos organes sexuels, qui eux, demeurent intacts. Aucune raisons de voir votre vie sexuelle changer si elle etait excellente avant. Mon gynéco me l'avait déjà assuré, car j'étais très inquiète, et j'ai pu le vérifier... Tout va bien, rien de changé ! Bon courage à toutes.
Pichounette
27/07/2017, 21h17
Pi
J'ai subit une hystérectomie il y a 5 ans. Depuis,je vie en couple mais ma vie de femme est totalement autre. Marre de refuser des postes de soignante dans ma vie professionnelle, marre de ressentir des douleur et pas du plaisir. Je suis encore une femme à part entière.
Bises à toutes et courage.
Angela
27/07/2017, 20h55
An
Bonjour, me revoilà quelques mois plus tard. Je me plaignais de ma vie sexuelle qui n'était plus la même depuis mon hystérectomie. Finalement tout est rentré dans l'ordre.
Ne vous inquiétez pas. Je me posais beaucoup de questions et finalement j'ai retrouvé les orgasmes comme auparavant et j'ai 67 ans.
Voilà ce que je voulais vous dire. Pas d'inquiétude.
Lulu
27/07/2017, 06h21
Lu
Bonjour, j'ai lu un peu ce que vous avez écrit mais j'ai une question, je pense que j'ai eu un peu des réponses positives/négatives dans toute vos messages.
Moi je suis une femme homosexuelle et je me suis mis avec une femme qui s'est fait opérer du col de l'utérus. J'ai du mal à lui donner du plaisir, elle elle ne sait pas trop si ça vient de l'opération car elle n'a jamais demandé et puis ça faisait plus de 10 ans qu'elle était célibataire, donc elle se rendait pas trop compte.
Maintenant qu'on est ensemble, elle se pose des questions, elle ressort des sensations mais ça ne va pas jusqu'à l'orgasme. Pensez-vous que ça peut venir de l'opération ?
Merci de votre réponse, à bientôt et courage à toutes.
ninette
11/04/2017, 15h41
ni
Coucou à toutes. Moi j'ai 40 ans, j'ai eu deux enfants, hystérectomie fin janvier car j'avais de l'adénomiose hémorragique. Je vivais dans les saignements au quotidien, une vraie galère, pesanteur dans le ventre, maux de ventre, de règles, anémie, etc. Et ça ne s'arrêtait plus. Je ne regrette absolument pas cette intervention, j'attendais que ça, et tout va bien dans ma vie de couple. Je ne vois aucun changement concernant les rapports, tout se passe très bien comme avant sauf que je n'ai plus aucun désagrément, je revis tout simplement !
Dia36
24/03/2017, 10h32
Di
Réponse à Cachou62. J'ai subit la même chose que toi. J'ai 37 ans. J'ai eu une première césarienne à 7 mois 1/2 de grossesse en urgence car ma pépette avait le cordon autour du cou ... 1er accouchement difficile.
25 aout 2016, la gynéco n'a pas vu le placenta "percréta" (alors qu'elle aurait du le voir d'après les autres docs): c'est la version juste au dessus de "l'acréta" : organe touchés : vessie, rein, hystérectomie en urgence, perde de 5 litres de sang, hémorragie etc .... et toujours des douleurs 7 mois après.
Bref, le bébé va bien. Moi psychologiquement, je suis détruite. Mon corps de femme aussi, je voulais un dernier enfant par la suite.
Sur les rapports sexuels, ca se passe bien. Je suis entrain de réaliser une procédure au civil contre mon gynéco qui n'a pas vu les complications avant. J'ai été réanimée 2 fois ... j'aurais dû être orientée vers un hôpital plus important, pas un petit CH de campagne ... Bref, tout c'est presque bien terminé, reste à se reconstruire ... le plus dur.
Fannie
20/03/2017, 13h02
Fa
Angela, comme je vous comprends ! Dommage que vous n'ayez pas eu plus de temps pour nous lire... Il y a 8 ans pour les mêmes causes que vous, j'ai fait cette intervention, et je la regrette ! Mon intimité n'est jamais revenue, heureusement mon conjoint comprend . Mais on a l'impression qu'on nous a volé notre complicité amoureuse, je me sens "morte" de l'intérieur, quel gâchis ! J'espère pour vous que vous aurez une amélioration. Bon courage.
Angela
20/03/2017, 09h29
An
J'ai subi une hystérectomie il y a un peu plus de trois mois. J'ai 67 ans. Ceci à cause d'un polype et d'un fibrome qui saignaient de temps en temps. Suspicion de cancer. Pas eu trop le temps de réfléchir. Cela s'est fait en un mois. Finalement pas de cancer. Je regrette beaucoup cette intervention car mes rapports sexuels ne sont plus comme avant. J'avais une vie sexuelle harmonieuse et maintenant grosse crainte et petits saignements. J'en veux au gynécologue. Tous les mêmes. Je regrette cette intervention.
Mimie
18/03/2017, 13h50
Mi
Cachou62, j'ai presque vécu la même chose : j'ai 39 ans, pour ma troisième césarienne, j'ai eu un placenta accreta aussi, j'ai fait une hémorragie massive pendant la césarienne (3,6 litres de sang perdus !), on a donc décidé sur place l'hystérectomie pour que je ne meure pas tout de suite (lol) et pour moi aussi c'était un remariage... Le papa m'a quittée pendant ma grossesse alors le problème de la sexualité s'est posé différemment... Sauf que pour moi ça fait presque 4 ans que c'est arrivé et j'ai tellement peur d'avoir de nouveau des rapports (on m'a aussi enlevé le col) que je n'ai pas eu d'autre homme dans ma vie depuis... J'ai peur d'avoir mal, peur que ce ne soit plus pareil... Du coup j'ai trouvé la solution ultime : je m'abstiens... Sauf que je n'ai pas trop envie de rester seule pour le reste de ma vie...
Cachou62
18/03/2017, 01h14
Ca
Je lis vos témoignages avec bcp d'attention car le 14 février dernier, je viens de subir une hystérectomie 10h après ma 5ème césarienne. On m'avait annoncé que celle ci serait difficile vu le nombre de césariennes antérieures et à cause d un placenta dit «praevia accreta ». Après la césarienne, de violentes douleurs ont orienté l équipe vers un scanner. Hémorragie interne et hématome qui se collectait sur la paroi externe de l utérus. Direct.... re-bloc. Hysterectomie, transfusion de 4L de sang + plasma, soins intensifs.... super pour l'arrivée de bébé. En plus le jour de la st Valentin ! Bref.... très difficile. Un mois après, embolie pulmonaire, pleurésie et infection pulmonaire bilatérale. Douleurs pas possibles à la moindre inspiration..... je ne relève plus la tête. J'ai un traitement anticoagulant pour minimum 6 mois. Seulement, j'allaite mon petit loulou donc j'ai droit aux injections. Pas de traitement per os possible le temps de l allaitement. Psychologiquement, rien ne va plus. J ai 39 ans. C est mon dernier bébé donc mon dernier allaitement. Ma santé me rappelle à l ordre. Je viens de donner un enfant unique à mon chéri (remariage) qui au final nous a donner bien des frayeurs vu la naissance. Je me rends compte qu'inconsciemment je rejette la pierre sur le papa. Pour avoir voulu lui donner un enfant, je me retrouve mutilée dans mon corps de femme. J angoisse par rapport à notre future sexualité. Je ne me sens plus désirable et évite tout rapprochement physique alors que nous étions fusionnels. Certes j'ai eu la chance de donner naissance mais je n'imaginais pas vivre celle ci aussi difficilement. Tant dans mon corps que dans ma tête.
Fannie
09/03/2017, 18h43
Fa
Tant mieux Sandrine que tout se passe bien pour vous, mais ne parlez pas de psychologie, ce que l'on ressent est bien évidemment lié au retrait de nos organes, qui ne sont pas que reproducteurs, les ovaires produisent des hormones liés au ressenti du plaisir. L'utérus ok, plus besoin, mais ayant subit cette intervention par voie haute, je peux dire que plus aucun plaisir après et j'avais une vie sexuelle parfaite avant , j'ai attendu que ça revienne , et 8 ans après je n y crois plus!
Sandrine
08/03/2017, 15h02
Sa
J'ai 51 ans et j'ai subi une hystérectomie totale sous coeliosopie début janvier, en raison d'un début de cancer. Hospitalisation de 48h. Rentrée le jeudi à l'hopital, opérée le vendredi, sortie le samedi. Arrêt de travail de 2 mois. Tout s'est bien passé, j'ai très vite récupéré. Sexuellement rien de changé. J'ai repris depuis peu, mais mes orgasmes sont toujours aussi présents et aussi forts. Aucune douleur lors des rapports sexuels, absolument aucun changements. Et aussi, un détail important, j'ai très peu de bouffées de chaleur, et quand j'en ai, elles sont brèves et pas du tout gênantes. Bref, je vis bien, comme avant, toute aussi épanouie. Voilà je voulais apporter mon témoignage, car il est positif et ceci pour rassurer toutes les femmes qui s'apprêtent à subir cette intervention, et qui sont, comme moi avant celle-ci, à la recherche de témoignages. J'avoues qu'après lecture de bon nombres de ceux-ci, j'ai eu très peur et m'attendait au pire, avec le moral qui va avec. Quelle surprise de découvrir que pour moi tout se passait pour le mieux et qu'en plus je pouvais rester une femme heureuse et épanouie sexuellement parlant.
(Je rajoute que bien qu'ayant subi 2 césariennes, mon gynéco a pu m'extraire l'utérus et ses annexes sous coelioscopie, j'ai donc eu seulement 4 petites incisions sur l'abdomen. Il n'a pas été necessaire de "m'ouvrir"). Très peu de douleurs post-opératoires. J'ai même pu rentrer chez moi dès le lendemain, en conduisant moi-même.
Bref, à vous qui me lisez et devez bientot subir cette intervention, ne craignez rien, ni sur les suites de l'opération, ni sur les conséquences sur votre vie sexuelle. Ce sont vos organes reproducteurs qu'on va vous retirer, pas vos organes sexuelles! Bien-sûr, j'ai 51 ans, j'ai eu mes enfants, et j'étais déjà ménopausée.... C'est sans doute pour ça que psychologiquement cela ne changeait rien pour moi. J'aurais été dévastée si cela m'était arrivé beaucoup plus jeune....
Bon courage et restez positives.
Pat
02/03/2017, 09h05
Pa
J'ai fait une hystérectomie il y a 3 ans, c'est vrai je ne souffre plus, mais au niveau rapports, séquelle, j'ai toujours mal. Quand je lis que tout est super et que c'est comme à 20 ans, je dis non. L'envie y est, c'est vrai, mais très difficile au niveau des rapports. Mais j'avoue que si c'était à refaire, je recommencerai. J'ai trop souvent souffert
Fannie
22/12/2016, 23h44
Fa
Réponse à Valou, tant mieux pour vous si tout est mieux qu'avant, mais ne dîtes pas que "ça se passe dans la tête", non, non, tous nos témoignages parlent bien du ressenti de notre corps ! J'ai eu une hystectomie totale sans doute plus douloureuse puisque par voie haute, et je peux vous dire que ma sexualité qui était parfaite a bien disparu. J'ai espéré que ça allait revenir, et étant tout à fait bien dans mon couple, nous avons été patients, malheureusement plus aucun plaisir ni envie.. A part votre témoignage en effet peu de femmes parlent comme vous des suites miraculeuses.
valou
22/12/2016, 04h28
va
Bonjour, j'ai subi une hystérectomie totale par voie basse en septembre 2016 et je viens ici rassurer les femmes qui s'inquiètent. En général , seules les personnes déçues témoignent hélas.
Pour ma part , cette intervention a été très bénéfique, la maladie supprimait le désir et 3 semaines après l'intervention j'ai eu la bonne surprise d'avoir de nouveau des envies sexuelles. Aujourd'hui je suis complètement comblée, rien n'a changé et même mieux j'ai retrouvé la sexualité de mes 20 ans !!!
Mesdames, restez confiantes, si votre gynécologue le conseille, il a surement de fortes raisons pour vous le proposer ; suivez bien les consignes après l'opération et rapidement tout rentre dans l'ordre.
N'oubliez pas non plus qu'un bon rétablissement et le retour à une vie sexuelle normale et même meilleure seront provoqués par votre mental ; hormis qq complications possibles dans certains cas mais tout est dans la tête ! Cette intervention n'a en rien le schéma d'une mutilation ou autre terme employé, mais bien une amélioration de votre santé et de votre vie tout simplement !!
Bon courage aux futures patientes !
Valérie
Fannie11
18/10/2016, 19h39
Fa
Je viens de lire votre mail sur les suites dévastatrices de l'hystérectomie sur votre vie sexuelle, une personne indique le nom d'une chirurgienne. Trouve-t-elle une aide à cette mutilation afin d'aider les femmes à retrouver une vie normale avec leur conjoint ? Depuis 2009 après cette intervention j'ai le ressenti d'une amputation totale de mon intimité... Surtout ne faites cette intervention qu'en dernier recours, après plus rien ne revient A part de rares exceptions, aucune femme ne retrouve sa sexualité, il faut le savoir...
gabriela75
18/10/2016, 10h26
ga
A manue 154 , merci. Je vous laisse quand même le téléphone du secrétariat direct de la Chirurgienne Chryzoula ZACHARAPOULOU : 01.44.73.51.25.
Bon courage à votre sœur.
manue154
17/10/2016, 22h44
ma
Merci de votre réponse et de votre précieux conseil. Bon rétablissement !
gabriela75
16/10/2016, 11h35
ga
Bonjour, pour répondre à manue154, j'ai été opéré mardi dernier par la chirurgienne Chryzoula ZACHARAPOULO à l'Hôpital TROUSSEAU à Paris pour une adénomyose et endométriose. Une chirurgienne très à l'écoute de ses patientes, elle répond à toutes vos inquiétudes. En sachant que la docteur ZACHARAPOLULO est la présidente de EndoMind, regardez su google vous avez pleins d'articles.
Gabriela
manue154
11/10/2016, 08h45
ma
Bonjour à tous et toutes,
Tout d'abord un grand merci pour votre site et la générosité de vos témoignages. Ma soeur est l'heureuse détentrice d'une endométriose ainsi que d'une adénomyose, elle envisage aujourd'hui une hystérectomie car elle n'est plus en âge de procréer. Nous recherchons donc une spécialiste a Paris qui puisse répondre aux questions qu'elle se pose... je précise une, car nous espérons qu'une femme serait, peut-être, en mesure de comprendre ses appréhensions concernant sa sexualité, tout comme vous, donc pas obligatoirement un chirurgien.
Je me demandais aussi si MIMIDO et KARINE, puisqu'elles semblent avoir bien vécu cette opération, pourraient nous transmettre les coordonnées de leur patricien ou chirurgien ?
D'avance merci
renouvellement23
01/05/2016, 20h24
re
Suite à une hysteroctomie totale élargie subie fin août 2015, je n'ai plus d'envie sexuelle, de désir et de plaisir ! J'ai 54 ans, mariée depuis 35 ans, mon couple est en péril ! Je me retrouve entièrement assexuée ! J'ai bien sûr consulté sexologue, psychanaliste... Et jusqu'à aujourdh'ui je continue mes recherches dans le but de m'aider ! Mon mari doit se contenter de rapports que j'accepte pour sauver mon couple !
jeanne
22/02/2016, 09h25
je
Linasarah Evelyne je vous ai lu ... Que vous dire, sinon que je vous comprends, oh combien, et que je n'espère plus rien pour moi. Je ne viens même plus voir ce groupe de discussion, pour ne pas réaviver cette blessure physique et morale à l'infini. Mais bon, j'ai été sensibilisée à nouveau par l'intervention d'un médecin spécialisé à la tv il y a quelques jours. J'ai découvert que par extraordinaire, il exerçait tout près de chez moi. Et je souhaite donc aller le voir pour lui parler de ce scandale qui fait que beaucoup de femmes se retrouvent mutilées, sont dans une immense détresse et totalement seules, incomprises et non reconnues par une grande partie du monde médical. Je vais vous donner une adresse mail où vous pouvez m'écrire si vous voulez, je vous répondrai et je vous tiendrai au courant de mes avancées. Mon seul objectif n'étant plus de m'occuper de mon cas "foutu", mais de prévenir toutes les jeunes femmes qui ne sont PAS informées des conséquences possibles de cette opération. Voici : dar.k.eyes@hotmail.fr Notre devoir est de prévenir les autres, les plus jeunes. Témoigner aussi pour essayer de faire progresser la médecine.
Maiwenn
03/02/2016, 14h07
Ma
Karine bonjour, j'ai subie une hystéroctomie et avec une diminution du vagin, donc il ne me reste que quasiment 4 cm, voilà pourquoi ma vie est un peu foutue sexuellement. De plus j'ai eu en 2012 une sortie d'intestin ... par le vagin vue que j'ai subit après l'opération une curiethérapie. Si vous lisez tous les témoignages vous allez réalisé que beaucoup souffrent de cette opération. Je suis vraiment contente pour vous que tout se soit régularisé. Chapeau à votre chirurgien.
KARINE
11/01/2016, 10h01
KA
J'ai subi une hystérectomie le 11/08/2015 suite à une endométriose : j'avais les derniers temps des hémorragies très importantes. Impossible de vivre avec ça. La chirurgienne m'a enlevé que l'utérus bien que j'ai 57 ans. Tout s'est bien passé. J'ai très hésité à faire cette opération si bien que j'ai eu des hémorragies pendant deux ans. 15 jours après l'opération, je me sentais déjà très bien. J'ai même fait une marche de 7 kilomètres qui m'a toutefois assez fatiguée avec la chaleur du mois d'août. Depuis cette opération, je revis ! Plus de sang, plus d'écoulement, bref, plus besoin même de mettre des protège-slips. Au point de vue sexuel, cela n'a rien changé du tout ! Aussi bien qu'avant ! Bref cette hystérectomie a été très bénéfique et j'aurais dû la faire beaucoup plus tôt !
Gdb0301
09/01/2016, 15h49
Gd
Bonjour à toute,
Pour ma part j'ai subi (car seul l'utérus était touché, mais le chirurgien qui m'a opéré fait cela dés que les femmes ont 45 ans ! Eh oui mesdames à cette âge là plus question de faire un enfant !) une hystérectomie non conservatrice (ce qui signifie que je n'ai plus ni le col de l'utérus, ni les trompes et ni les ovaires) en juin 2015. Pour l'instant l'opération n'a rien changé, j'ai toujours les mêmes douleurs, et plus, puisque maintenant il y a celles dues à la sécheresse et la très grosse gêne des bouffées de chaleur, c'est une vraie horreur.
J'ai accepté de prendre des hormones depuis sept. La sécheresse s'est légèrement atténuée mais les rapports sont toujours très compliqués, ce qui génère de la tension dans notre couple, car mon mari n'envisage pas de ne plus avoir de rapports sexuels à 49 ans ?? Dommage pour moi ! Je suis suivie par une urologue car je n'arrête pas de faire des infections, depuis décembre 2014, au départ le chirurgien me disait que c'était à cause de mon utérus mais après l'opération rien à changé. J'ai passé une IRM fin décembre 2015 et la radiologue m'a dit qu'il y aurait peut- être quelque chose au niveau des intestins, que c'était une piste à explorer. Ce serait assez crédible car la plus part de mes infections sont intestinales (différents streptocoques et entérocoques). Voilà mesdames mon témoignage. Je suis contente d'avoir trouvé un groupe à qui parler car je n'ai personne autour de moi avec qui le faire et c'est très lourd à supporter !
POSITIVE
03/01/2016, 08h36
PO
Bonjour à toutes. Il y a presqu'un an... le 15 janvier, j'ai aussi subi une hystérectomie. Je n'aime déjà pas le terme de subi car je l'avais choisi en toute connaissance de cause. Après plus de 20 années de galère, à 41 ans, j'ai découvert que je souffrais d'endométriose. La convalescence a duré un mois avec quelques galères sur le transit qui existent encore mais en comparaison à la maladie, rien à voir.
Un utérus ne fait pas la féminité et ne nous prive pas de vie sexuelle. Son ablation peut être psychologiquement difficile si l'on craint le fait de ne plus pouvoir donner la vie. Pour ma part, j'ai compris que je ne pourrais pas avoir une vie sexuelle normale après une si longue période de galère si je ne consultais pas une sexologue. J'ai trouvé la bonne thérapeute, et en pas même six mois, je me suis débarrassée du vaginisme qui existait du fait de l'endométriose. Et ma vie n'est que plaisir.
Maintenant je vais m'attaquer à mon poids pris avec l'endométriose, mais pas après l'hystérectomie. Je crois qu'il faut être positive, bien entourée et aussi bien opérée (donc bien renseignée avant) pour avancer.
Courage, il y a une très belle vie après une hystérectomie !!!
linasarah
02/01/2016, 11h35
li
Jeanne, je m'appelle Evelyne, j'ai été opérée d'une hystérectomie totale il y a 15 ans. Comme vous, je ne peux plus avoir de rapports sexuels et je suis boulimique. J'ai tout essayé : psychiatres, maison de santé, hypnose...
je suis dépressive. Les docteurs ont-ils le droit de détruire la vie sexuelle des femmes ? Pour moi, il ne s'agissait que d'une andométryose et non d'un cancer. Nous sommes nombreuses dans ce cas. Ce n'est pas humain car les hommes n'y comprennent rien. Ne pouvons-nous donc pas nous rassembler, faire entendre notre souffrance, que ce soit encore une erreur médicale. Peut-être existe-t-il même une intervention chirurgicale qui nous rendrait notre féminité. J'espère avoir une réponse de ta part Jeanne, je suis persuadée qu'on peut faire quelque chose. A très bientot. Evelyne.
fab
11/08/2015, 19h58
fa
Bonjour, j'ai subi une hystérectomie en juillet 2014. Cela s'est bien passé mais ma convalescence a été très longue. Aujourd'hui cela fait 1 an et mon ventre est toujours endormi. Si vous avez subi la même opération et que vous avez les même symptômes, pourriez-vous me donner vos ressentis et ce que votre gynécologue en pense. Cela me rassurerait car je ne vois mon médecin que dans 1 mois et demi. Merci.
Pat
27/07/2015, 11h27
Pa
Bonjour Maiwenn, j'ai subit une éviscération 6 semaines après mon hystérectomie sans avoir eu de radiothérapie ou autre ayant pu amincir la peau. Aucune explication du corps médical : accident thérapeutique...
Cela fait 1 an et demi maintenant et impossible d'avoir des rapports, trop peur !
J'ai rencontré un gynéco qui m'a fait un toucher du fond vaginal et qui m'a dit qu'il ne sentait plus de cicatrice (donc positif) et qu'il fallait que je reprenne les rapports car les horribles douleurs que je ressentais pendant l'examen étaient dus à une fibrose ... Il m'a conseillé d'utiliser un mini vibro pour me ré approprier mon corps en douceur, mais même ça j'ai peur. C'est peut être une solution pour vous.
J'arrive à prendre un peu du plaisir autrement, mes relations de couples de seront plus jamais les mêmes...
Je consulte un psychiatre une fois par mois, cela m'aide à extérioriser , à ne plus en parler à la maison (me plaindre soyons clairs !), à ne pas faire culpabiliser mon mari.
Ne gardez pas ce traumatisme pour vous seule. En parler et être reconnue victime est primordial à mon sens. Je souhaite porter plainte contre l'équipe médicale mais j'ai d'autres gros problèmes de santé (lésions cérébrales apparues récemment) et je vais sans doute devoir me faire soigner dans le même hôpital, donc je ne veux pas que cela me porte préjudice...
Je suis là si vous souhaitez en discuter.
Amicalement. Patricia
Maiwenn
24/07/2015, 18h14
Ma
Bonjour à toutes, j'ai été opérée en 2001 et depuis mon opération, ma vie de femme n'est plus la même : rapports extrêmement douloureux, saignements après chaque rapport ! Suite à une curithérapie la peau de la cicatrice s'est amincie... En 2012, cette cicatrice s'est ouverte, mes intestins sont sortis : j'aurais normalement dû mourir et depuis j'ai tellement peur que je n'ai plus de rapports car d'après le chirurgien cela peut recommencer. C'est devenu un réel problème psychologique ...Que faire pour être un peu mieux ?? :)
belinda
16/06/2015, 14h17
be
Oui, j'ai un document, une copie de la biopsie utérus avec quelque adhérence. Ces fragments on fait l'objet de nombreux prélèvements qui ne montrent pas d'envahissement néoplasique. A une consultation, le chirurgien a dit qu'il n'y avait rien de grave, mais il a tout enlevé, utérus et col. J'ai un rendez-vous avec le directeur de cet hôpital Epicura Hornu, Belgique.
Patbty
15/06/2015, 18h02
Pa
belinda, demandez une copie de votre dossier médical afin de savoir exactement ce qu'il en est au niveau de votre utérus. Prouver une erreur médicale sera dur.
On m'a enlevé mon utérus sans mon accord mais comme il y avait de l'adénomyose (endométriose interne), l'expert a indiqué que le chirurgien avait agit pour ma santé. Par contre, mon col a été enlevé aussi et là il n'y a aucune explication et la suture a laché après 6 semaines (intestins dehors !)... mais rien que l'expertise coûte 2000€. Et je n'ai rien perçu comme dédommagement, il faut que je porte plainte et que je paie encore et toujours sans avoir la garantie que l'erreur soit reconnue.
Tenez-nous au courant si vous le souhaitez. Si vous allez bien, profitez de la vie !!
belinda
14/06/2015, 23h09
be
Bonsoir, j'ai subit une hystérectomie de l'utérus à cause d'une tumeur du colon. Après biopsie l'utérus n'avait rien de rien, pas de fibrome, pas de cancer de l'utérus à part quelques adhérences qui ne donnent pas de douleur. Y a-t-il eu erreur médicale ??
COCO
24/05/2015, 20h10
CO
Bonjour, je voulais témoigner suite à mon intervention hystérectomie conservatrice (on garde les ovaires) par voie basse qui a eu lieu en février 2015. C'est vrai que ma vie à changé.
Avant j'avais des douleurs et des saignements régulièrement. Pendant les rapports j'étais mal, j'avais mal et j'étais gênée vis-à-vis de mon mari.
Mon intervention s'est décidé rapidement (un mois) mais le chirurgien qui m'a opéré était très compréhensif, à mon écoute. Elle m'a expliqué ce qui allait se passer et à répondu à toutes mes questions mêmes les plus intimes avec des mots simples. L'intervention a été compliqué elle a duré huit heures et j'ai fait une hémorragie car j'avais plusieurs fibromes et un qui a grossi très vite ( 13 cm ) et qui était mal placé.
Je voulais juste dire que certains médecins restent encore " humain".
En ce qui concerne ma vie de femme, je l'ai reprise en main sur tous les points et ma vie de couple est mieux car je n'ai plus de douleurs. C'est vrai qu'il faut être prête dans sa tête car on perd une partie de nous mais il faut se dire que c'est pour du mieux.
Je suis d'accord avec plusieurs d'entre vous pour dire que le chirurgien est en grande partie responsable de notre futur vie de femme et que nous réagissons toutes différemment aux interventions. Ne perdons pas espoir.
En ce qui me concerne, je ne regrette rien.
miranda
23/05/2015, 21h59
mi
Une hystérectomie gâche une vie et détruit un couple, on peut survivre avec des séquelles psychologiques et physiques car nos rapports sexuels ne sont plus comme avant, douloureux. C'est sûr qu'aujourdhui tout tourne autour de l'argent des médecins comme dans la maison de la prairie. Cela n'existe plus, une hystérectomie rapporte plus qu'une hystéroscopie mal faite. C'est comme le dentiste, au lieu de vous soigner la carie il va vous fragililiser la dent jusqu'a ce qu'elle tombe et après il va vous proposer une prothèse, comme ça il touchera beaucoup plus. Cela a été le cas pour mon mari Alors si vous pouvez éviter cette maudite opération, ce serait mieux. A part si vous n'avez pas le choix, choisisez bien votre gynéco, c'est important, ne vous laissez pas berner par les fausses paroles, écoutez votre instint mais sachez que cela changera votre vie. Cela est sûr qu'au début on est soulagé de ne plus avoir des règles hémorragiques mais après on éprouve un vide Ce qui me révolte le plus, c'est quand le gynéco propose systématiquement l'enlèvement du col même si celui-ci n'a rien, juste par prévention il ne prend même pas la peine d'informer la patiente des effets secondaires sur les rapports sexuels. Si celui-ci s'est retiré, dans ce cas on enlève tous les organes par prévention. Personne ne peut prévoir en avance ce qui peut nous arriver dans vingt ans, bizarrement les médecins si. Alors si je peux vous donner un conseil, ne foncez pas la tête dans le mur. J'espère que vous aurez plus de chance que moi.
lilou
19/05/2015, 03h05
li
Moi je me demande si c'est normal que quand mon chum éjacule maintenant, ça coule tout de suite en dehors et c'est très embêtant !
naima
25/04/2015, 18h17
na
Bonjour à tout le monde. Je complète le témoignage de juste une femme, je suis tout à fait d'accord avec vous, chaque femme répond au poste opératoire différemment, j'ai subi une hystérectomie en juillet 2014, d'après mon expérience, il m'a fallu 3 mois pour reprendre ma vie intime avec bien sur l'aide de mon mari qui était très patient. Les rapports sont devenus plus intense qu'avant l'opération. Aussi la fréquence de ces rapports a augmenté. Toutefois je sens que mon vagin n'est pas trop profond.
Cordialement
JUSTEUNEFEMME
24/04/2015, 12h51
JU
Bonjour, je viens apporter mon témoignage concernant les relations intimes après une hystérectomie. Après, chaque cas étant différent, il est difficile de dire si l'on sera toutes dans le même cas ! Pour ma part, j'ai attendu que les douleurs au fond du vagin disparaissent totalement, environ 1 mois et demi après l'intervention, de manière à être certaine de refaire des câlins dans de bonnes conditions. Je n'ai eu aucun souci, tant sur le plan de plaisir que celui des douleurs. La seule différence que j'ai pu noter est que les orgasmes sont plus courts et plus intenses, mais rien d'autre ne change. Certaines collègues qui ont eu elles aussi cette opération ont soit une diminution de libido, sécheresse et pour une autre, l'absence total de plaisir ! comme quoi, chacune réagit différemment sur ce point là. Mon gynéco m'avait conseillé de prendre les choses en main et de guider moi même pour éviter toute douleur. Il est quand même évident d'y aller doucement les premiers rapports, et chacun connait son corps et ses capacités. Beaucoup de choses se passent dans la tête et il faut surtout éviter de penser qu'il nous manque quelque chose ou que les choses ne seront plus comme avant, c'est le meilleur moyen je pense de faire un blocage. Courage à toutes celles qui regoûtent à l'amour, pas plus différent qu'avant !!
marie
23/04/2015, 12h26
ma
Bonjour à tous, j'ai été opérée en novembre 2014 d'un cancer ovarien, on m'a retiré les ovaires ainsi que l'utérus avec un carcinome péritonéale. J'ai une cicatrice de plus de 20cm. Le soir, je suis très fatiguée, je me couche à 20h, mon époux ne comprend pas pourquoi. Je n'ai pas envie d'avoir de relations. J'aurais besoin d'un conseil car je n' ose pas en parler à mon médecin. A partir de quand peux-t-on avoir des rapports ? J' ai peur d'avoir mal. Est-ce que c'est risqué ?
Merci de vos réponses, je suis très angoissée
jeanne
14/04/2015, 09h33
je
L'hystérectomie est une catastrophe pour la sexualité. Depuis 10 ans, je n'ai plus aucune sexualité et j'en suis devenue boulimique, obèse et maintenant diabétique. Chaque rapport me causait une intense douleur dans le fond du vagin, alors que ma sexualité d'avant était très épanouie. Je ne consulte même plus les gynécologues car les examens et l'introduction du speculum me provoquent toujours la même intense douleur au même endroit.. J'ai été dans la détresse morale durant des années de la perte de ma sexualité et j'en veux beaucoup au médecin qui m'a opérée ! Il a gâché gravement ma vie ... maintenant je vis une grande souffrance morale et mon mari et moi ne nous entendons plus, et je me dis que le fond du problème est l'absence de sexualité et de toute intimité que nous n'évoquons même plus jamais.
Je reprends ici une partie de mes témoignages anciens pour de nouvelles amies. Prenez le temps svp de lire tous les témoignages. C'est tellement important pour tout le reste de votre vie sexuelle et totalement irréversible, pensez-y. Je ne témoigne ici que pour avertir les jeunes femmes.
Fanny, j'ai lu votre appel et je vous réponds. Je suis d'accord pour entrer en contact avec vous et je vous donne une adresse mail où vous pouvez m'écrire. Je vous répondrai sans faute. Je considère que j'ai été "mutilée" sexuellement par le milieu médical et non aucun des spécialistes que j'ai à l'époque consultés ne m'a fourni de réponse. Mais j'ai ressenti une gêne de leur part sur ce sujet. Je parie que de nombreuses autres femmes sont dans la même détresse. A l'époque où cela m'est arrivé j'étais jeune encore et avais une sexualité parfaite comme j'ai dit. Et tout a changé dès cette opération où on m'a dit qu'on retirait le col de l'utérus pour éviter tout risque de cancer. C'est certain je n'aurai pas ce cancer là puisque je n'ai plus aucune sexualité possible depuis 10 ans. Je pense que la douleur causée par les rapports se produit à l'endroit où j'ai été "recousue" sans doute sur des terminaisons nerveuses très sensibles. C'est irréversible.
Je voudrais pouvoir refaire ma vie avec un nouveau compagnon, cela ne me sera pas possible non plus sans sexualité ! Je n'espère plus rien de la vie.
Evette, je suis bouleversée par votre témoignage. J'ai eu exactement les mêmes émotions que les vôtres. Si douloureuses moralement. Oui je suis persuadée que la douleur vient du fait que le col de l'utérus a été recousu. Moi il y a si longtemps. J'ai revu une fois le chirurgien sans l'accuser de rien, juste dire la douleur et mon incompréhension. Pas de réponse. Ensuite il ne souhaitait plus s'occuper de moi. Etrange ! A l'époque je n'avais rien compris. Je comprends seulement maintenant le scandale de cette histoire avec tous vos témoignages désespérés. Il faut médiatiser cette souffrance qui doit durer depuis longtemps dans la solitude d'un tas de femmes désespérées et depuis au moins 2 ou 3 générations de femmes, c'est à dire depuis que ce genre d'opération est pratiquée. Beaucoup de nos mères ont subi ce genre d'opération. Moi j'ai su que le col de mon utérus avait purement et simplement été retiré avec l'utérus pour également un fibrome qui ne me gênait pas beaucoup, et sans me demander mon avis, ni m'informer de conséquences éventuelles possibles sur ma sexualité. J'entendais que tant de femmes étaient opérées ainsi que je ne me suis même pas un instant posé de question. Bien sur en l'absence du col de l'utérus et de l'utérus, le chir ne peut plus rien reprendre de toute façon puisqu'il n'y a plus rien, juste une couture et une cicatrice. Et bien sûr c'est à cet endroit que cela fait immensément mal ; et quelle chance c'est là aussi que s'exprime l'intensité du plaisir, donc pour nous maintenant l'intensité de la douleur. Et même si il y avait encore quelque chose, les tissus seraient "ressoudés" donc impossible de revenir en arrière, non ?
J'avoue que je suis, par moment, dévorée de rancoeur contre le monde médical qui se croit toujours tout permis et qui aime un peu trop jouer à l'apprenti sorcier ou qui se prend pour le "bon dieu" avec un trop sentiment de toute-puissance ! Et puis aussi quelle honte quand je devais à l'époque demander des gels en pharmacie pour ma sexualité foutue à la quarantaine et l'oeil goguenard de la personne qui me servait, pour au final avoir un rapport pas extra avec du gel (c'est beaucoup moins bien) et encore et toujours toujours toujours le cri de douleur au moment de l'orgasme masculin. On ne peut pas demander au partenaire de se diriger sur le côté du vagin !!! impossible .... et de se retenir pour le faire plus doucement ! donc plus d'orgasme pour aucun des deux. Moi j'ai été obligée de tout laisser tomber après des années sans changement ni solution satisfaisante.
Je refuse ABSOLUMENT le discours médical qui consiste à dire que tout cela est dans la tête ! Je ne veux pas être vulgaire, mais le sexe de l'homme qui me fait crier de douleur et non plus de plaisir, il n'est pas dans ma tête mais bien dans mon vagin et dans mon sexe mutilé !

Même si le gynécologue n'est pas responsable de tout, son intervention dans ma vie n'a pas été un cadeau et j'ai eu totalement confiance en ce discours médical qui consiste à dire que l'utérus n'a plus aucune utilité faute de maternité et que le col ne sert à rien. Je suis convaincue que c'est faux ! Je suis ultra sensible et sensuelle, sans doute comme vous (mail à une amie), et je suis convaincue que toutes les parties de notre intimité féminine participe à notre plaisir féminin. Je suis convaincue que le passage du vagin à l'utérus par le col est l'un des lieux de l'extase quand le partenaire entre en érection et éjacule, contrairement à ce que dit le médecin gynécologue. Mes perceptions féminines étaient bien "développées" ce qui (j'ai entendu dire) n'est pas le cas de toutes, y compris les médecins gynécologues féminines (??) et j'avais à cet endroit et à ce moment un vrai plaisir intense qui m'est devenu impossible, car il s'est trouvé remplacé par une vive douleur. Cet endroit est coupé et recousu et est devenu pour moi un lieu de douleur très violente, même des années après l'opération. Vous n'avez sans nul doute pas fait cette expérience, moi si ! La sexualité formidable avant cette opération est pratiquement impossible après. Je ne l'ai pas "rêvé" ou plutôt "cauchemardé", c'est tristement et douloureusement réel ! Et je n'accepte pas que quelqu'un nie ma douleur sexuelle physique, et qui au départ n'était que physique ! Elle est devenue psychologique bien après, et pour cause, quand j'ai compris que nul ne m'aiderait et que c'était vraiment foutu !
Merci Mado de ton témoignage, il est terrible et ta souffrance immense. Quel scandale, tout le gâchis que le milieu médical fait impunément de nos vies ! Moi aussi je suis mutilée et comme toi j'étais "vaginale" et, contrairement à toi, j'ai essayé d'avoir à nouveau une sexualité aussi satisfaisante qu'elle l'était avant, mais cela n'a plus été possible à cause d'une immense douleur dans le fond du vagin, et même des années après cette opération castratrice. Les médecins ne connaissent encore rien à la sexualité et au plaisir féminins et prennent la liberté de nous mutiler sans réfléchir. Honte à eux tous !!! Je t'embrasse (je suis en lien avec toi sur FB et je t'ai reconnue), tiens bon, tu es une belle personne. Beaucoup, beaucoup, beaucoup de femmes souffrent comme nous et ne parlent pas, par honte. Elles n'ont pas à avoir honte. C'est le monde médical qui doit avoir honte. Il faut que les femmes le mettent devant ses responsabilités de ce qu'il a fait subir et continue de faire subir à nous toutes.
Oui Christine, comme toi, cette douleur au fond du vagin, toujours plus de 10 ans après l'hystérectomie ! Merci Docteur ! La seule et unique solution : NE PLUS JAMAIS avoir AUCUN rapport sexuel ! Et là je te jure qu'il n'y a plus aucune douleur ni aucun autre désagrément ! Rien vraiment. Quelle "tranquillité" et quelle frustration quand on n'y a pas été préparée, comme nous toutes.
Mais vous pouvez dire adieu à vos mecs ou même simplement au respect qu'ils ont pour vous, nous ne sommes plus des femmes, pour eux, donc en quelque sorte nous ne sommes plus rien. Il faudra s'estimer heureuse pour celles qui ne seront pas abandonnées ou maltraitées, ou simplement moins bien traitées qu'avant. Courage à toutes. Soutenons-nous svp, nous en avons toutes besoin.
Christine, Il y a longtemps pour moi, on a mis 10 ans à identifier une endométriose sévère qu'on a prise pour un cancer quand j'ai été reçue en urgence au CHR de ma région. Des années plus tard, on m'a fait cette hystérectomie pour un fibrome de taille moyenne, mais ensuite je ne crois pas avoir eu de pertes ou de saignements après cette opération, et non plus lors de mes tentatives de sexualité. Le seul désagrément est la douleur, mais si vive que ....impossible. Pour les saignements, je ne suis pas médecin, il serait peut être bon de revoir un spécialiste par mesure de précaution, on ne sait jamais. Bon courage.
Personnellement, Christine, je suis presque certaine que la douleur se produit à l'endroit où le vagin a été coupé et refermé, sur la cicatrice, sans doute des terminaisons nerveuses plus sensibles ou cousues, je ne sais pas ? Mais il faudrait quand même essayer car certaines femmes n'ont, semble t-il, pas du tout ce problème. Donc espoir quand même !!!! Peut-être pas "foutu" pour toutes les opérées ? Courage.
Je termine en répétant encore et encore au médecin qui m'a opérée qu'il a tellement et gravement endommagé ma vie que cela est irréparable et a eu des conséquences multiples et en chaîne qui ont déterminé une grande partie de ma vie. Les préjudices sont vraiment immenses :'-(
depassageparici
23/03/2015, 10h38
de
Lorsque je lis les résultats de l'étude sur le vécu pendant les relations sexuelles des femmes ayant "subi" une hystérectomie (tout en bas de la page) et lorsque je compare avec les "plaintes" écrites en direct par certaines femmes, je me dis que c'est un peu comme en physique quantique : comment l’observation de l’expérience modifie l’expérience ! C'est à dire que l'observateur, le médecin, le statisticien qui a envie de prouver que l'hystérectomie agit peu, voire plutôt en bien sur la vie sexuelle des femmes opérées, saura concevoir et proposer un questionnaire à questions fermées qui fera dire aux femmes ce que l'on a envie qu'elles répondent.
D'un autre côté, chaque témoignage personnel est à lire sans oublier que c'est une personne vivante qui l'écrit et qu'elle peut reporter certains de ses problèmes sur son opération.
Mais à priori, j'écoute l'être humain plus que la statistique. Et si je suppose que, même si cette opération ne pose pas autant de problèmes physiques que les témoignages semblent le dire, je lis que c'est souvent une opération qui bouleverse. Au moins. Et celles qui sont bouleversées ne sont pas des imbéciles pour autant (c'est ce que pourrait laisser entendre le parallèle entre statistique positives et patientes plaignantes). En cela, même si le discours positif (ou négationniste) du médecin est là pour positiver, le déni de nos souffrances par les médecins n'est pas toujours correcte pour notre moral et notre estime de nous mêmes.
Christine
23/03/2015, 09h22
Ch
Bonjour Eve, le problème que vous évoquez est celui auquel j'ai été confrontée après une opération concernant la découverte d'un début de cancer du col de l'utérus.
Après la convalescence logique, et le retour d'envie sexuelle, j'ai eu des rapports hyper douloureux car je me suis aperçue que mon vagin était devenu moins profond, plus court. Parfois j'avais même des petites pertes de liquide rosé, comme du sang, et je ne vous parle pas de la douleur, lorsque le gland de mon partenaire s'enfonçait jusqu'au fond.
Puis petit à petit, une sorte de souplesse est revenue, les douleurs se sont estompées, je ne me suis pas "crispée". Et aujourd'hui 24 mois plus tard j'ai des rapports sexuels tout à fait agréables.
Alors que je pensais ne plus avoir de plaisir d'une façon définitive.
Juste un homme...
16/03/2015, 08h25
Ju
Bonjour Eve, tout d'abord, je précise que je suis un homme. Pour répondre à la question principale, je ne sais pas si il existe une opération pour rallonger le vagin.
Mais il n'y a aucune raison à ce que vous ne parliez pas de votre souci à votre gynécologue. Je constate que votre opération, et ce souci qui vous "dérange", datent de presque 25 ans.
Je me demande alors simplement si la problématique n'est pas ailleurs que celle de la profondeur de votre vagin. Et l'on parle de combien de cm de profondeur ? Car autant on parle des mensurations pour un homme, que l'on ne s'occupe guère de celles d'une femme !!! Et pour ma part, en tant qu'homme, la profondeur d'une femme ne se jauge pas à celle de son vagin. Ce n'est vraiment pas, à mon sens l'essentiel...
Il y a des façons de s'aimer, pas forcément celle "d'aller au fond"... Où ?
Par cela, je me pose la question légitime de l'évolution d'un couple dans le désir.
il y a des hauts et des bas dans un couple. Je pense qu'après autant d'années, même sans le souci que vous pointez du doigt, les choses peuvent évoluer et je pense que vous avez sans doute parlé de tout cela avec votre homme...
Alors je me pose la question : qu'attendez-vous de lui sexuellement ? Qu'attendez-vous de vous ? Et votre homme de son côté ?
Il n'y a aucun jugement à avoir, en cela, à mon sens. Mais peut-être tenter de répondre aux attentes de chacun afin de trouver un équilibre. Et je pense qu'il ne faut pas, à moins qu'il y ait des douleurs, ou autres éléments "importants", vous focaliser sur ce problème de profondeur de vagin. D'être "comme avant".
Dans ma vie amoureuse, j'étais déjà avec des femmes qui avaient une profondeur de vagin "peu importante": cela ne m'a pas "dérangé" et à priori, les dames non plus...
Courage et je pense sincèrement qu'il ne faut pas focaliser sur votre "état" et votre vie d'avant, d'il y a 25 ans... C'est valable pour vous, et pour votre partenaire... J'espère que mon écrit pourra vous aider dans votre reconstruction...
eve
13/03/2015, 10h09
ev
Bonjour, après une hystérectomie totale à la suite d’un cancer du col de l'utérus en 1991, mon vagin est devenu trop court pour avoir des relations normales avec mon mari. J'arrive encore à avoir du plaisir différemment, le col se dilate, mais pas en longueur. Depuis quelque temps, nos relations s'espacent, notre couple a changé, nous en avons parlé. Depuis six mois, mon ami ne me touche plus, il est perdu, moi aussi, il est toujours à la maison, ne veut pas me faire de mal, je l'aime. Nous faisons encore des sorties ensemble. Je voudrais savoir s'il existe une intervention de chirurgie réparatrice pour allonger le vagin. Je dois aller voir ma gynécologue, j'ai honte de lui en parler. Je sais que cela n'arrangera peut-être pas notre couple, mais c'est pour moi. Pouvez-vous m'aider ?
Ptitemadame
05/03/2015, 10h52
Pt
Merci Dodo pour les résultats de l'étude, ça me rassure car tout ce que je viens de lire sur ce site me faisait un peu peur. J'ai 42 ans, je n'ai pas d'enfant et a priori je n'en veux pas et je vais me marier prochainement. J'ai eu 2 avc étant plus jeune et on m'interdit toute contraception. Être enceinte, niveau hormonal, pourrait être très dangereux pour moi (avc) alors je panique dès qu'il y a accident avec le préservatif. La seule solution pour moi serait la ligature ou l'ablation des trompes ou une hystérectomie. A cela s'ajoute un utérus fibromateux. Dans certaines positions j'ai des douleurs horribles du côté gauche (à l'endroit des ovaires). Je ne sais pas quoi faire. Quand je lis les commentaires, je me dis qu'il vaudrait peut-être mieux que je reste avec mes douleurs. Un conseil ?? Un commentaire ??
Juste un homme...
04/03/2015, 09h17
Ju
Bonjour, je suis un homme qui vient ici pour vous transmettre le témoignage de ma femme de 47 ans, qui a eu une hystérectomie par voie basse le 19 février 2015, avec retrait des trompes mais conservation des ovaires, suite à un début de cancer (carcinome in situ). Une première conisation avait été pratiquée 1.5 mois plus tôt; après analyse, il s'avérait qu'il fallait agir vite afin d'éviter un cancer qui aurait été invasif.
Opérée le lundi après-midi, retrait de la sonde urinaire le lendemain, douleurs supportables, rentrée à la maison le mercredi après midi. Un peu rapide, mais j'avais pris congé pour aider... Si elle avait été seule, cela aurait vraiment été difficile, voir impossible, les premiers jours...
Très douloureux donc... Des douleurs ressemblant à un fort tiraillement des côtes... Terribles... L'ibuprofène et le paracétamol étaient limites... Les douleurs et des moments de fatigue sont encore d'actualité aujourd'hui, mais cela s'estompe...
Au bout de 2 semaines, nous avons tenté, parce que nous le désirions, des caresses intimes ; ma femme lubrifiait normalement. Aucune pénétration, mais orgasmes sans aucun problème... A noter que ma femme a toujours eu des orgasmes multiples avec ou sans pénétration. Selon elle, les orgasmes sont différents ; il n'y a plus de contractions utérines. Mais cela n'est pas "gênant" en soi... Les contractions se déplacent et les bonnes sensations sont présentes...
Par contre suite aux contractions, réveil de la douleur, tout de même, au suivant...
Premier rapport avec pénétration en douceur (légère, sans aller au fond) ce 1er mars 2015. Aucun souci... Ni pour elle, ni pour moi ; l'amour n'est pas un standard et les ressentis sont toujours différents... Donc, cela ne me dérange pas pour ma part... Nous ne recherchons pas la pénétration obligée, ni elle, ni moi. Peut-être est-ce un élément facilitateur ?
Visite de contrôle hier, tout est ok ! La totalité du "mal" a été retiré. Cicatrisation parfaite. Visite de contrôle prévu dans 6 mois.!
Pour vous dire encore, que chaque personne est différente, que tout évolue, mais qu'il s'agit de garder confiance, de s'approprier son corps...
Bon courage à toutes et à tous...
naima
23/02/2015, 13h28
na
Bonjour à tout le monde, j'ai voulu participer par mon témoignage s'il peut aider. J'ai subi une hystérectomie totale y compris les ovaires et le col par voie haute, avec une cicatrice de + de 20 cm. Cela s'est passé au mois de juillet 2014 pour un début de cancer dans le col de l'utérus. J'ai 50 ans. les 4 premiers mois, je me suis abstenue à tout rapport sexuel avec mon mari. J'avais peur lors de mon 1er rapport avec l'opération. Mon mari m'a beaucoup aidé. Après 3 mois difficultés pour le rapport, j'ai commencé ma vie sexuelle d'avant, plus de douleur, ni même y penser. Aussi lors des rapports je continue à lubrifier, pas besoin de crème ni de lubrifiant. Voilà, si mon témoignage peut aider, tant mieux. Bonne chance à toutes les participantes dans ce forum.
méprisée
05/02/2015, 10h23
Rebonjour à toutes et à tous, juste pour faire suite à vos témoignages et surtout à mon premier depuis mon hystérectomie il y a 3 ans et demi...qui à ce jour est reconnue par un expert médical comme totalement injustifiée. Opération qui aura duré plus de 6 heures, sans vraiment d'explications de la part du chirurgien. A cela s'ajoute une phlébite ovarienne, une péritonite avec choc septique avec rechutes, péritonites récidivantes (devenues inflammatoire). Opération car nombreuses adhérences et occlusion du grêle sur brides !! Plus de rapports sexuels possible, intestin collé sur péritoine, douleurs abdominales avec hernie pariétale..
Et pour couronner le tout, demain je dois voir un urologue car je n'arrive plus à contenir mes besoin d'uriner !!!
Mon age (43 ans ), en instance de divorce, je ne peux toujours pas retravailler car pas encore consolidée.
D'ailleurs comment le pourrais-je ? Aurais-je un jour le sentiment que ma vie d'aujourd'hui est redevenue celle que j'avais avant ? Alors oui, je le redis haut et fort, DEMANDEZ UN AUTRE AVIS. Moi, je suis tombée sur un boucher, qui suite à ses nombreuses erreurs, m'a totalement abandonnée à d'autres confrères qui même à ce jour tentent de réparer tout les dégâts. CONFIANCE OUI MAIS PAS AVEUGLE, et à vous messieurs, prenez bien soin de votre femme car quoiqu'il en soit ce sera une épreuve pour le couple. Bon courage.
mariolud
31/01/2015, 17h37
ma
Salut tout le monde, est-il possible d'avoir des perte blanches après une hystérectomie totale ?
Patbty
17/01/2015, 10h12
Pa
Je confirme que le gel à base d'hormone (estreva) aide à avoir un meilleur confort global. On peut aussi l'appliquer sur les cuisses d'ailleurs. Plus de bouffées de chaleur, protection osseuse, moins de sautes d'humeurs....car stabilité hormonale et meilleure élasticité du vagin normalement, mais contre indiqué en cas d'antécédent de cancer. Mais dans mon cas cela ne règle pas le problème de la résistance car je n'ai pas réessayé et mon mari ne veut plus tenter car il a peur de me transpercer de nouveau (et moi non plus).
mariolud
15/01/2015, 16h57
ma
Bonjour, aujourd'hui après 2 années d'attente, le gynécologue de ma femme lui a prescrit une ordonnance d'oestrodose estradiol fabriqués en Belgique.
Ceci est un gel pour application cutanée. Il suffit de se passer 1 pression du gel chaque soir sur l'avant bras et intervertir chaque soir le passage du gel sur le bras (pas 2 fois sur le même bras). Attention au fumeur, cela pourrai être un inconvénient pour vos artères. Celui-ci permet une meilleur lubrification du vagin, mais n'augmente pas sa profondeur, donc attention messieurs, en pour moi je n'ai pas le droit d'aller jusqu'au fond de celui-ci.
Salutations à toutes.
Patbty
14/01/2015, 20h26
Pa
Bonjour, je ne peux pas donner le nom du chirurgien qui m'a opérée....tout le monde (doc, chirurgiens, recherches, réputation mondiale....) m'a assuré que j'étais dans les mains du meilleur... Suite de mon éviscération post hystérectomie...ben oui...
Cela va faire un an que j'ai été mutilée et toujours pas possible d'avoir des rapports : blocage complet. J'ai trop peur que ça se reproduise (rupture du fond vaginal avec éviscération), douleurs, pollakiurie, cauchemars toutes les nuits, j'en passe et des meilleurs.
Pour rappel, je m'étais clairement opposée à l'hystérectomie mais le chirurgien a retiré mon utérus (adénomyose) et le col (aucune explication de l'expert vu à Paris).
J'ai été opérée à Strasbourg au Chu, en "public", par un professeur (ou un agent d'entretien...je dormais après tout ;-) ) donc je ne peux pas porter plainte contre le chirurgien, il faut que j'envisage un recours conte l'hôpital.
Je dois recontacter l'avocat qui m'avait conseillé de faire les expertises (2000€ de ma poche). Et plus de travail, plus de droit au chômage, plus de santé, plus de vie. Mais à part ça : bonne année !
Fagor
06/01/2015, 08h48
Fa
A patbty : J'espère que vous pourrez lire mon message. Vous semblez parler d'un chirurgien qui va opérer ma compagne d'ici quelques semaines et votre écrit m'interpelle... J'ai de gros doutes du coup. Pouvez-vous svp m'en dire plus ?
Merci d'avance.
tatyanne
04/01/2015, 16h51
ta
Bonjour à toutes, en ce qui concerne les rapports avec mon compagnon, j'évite d'en avoir car je sais qu'il s'ensuit une infection urinaire. Cela devient une hantise et presque une obligation de lui faire plaisir. Heureusement, il comprend, il est patient mais perso ça me dérange et je fuis le lit conjugal, ce qui un jour entrainera un problème de couple.
Je recommence un traitement de gélules pour bien lubrifier jusqu'au canal, je prends des comprimés pour aider, j'ai du gel lubrifiant, une fois qu'on a pris tout ça bonjour la libido :-)
Je dois recommencer des analyses d'urine la semaine prochaine, puis faire une écho rénale ainsi que de la vessie (ha ben oui je fais aussi des pyélonéphrites tant qu'à faire hein !). Et si on n'arrive pas à comprendre pourquoi la fréquence des infections urinaires, on va passer à une cystoscopie, et là j'ai vraiment la trouille de cet examen.
Si quelqu'un en a déjà eu pourriez-vous me dire si c'est douloureux ....n'hésitez pas à me le dire. Allez courage les filles.
marie
04/01/2015, 02h42
ma
Bonjour, utérus enlevé utérus le 17 mars 2014. Affreux, rester 7h au bloc car impossible de me le descendre, dû ouvrir, craquer la vessie, sonde, drain, etc. Depuis ce temps, plein de problèmes, je dois mettre des protège-slips, il me reste un ovaire. J'ai 49 ans, mon mari ne me touche plus. Affreux quoi.
tatyanne
03/01/2015, 21h22
ta
Après une hystérectomie que je croyais totale mais il me restait une partie du col, ma libido était en berne pendant presque 18 mois. Puis quelques années plus tard, j'ai commencé à avoir des saignements et à la suite d'un examen j'ai appris que j'avais des polypes sur un col restant. Le gynéco a essayé de les enlever à son cabinet, mais trop "collés" il a fallu passer à la chirurgie pour les enlever et du coup, hop ! on enlève le col.
A la première visite post opératoire, ça n'avait pas cicatrisé, donc pas de rapports mais jusque là ça va, y a pas mort d'homme ! Cela a mis 2 mois et demi pour cicatriser.
Premiers rapports, aie aie aie ! On aurait dit une jeune fille à sa première relation. "Le cas" ne s'arrangeant pas, visites multiples chez le gynéco qui ne voit qu'un état de sécheresse, et voilà que commence la danse des ovules, des gélules, du gel lubrifiant, etc, etc... A l'heure d'aujourd'hui les rapports sont un peu moins douloureux mais j'enchaine infections urinaires sur infections urinaires. En conclusion, pour moi, c'est une cata cette opération, mais je n'avais pas le choix. Tout dépend des corps, nous ne sommes pas égales mesdames non plus sur ce point là.
Bon courage à toutes.
chipie
02/01/2015, 18h59
ch
Bonjour moi j'ai fait enlever l'utérus en mars, restée 10 jours à l'hôpital avec drain et sonde. Une ouverture de 13 aggravée et avec cela comme j'avais plein d'adhérences, ils m'ont craqué la vessie. Affreux.
mimi
29/12/2014, 14h24
mi
Réaction au précédent "témoignage" intitulé "l'hystérectomie ne perturbe pas la vie sexuelle". Il faut avoir l'empathie d'une huitre pour oser citer cette "étude" et l'intituler ainsi, alors que la quasi totalité des témoignages précédents démontrent le contraire. Cela doit être le fait d'un chirurgien gynécologue.
En ce qui concerne les dégâts de l'hystérectomie, je vous renvoie sur ce site (en anglais) http://www.hersfoundation.org/anatomy/index.html
Qui parmi les femmes hystérectomisées a signé un consentement éclairé, à savoir comprenant ces informations notamment celles liées à la section des ligaments, etc ?
Mimido
17/12/2014, 17h34
Mi
Je viens de lire les témoignages. Certaines vivent bien l'après hystérectomie, d'autres non. Certaines de ces opérations sont faites de telle manière que les fonctions sexuelles sont conservées ou préservées aux mieux d'autres sont sans doute faites (par nécessité) de façon plus radicale. Nous avons des sens, et la préservation de nerfs de toutes ces zones sensibles est sans doute très importante.

Ayant subi à 46 ans une hystérectomie (avec préservation du col) ainsi que l'ablation des ovaires, j'ai pu retrouver après une vie sexuelle normale, avec autant de plaisir qu'à 35 ans. Je dois cela au chirurgien qui m'a opérée et qui a pratiqué une intervention avec beaucoup de soin.

Il faut toujours prendre 2 avis de chirurgiens avant toute intervention programmée importante. Car nous avons des médecins et des chirurgiens très talentueux et très investis en France
Virg
11/12/2014, 10h23
Vi
Bonjour à toutes, j'ai subi une ablation de l utérus, suite à un début de cancer en janvier 2009, j'avais 36 ans. Entre l'annonce de la maladie dû au papillomavirus et le début du rétablissement il s'est passé un an ! Celaa a été une véritable descente aux enfers ! J'étais avec cet homme depuis 20 ans et marié.
J'ai deux enfants.
Visite chez mon gynéco comme d'hab, visite annuelle, rien à déclarer de mon point de vue, me donne en mains un résultat d'analyse d'un frottis en me disant : " On se revoit dans 6 mois et suivant les prochains résultats, on fera une hystérectomie, merci, au revoir." Moi, sur le moment, je ne comprends rien du tout. En sortant du cabinet, j'ouvre le document et je lis : "virus atteignant les berges "... De nouveau je ne comprends rien, je décide de m'arrêter en route chez mon médecin traitant et entre deux patients, il ouvre ce foutu papier, le lit et me demande de le suivre dans son cabinet et de m'assoir, de là il me dit : " C' est un début de cancer".
Je me suis sentie mal évidement, j'ai eu l'impression que tout ce qu'il y avait autour de moi s'effondrait... Lui outré, me demande de changer de gynéco et de prendre rendez-vous de suite avec un autre, pour lui la situation était critique.
Je suis rentrée chez moi anéantie avec des millions de questions se bousculant dans ma tête et j'ai regardé sur le net, mauvais reflex, sur le sujet du papillomavirus. Oh mon Dieu, que m'arrive-t-il ?
J'ai annoncé en fin de journée cela a mon mari, il ne m a jamais comprise. Il m'a dit dans un premier temps :" Ce n'est pas grave, on n'en meurt pas". J'étais dévastée, on m'avait annoncé un début de CANCER, il m avait entendu ou quoi ? Et dans un deuxième temps, après s'être informé plus ou moins bien, m'a prise pour une salope qui avait du coucher avec d'autres ! MOI MAL DANS MA PEAU ET LUI INCOMPRÉHENSIF. C'était le début de la fin de notre mariage.
Bref ! je ne me sentais vraiment pas bien, je me sentais sale à un point que je ne touchais plus à rien, n'embrassais plus personne, ni même serrais les mains !
Et pas beaucoup d explications du côté des médecins qui vous disent que 95% de la population a ce virus sous les ongles !
Je me suis demandée si j'allais être porteuse à vie ou si j'allais le transmettre ????. 2 mois ce sont écoulés depuis mes tous premiers résultats et j'ai enfin rdv chez le nouveau gynéco.
Réaction: "il faut faire vite !! Ce que voulait faire votre ancien gynéco, n'est en aucun cas la bonne méthode car on ne sait pas jusqu'où s'étend le virus et sans conisation au préalable, et en faisant l'hystérectomie de suite, si votre cancer est avancé vous êtes perdue, sans votre utérus nous ne pouvons soigner votre cancer !"
Un deuxième choc ! j'aurais été victime, un cobaye depuis des années de mon ancien gynéco !, il savait que j étais porteuse de ce virus mais ne m en avait jamais informé, la laissé là, en place, sans jamais faire quoi que ce soit ! mais dans quel but ? pourquoi moi ?, il me faisait des frottis tous les six mois, je lui faisait confiance !, il faut entre dix et quinze ans pour devenir un cancer, j étais suivis régulièrement, c est obligé il le savait !, j ai demander mon dossier médical, je n ai eu qu une dizaine de feuilles et rien !, mes examens n étaient pas dedans, tous mes résultats de frottis ??!!, disparus, en fait il était pote avec un médecin en laboratoire à Paris et je n avais jamais les résultats c est lui qui les envoyaient et recevaient les résultats .
Comment prouver cela ? dégoutée depuis ce jour des médecins plus confiance du tout .
3 semaines après: une première conisation,
les rapports ce faisaient rares, je n avais pas la tête a ça, mais on en a eu un et pas trop vue de changement.
Puis le mois suivant une seconde conisation, alors la :-( lors d un rapport malgré toutes les tensions entre mon mari et moi qui ne cessaient de croitre, avons eu un rapport, cela a été un bouleversement, rien à voir avec les rapports que l on avait auparavant, que se passe t il ? on ne m en avait pas parlé ou prévenu, comment ? pourquoi ? est ce que ça va revenir ?.....
et suit l opération,
cela devait être pour noël, vlà le cadeau :-(, j ai décidé de reculer l opération, le médecin me dit "c est vous qui voyez, si oui ou non vous voulez vous faire opérer mais le temps est compté !".
J ai fait cette hystérectomie, fin janvier, ils m ont laissé mes ovaires. Le cancer ne touchait que mon utérus je fus donc sauvée.
En dépression et des complications, je suis restée 3 mois à l hôpital.
Trés mauvais souvenirs, il m est arrivée des trucs ahurissant,
lors d une prise de sang il y avait déjà un flacon avec du sang ne m appartenant pas, l infirmière ne l avait pas vue c est moi qui lui ait dit "c est quoi ça dans votre sachet ?".
Ils ont failli me faire perdre les deux reins en me faisant une IRM et un scanner en 24H.
Et la question qui nous bouleverse, qui nous aient posé à chaque nouvel examen, nous rappelant que nous venons de subir une hystérectomie, qu ils nous posent a tout bout de champs !! au lieu d ouvrir le dossier qu ils ont entre leurs mains !, "êtes vous enceinte ?" et j en passe ....
Après cette opération et être sortie de l hôpital j ai mit du temps avant d avoir un rapport, et lors que j en ai eut un, malheurs, c était quoi ça ?, fallait que je fasse avec, il m a fallu du temps pour me reconstruire psychologiquement, j ai été suivi par un psy et un psychiatre mais pas beaucoup d aide et surtout de l entourage qui ne comprenne pas ce qui vous arrive, et vous ont tourné le dos des qu ils ont entendu le mot CANCER, peur de la mort m a dit mon psy.
Alors trouvez des personnes à qui s est arrivé, mais attention à chacun son histoire, son ressenti et son vécue. Prenez en mais laissez en aussi !.
Je vais terminer par vous dire que ma vie sexuelle a eu des bouleversements mais que tout est redevenue dans la normalité, j ai des envies, des besoins, j ai du certes réapprendre et me réapproprier mon corps mais j ai du plaisirs et pas de douleurs, je pense même que je préfère aujourd'hui ;-).
Aujourd’hui divorcée, cette maladie a changé toute ma vie je lui en veut énormément mais je ne suis pas morte et bien vivante donc j avance !.

Courage à toutes !
gigi
02/12/2014, 01h38
gi
Bonsoir à tous. Je suis nouvelle sur ces témoignages. Je réponds à Max truc qui explique que sa femme a subit une hystérectomie il y a deux ans et cette dernière vient de lui dire qu'elle ne ressentait plus de plaisir lors des rapports sexuels. Ayant moi même subi une hystérectomie en 2009 à l'âge de 40 ans (heureusement pour moi que j'avais déjà deux enfants), je vous confirme que votre femme vous dit la vérité . j'ai moi même ce problème depuis 2009, en plus on n'a pas vraiment envie de faire l'amour (évidement, on le fait pour faire plaisir à notre partenaire). J'adore mon mari par dessus tout, et pourtant j'ai ce problème. Mr Maxtruc, votre femme vous a dit la vérité. Ce n'est pas par ce que nous avons ce problème que nous n'aimons pas nos maris, bien au contraire. Soyez là pour elle, s'il vous plait, car j'avoue que ce n'est pas évident pour nous. Vous savez, trois mois après mon opération mon mari m'a quitté en disant qu'il ne se voit pas continuer a vivre avec une femme qui a ce genre d'handicap d'après ses mots. Heureusement pour moi, 1 an mon divorce, j'ai rencontré MON HOMME actuel. Je ne vous cache pas que durant cette période, j'étais très mal . C'est quelque chose que je ne souhaite pas, même pas pour ma pire ennemie. Utiliser de la vaseline, du gel....
jenny
01/12/2014, 21h10
je
Salut à toutes les dames qui ont tenu à témoigner ici afin de permettre aux autres de savoir ce qu'elles ont senti comme douleur. Je suis en au Togo, et cela fait quelque temps que ma gynéco m'a découvert de petits fibromes lors d'un bilan de santé.
Depuis, j'avoue que j'ai été vraiment traumatisée par ce que j'avais dans l'utérus, je stressais énormément. Mon cycle menstruel n'a pas changé, tout est réglo à ce point, mais au fur et à mesure que le temps passe je sens qu'il prend du volume. Déjà 10 jours après mes menstruations, je sens un grave ballonnement de mon ventre, même de l'eau me donne la constipation. Sur la piste de sport, je suis incapable de faire des abdos, je n'arrive plus à me coucher à plat ventre car je le sens, le comble c'est que je le sens même bouger parfois, je développe genre les symptômes d'une grossesse. Ma gynéco habituelle n'a pas cessé de me parler d'une opération, je lui ai demandé s'il y avait pas un autre moyen avec les médicaments pour stopper sa grosseur, elle m'a dit non.

Alors vite fait, elle m'avait fait une facture pro forma , j'avoue que quand j'ai vu le prix en bas de la fiche, j'ai eu le vertige, car cette opération coûte extrêmement cher. Mon plus grave problème est la peur, j'avoue que j'ai très peur de cette intervention. Dois-je le faire ou aller consulter d'autres gynécos pour avoir leur avis ?

SVP AIDEZ MOI A PRENDRE UNE DECISION. MERCI.
KARUKERA
26/11/2014, 17h03
KA
J'ai subi le curetage au lieu de l'hystérectomie que ma gynécologue souhaitait faire. Cela s'est bien passé. Pas de cancer. Le chirurgien qui m'a fait le curetage m'a demandé de reprendre le traitement ostrodose+progestan que si je ne pouvais pas m'en passer. J'ai eu beaucoup de bouffées de chaleurs, surtout nocturnes. J'ai repris mon traitement depuis 2 jours (j'ai fait le curetage le 3/10), je me sens déjà mieux et ai passé une bonne nuit sans être trempée. Fini pour moi l'hystérectomie ! Je ne subirai pas cette opération sauf si obligation (cancer). C'est inadmissible qu'ils veuillent nous opérer alors que l'on n'a rien !!!
meprisée
25/11/2014, 09h54
me
Bonjour à toutes, je vais essayer d'être brève sur mon cauchemar qui m'a bousillé ma vie depuis 3 ans déjà !
J'ai subi une hystérectomie en 2011 pour soit-disant une masse qui en fait n'avait jamais existé !! Cela a conduit le gynécologue à effectuer une opération qui a mal tourné, presque 6 heures de bloc...Tentative voie basse échouée du fait de mes antécédents chirurgicaux à l'abdomen. Passé chirurgical dont ce dernier n'avait absolument pas tenu compte en me précisant qu'il s'agirait d'une première pour lui et qu'il me trouvait pertinente, qu'il verrait bien quand il y serait.. Seulement reconversion en urgence pour causes hémorragies !
A ma sortie, douleurs horrible en allant à la selle (je m'accrochais au mur), toujours aucune inquiétude de la part du chirurgien !! Je suis rentrée chez moi sans aucune ordonnance, pas même d'anti-coagulants...Au 5ème jour, en plus de mes douleurs violentes, 38 à 39 de fièvre. J'appelle donc le gynécologue pour connaitre la conduite à suivre et je n'ai reçu qu'en fin de journée un appel de sa secrétaire m'indiquant de sa part que je devais me tourner auprès de mon médecin traitant car mon état n'avait aucun rapport avec l'intervention d'après le chirurgien !!! Péritonite avec sepsis, plusieurs opérations avec séquelles, plus de vie, souffrances++++
maxtuc
21/11/2014, 18h40
ma
Bonjour, ma femme a été opéré il y a deux ans. Aujourd'hui seulement elle m'avoue qu'elle ne ressent plus rien lors de nos rapport sexuels depuis ce jour. Je voudrais savoir si beaucoup de femmes (un pourcentage ?) ont le même problème.
N’hésitez pas à m'envoyer vos commentaires.
wolg17
09/11/2014, 17h31
wo
Je suis très ravie de lire vos témoignages. Après une myomectomie, combien de temps dois-je attendre pour un rapport sexuel ?
karukera39
30/10/2014, 16h34
ka
Ma gynécologue voulait procéder à une hystérectomie. Je suis allée voir un autre gynécologue qui me fait un curetage, demain, en ambulatoire. Il n'a pas compris du tout pourquoi cette gynécologue-chirurgien voulait faire une hystérectomie pour de petits fibromes qui ont occasionné il y a quelques mois des règles très abondantes, terminées à ce jour. Il m'a dit qu'il faisait un prélèvement lors de ce curetage et que si cela était suspect, à ce moment là, on pourrait envisager une hystérectomie mais pas avant ! J'avais lu vos témoignages, ce qui m'avait fait douter sur cette opération d'hystérectomie. Merci à vous !
patbty
27/10/2014, 10h57
pa
CARO 76, je constate malheureusement que vous avez été mutilée par "un professeur renommé" à priori. Ce fut mon cas il y a quelques mois, avec une éviscération en post op et le chirurgien a osé dire que ce n'était pas grave...
Je viens de passer des expertises médicales à Paris et j'attend les rapports des experts transmis à mon avocat pour porter plainte contre le chirurgien..
Auriez-vous été opérée par un professeur dont le nom commence par W par hasard et/ou sur Strasbourg ?
Merci.
Bon courage.
Christine
22/10/2014, 08h30
Ch
Il y a quelques mois, suite à une hystérectomie décidée après le dépistage d'un début de cancer du col de l’utérus, je me plaignais après une longue période de convalescence de rapports sexuels douloureux. J'ai refait une pause d'environ 3 mois, et j'ai retenté.
Et là miracle, plus aucune douleur, plus aucun saignement rose-rouge, les rapports sont redevenus comme avant. J'ai été opérée il y a maintenant deux ans et demi.
Caro 76
20/10/2014, 14h25
Ca
Bonjour à toutes. J'ai 44 ans, mariée 2 enfants (dont 1 adopté), 18 années de galère et de FIV. J'ai été diagnostiqué d'une endométriose à 19 ans.
Il y a 4 ans, j'ai subi une hystérectomie totale (sans annexectomie) due aux douleurs aigües (dyspanuries, nodules d'endométriose et endo digestive stade III)
Il y a eu complications durant cette intervention, sténose de l'uretère gauche (pose de sonde jj 6 mois). Pyélonéphrites et hospitalisations repétées.
J'ai perdu l'audition (appareillée) à cause d'une ototoxicité aux aminosides (antibio).
Opérée il y a 2 mois 1/2 d'une annexectomie (ablation des 2 ovaires et 2 trompes), résertion vaginale, résertion colon, résertion intestins, ablation nodules 4,7 cm et 2.5 cm, 2 doubles jj posées...
Je reprends petit à petit des forces et le moral revient. Je n'ai JAMAIS eu autant mal de ma vie : troubles gastriques, urinaires et absence totale de pouvoir avoir une vie sexuelle normale (la pénétration est douloureuse et le vagin réduit me fait très mal, je saigne et je reste 5 à 6 jours avec des douleurs comme en post opération).
Mon gynéco est un homme réputé, un professeur dans le monde de l'endométriose. JAMAIS il ne m'a parlé de l'après. SI j'avais su, je ne l'aurais jamais faite...
J'apprends à VIVRE avec les douleurs, la fatigue et les aléas de la ménopause ( brutale). Ma vie d'avant est MORTE le jour où ils m'ont enlevé l'utérus. J'ai un mari compréhensif et doux...mais jusqu'à quand va-t-il tenir ???
Je vous comprends Mesdames..COURAGE à vous toutes.
Fannie
25/09/2014, 13h33
Fa
Bonjour Nyna, très heureuse pour toi de constater que nos avis t'ont évité cette mutilation. Si ta vie n'est pas en danger, par un risque de cancer, essaie comme tu le fais, tout autre moyen après c'est irrémédiable. Bon courage, soigne toi, mais garde tes organes qui, quoiqu'en disent les médecins, servent à quelque chose et à tout âge !!!
nyna
24/09/2014, 13h26
ny
Bonjour, j'ai été hospitalisée au mois d'avril 2014 pour une transfusion urgente car il ne me restait plus que 4.5g/15 d'hémoglobine par litre dans les veines. Les médecins ont diagnostiqué un adénome gros comme une orange dans mon utérus. Depuis quelques temps mes règles étaient de plus en plus abondantes, puis ininterrompus jusqu'à me vider presque complètement. La solution proposée par mon gynécologue (une femme) a été de stopper l'hémorragie en pratiquant une thermocoagulation au niveau de l'endomètre (les vaisseaux qui créent les saignements mensuels).
C'était très bien jusqu'à la reprise du travail car les saignements ont repris, moins intensément.
Je repart aux urgences puis en consultation, on me conseille l'ablation de l'utérus.
Sur le moment j'ai accepté. J'ai fait trois enfants et j'ai 44 ans donc logiquement le médecin me conseille l'opération. Après avoir fait une nuit blanche,à consulter vos témoignages sur la toile, j'annule mon intervention.
Cela fait maintenant 2 semaines que je me fait traiter par acupuncture avec un complément de décoction naturelle à base de plantes. Les saignements se sont arrêtés dès la première séance, j'en suis à ma 4ème, je revois mon gynécologue le 1 octobre.
Je n'ai pas de kystes cancéreux qui m'obligent à une opération. Donc je conseille vivement à toutes de faire attention avant toute intervention irréversible d'essayer de trouver une autre solution.
Je tenais à porter mon soutien et mon expérience récente à toutes celles qui souffrent, mais aussi et surtout UN GRAND MERCI, pour tous vos témoignages sans quoi je serais déjà mutilée !
Christine
22/09/2014, 10h31
Ch
Tsarine95, Bonjour. Ce que vous décrivez c'est exactement mon cas, suite à un début de cancer, j'ai été opérée en hystérectomie. Rien à dire sur l'opération et la convalescence.
Par contre après la période de repos, lorsque j'ai voulu reprendre une activité sexuelle, j'ai découvert que je souffrais terriblement au fond du vagin, à être pliée en deux. Et, de plus j'avais une sorte de sang rosé.
J'ai essayé du gel, sans succès, car ma lubrification intime fonctionne très bien.
Si le partenaire est bien membré, le rapport se passe dans la crainte de la douleur, c'est ingérable. Je pense que les chirurgiens ne tiennent absolument pas compte de la vie intime lors de l'opération.
Je suis certaine que mon vagin a été raccourci, alors qu'il doit exister d'autres possibilités avec ce type d'intervention.
doudouvero
21/09/2014, 20h16
do
Bonsoir YWA, les échanges sont faits pour que chacune puisse raconter sa propre histoire. Quand j'étais jeune et que je pleurais parce que je me trouvais différente des autres et que je ne rentrais pas dans le cadre souhaité par un groupe pour en faire partie, mon père me répétait que chaque personne au monde est un cas unique, donc un joyau, une perle rare et que je ne devais pas faire confiance à n'importe qui .... la confiance se mérite et elle ne se donne pas ... le partenaire attentif à celle qu'il aime doit prouver son amour par la patience. Le partenaire qui se montrera incapable de consoler, d'encourager, d'attendre, d'entourer sa compagne de mille et une attentions .... ne mérite pas qu'on s'intéresse à sa petite personne. Les hommes ne sont pas fatalement égoïstes mais ils ont tendance à être un peu personnels et manquent d'empathie. Il faut parfois crier ou pleurer notre misère pour qu'ils se rendent compte à quel point nous sommes durement touchés dans notre être et dans notre chair pour réagir.
Il faut discuter avec ton compagnon, ne pas lui cacher ce que tu ressens. Si il a l'impression que tu es physiquement différente parce que son plaisir n'est pas le même, c'est du mimétisme (peut-être parce que tu te trouves, toi, différente, ou que tu souffres pendant les rapports et qu'il a peur de te faire mal, du coup ça l'angoisse un peu).
Tu dois aussi le rassurer, la parfaite cicatrisation arrive doucement. Il faut qu'il soit très doux. En ce qui me concerne, mon conjoint ne m'a pas trouvée physiquement différente. La première fois que nous avons fait l'amour après l'opération, je craignais sa réaction mais il m'a confiée en rigolant "ta petite maison est la même qu'avant". Cela remonte à 20 ans maintenant et nous sommes toujours aussi fous l'un de l'autre. J'ai 59 ans, il en a 49 ...... notre amour l'un pour l'autre est intact. Cet homme doit te mériter. Si il ne pense qu'à son plaisir personnel .... tu dois prendre un peu de recul. Que préférait-il ???? te garder en vie ???? il faut lui poser cet ultimatum. La vie mérite d'être vécue, avec ou sans utérus.
Je remarque aujourd'hui beaucoup de confusion chez les jeunes : ils consomment le rapport sexuel comme des prédateurs ou des chasseurs (les garçons comme les jeunes filles) sans aimer le ou la compagne. Quel dommage !!!! ou est l'amour maintenant dans tout ça ???? il faut se repositionner dans son couple. Le cancer des testicules existe aussi et on enlève les bourses à ces messieurs. Quitterais-tu ton compagnon ???? il faut dialoguer. C'est une histoire à deux. Le vrai amour sort toujours vainqueur. Je t'embrasse.
kathy
21/09/2014, 14h46
ka
Bonjour, j'ai eu une ablation de l'utérus, il me reste un ovaire. Mon copain me dit qu'il n'a plus de plaisir sexuel. Ma gynéco, chirurgien et médecin m'avaient dit que cela ne changerait rien pour lui. Est-ce que ce sont des excuses ou s'il y a des couple dans ce cas ? Les personnes dont le partenaire est toujours satisfait peuvent-elle me rassurer, car ça fais mal ? Je n'ai pas eu le choix d'enlever ou non l' utérus. Merci à tous.
Fannie
11/09/2014, 18h19
Fa
Réponse à Lili : ta maman n'a plus ses ovaires, mais a-t-elle eu l'hystérectomie totale ? Et surtout par voie haute, ce qui est encore plus lourd comme cicatrisation. Dans tous les cas tant mieux pour elle, si elle est restée femme dans sa sexualité. Comme en témoignent les commentaires c'est très rare !!! En général la libido est nulle... Bonne continuation.
Lili
11/09/2014, 15h27
Li
Réponse à Fannie : j'ai gardé les ovaires par contre. Mais ma mère a enlevé ses ovaires et n'a aucun problème de libido. Elle utilise des hormones pour lubrifier le vagin. Bisous.
ywo
11/09/2014, 12h35
yw
Bonjour doudouvero, ton témoignage m'a remonté le moral. J'ai eu une hystérectomie le 26 mai 2014 en urgence, je ne savais pas de quoi il s'agissait, le médecin ne m'a rien dit. Il a fallu ça pour sauver ma vie. C'est grâce au net que j'ai su de quoi il s'agissait. Seul ton témoignage m'a redonné espoir car j'étais en larmes quand j'ai su effectivement ce qui s'est passé.
couard
10/09/2014, 14h04
co
Je souffre depuis 13 ans suite à une hystérectomie compliquée et erreur du gynéco. J'ai vu des tas de médecins par la suite, "il ne fallait pas vous faire opérer" ! Depuis j'ai un nerf de lésé. Il existe en suisse le dr Possover il intervient dans sa clinique Hirlander à Zurich pour les opérations ratées. C'est un chirurgien gynéco et neuro, il est contre l'ablation de l'utérus et aide les patientes dans les douleurs car tout vient du bassin et des racines sacrées qui ont été abimées lors d'une hystérectomie. C'est une vrai mutilation qui entraine des tas de douleurs. Il parle français et est reconnu mondialement, il peut certainement aider bon nombre d'entre vous. Le seul hic est le prix de la consultation mais choisir entre un suicide ou une douleur non stop, il faut voir en fonction de votre état. IL explique par ordi, fait des dessins et fera une étude approfondie.
Tsarine95
09/09/2014, 08h34
Ts
Opérée il y a 3,5 mois d'une hystérectomie totale avec transposition ovarienne pour cause de cancer du col, la tumeur était annoncée à 3,3 cm au petscan mais ne faisait que 1,5 cm après l'anapat.
Il m'est impossible aujourd'hui d'avoir des relations sexuelles épanouies, celles-ci se terminent par des douleurs si intenses que je ne peux plus marcher durant 4 jours. On m'avait dit que rien ne changerait, ce qui est vrai pour ma lubrification et mon plaisir, mais ce dernier s'en retrouve gâché par les saignements et les douleurs qui accompagnent la fin de mes rapports....
J'ai rdv demain avec mon chirurgien afin qu'il trouve une solution à ces douleurs et à son mensonge, car sa réponse à mon mail ne me satisfait pas du tout, puisqu'elle m'invite à prendre mon temps....Quand je lis certaines d'entre vous, je vois bien que rien ne s'arrange. Peut-être que certaines ont eu un traitement pour palier à ce pb, si oui j'aimerais bien le connaître afin de pouvoir à nouveau m'épanouir pleinement dans ma féminité.
doudouvero
31/08/2014, 19h52
do
J'ai subi une hystérectomie du fait de l'existence d'un fibrome énorme (la taille de la tête d'un nourrisson) au col de l'utérus. Les hémorragies étaient très importantes. Parfois je m'asseyais, la nuit, sur le bord des toilettes et je laissais le sang couler pendant plus d'une heure. Cela a duré 7 ans (car je souhaitais un enfant avec mon nouveau compagnon). Je n'ai jamais été anémiée non plus, je n'ai pas manqué de fer et j'ai toujours été en forme. Après une dizaine de fausses couches, j'ai dû abandonner la partie (sur les conseils de deux gynécologues qui ne se connaissaient pas, un homme et une femme, l'un en clinique privée, l'autre en centre hospitalier qui m'ont déclaré ne pas vouloir m'accompagner dans cette aventure de grossesse car mon utérus ne tiendrait pas et que nous "irions au casse pipe à deux", le bébé et moi). Cependant, une part de moi-même regrette l'ablation de l'utérus car je me demande toujours si je n'aurais pas fini par avoir quand même un enfant. Nous sommes en situation de faiblesse au moment de prendre notre décision. Les médecins trouvent les mots qu'il faut pour faire basculer notre choix vers l'opération (du style : "mais vous avez déjà des enfants, ce n'est pas comme si vous n'en aviez pas"), on ne sait pas se défendre. La date de l'intervention a été fixée deux jours plus tard. C'est allé très vite, trop vite sûrement. Alors, il faut prendre le temps de réfléchir (quand c'est possible bien sûr et que l'urgence n'est pas un facteur décisionnel).
Chastelluxe
30/08/2014, 23h18
Ch
Réponse au dernier témoignage, quelle chance tu as d avoir lu nos témoignages avant de te décider, si ta vie n est pas en danger, ne te fais surtout pas opérer . Tu vois après cette opération tu ne seras plus jamais pareille, tu ressens toutes les coutures internes et plus du tout ton anatomie normale, sans parler de la libido qui devient inexistante. Si tu es obligée d être opérée essaie au moins de conserver tes ovaires, quoique l'on en dise même à la ménopause ils sont utiles.
Bon courage.
KARUKERA
30/08/2014, 22h11
KA
Je suis contente de voir tous ces témoignages. Cela fait plusieurs années que je suis sous THS, ce qui me convenait parfaitement jusqu'au jour où j'ai eu des règles hémorragiques qui duraient très longtemps (environ 3 semaines) J'ai eu du Lutényl : ça s'est arrêté puis quelques mois plus tard, cela a recommencé. Cette fois-ci une nouvelle gynécologue-chirurgien m'a prescris ESMYA (nouveau médicament autorisé par l'OMS que durant trois mois). Ceci dans l'idée de m'opérer (hystérectomie en novembre 2014). Mes hémorragies se sont arrêtées mais je n'ai vraiment pas envie de faire cette hystérectomie : je n'ai que des petits fibromes qu'il ne serait guère facile d'enlever par curetage (j'ai déjà subit un curetage il y a qq années). Alors je crois que je ne vais pas me faire opérer, je n'ai pas d'anémie quand j'ai ces règles hémorragiques, et ma santé est très bonne. Je vous remercie pour vos témoignages. Je vais attendre de voir si j'ai à nouveau des hémorragies et vais consulter un autre gynéco qui ne soit pas chirurgien (sait-on jamais - c'est une femme - voudrait-elle une cliente en plus ?).
laMimie
15/08/2014, 21h25
la
Lorsque je lis vos témoignages, je me rends compte que les médecins -surtout les médecins hommes- semblent presque trouver un plaisir malsain à mutiler les femmes. Dans le texte que j'ai copié plus bas, Pierre Rabhi nous explique qu'il pourrait exister une certaine "jalousie" de l'homme à l'égard de la maternité qu'ils ne connaîtront jamais. Nous les femmes, nous avons cette force en nous de porter la vie. Ce symbole sacré et merveilleux réside dans ce petit organe qu'est l'utérus. Il n'est pas étonnant de constater à quel point la perte de cet organe nous affecte, car par-delà le rôle strictement organique de la reproduction, c'est l'utérus qui fait la femme, la féminité, la maternité, il est toute notre identité, et c'est ce symbole que l'on massacre, c'est ça qui nous fait mal. Donner la vie n'est pas anodin, et la perte de l'utérus l'est encore moins.

Voici ce qu'a dit un homme que je respecte beaucoup, et qui s'appelle Pierre Rabhi :

"La quête du féminin m’a toujours accompagné. Je ne parle pas seulement du désir charnel, mais du besoin de l’amitié, de l’affection des femmes.

Je crois à la nécessité d’en finir avec cette exaltation du masculin, entendu comme la volonté de puissance, l’agressivité, la domination. Je me sens profondément blessé par la subordination universelle de la femme. Combien d’hommes sont capables de s’assumer sans celles qu’ils jugent inférieures ? Combien de filles n’ont pas accès à l’éducation ? Combien d’épouses sont encore opprimées ou battues ? Je suis déconcerté que tant de vies puissent naître de cette rencontre violente entre le masculin et le féminin. Les familles, les sociétés qui en résultent, ne peuvent que connaître un profond déséquilibre. Dans la nature, les deux sexes sont indispensables à la création. Le féminin l’est peut-être même davantage.

Lorsque j’étais éleveur, il y avait dans mon troupeau un bouc pour trente bêtes. Une fois qu’il avait fait son office, il pouvait disparaître sans que cela affecte nullement la vie des petits qui, en revanche, n’auraient pas survécu sans leur mère. J’ai toujours été un peu jaloux de cet état de fait. Comment, devant le miracle de la procréation, ne pas se sentir… un peu surnuméraire ? J’aurais tellement aimé vivre cette expérience fantastique de porter un enfant. C’est sans doute cette jalousie fondamentale qui engendre la violence chez tant d’hommes. Leur peur, fantasmée, de ne pas être indispensables. Même dans les pays les plus égalitaires, il nous faut corriger l’injustice et l’arbitraire, rééquilibrer le désir de conquête par l’instinct de protection de la vie. Je ne dis pas que l’un est masculin et l’autre féminin. Je crois à la présence de ces deux forces en chacun de nous. Je suis tout aussi révolté par ces discours qui mutilent les hommes en leur interdisant de pleurer, que par ceux qui prétendent réduire la féminité à la seule maternité. Il nous faut retrouver le sens de notre complémentarité. Entre nous, et en chacun de nous."
~ Pierre Rabhi (article extrait du magazine Happinez de juillet)
doudouvéro
13/08/2014, 16h29
do
Je suis toujours outrée du manque d'humanité de certains médecins qui n'abordent pas le problème de fond qui touche à la nature même de la femme et ce pourquoi elles existent : le droit d'aimer et d'être aimée, le droit de donner la vie et donc de porter un enfant. Pourquoi certains médecins pour se donner raison (peut-être à tort) usent (et abusent) de leur position pour s'immiscer dans notre vie intime en s'accordant le droit de décider (à notre place) que nous ne sommes plus en âge de procréer (40 ans !!!) ou de faire l'amour (50 ans !!). Comment osent-ils nous adresser ce genre de réflexion !!!! Certains affichent même un sourire laconique insupportable quand nous osons aborder le sujet. Je me suis déjà exprimée. j'avais 39 ans lors de mon hystérectomie et j'étais désireuse de donner un enfant à mon nouveau conjoint pour former une vrai famille. J'en ai 58 aujourd'hui. Grâce à l'amour et à la patience de mon conjoint (qui ne m'a pas quittée car l'amour est toujours plus fort que tout), j'ai une vie sexuelle normale tout en ayant recours à l'usage de "lubrifiants". Après l'opération, il faut se reposer quelques semaines, et surtout se préparer à ne pas être différente d'avant. Il faut faire part de ses craintes à son conjoint et, quand on est prêt, le mettre dans la situation que pour nous, c'est comme si c'était "la première fois" : il doit redoubler d'attention, de patience, de câlins, de mots d'amour. Et il faut que cette première fois se passe bien. Ensuite, tout roulera comme avant. Ne vous mettez surtout pas dans la tête que vous n'allez plus être normale. Nous restons totalement nous-mêmes. courage à vous toutes.
isaure 50
12/08/2014, 22h16
is
Opérée d'une myoméctomie avec hystérectomie en 2007 à 43 ans, je me souviens, malgré 2 gynéco femmes et 3 chirurgiens hommes consultes que ces braves gens du corps médical m'ont tous dit textuellement que l'utérus n'était rien d'autre qu'une boite.... Eh oui j'ai entendu cela ou bien "à votre âge vous ne voulez plus avoir d'enfants" (je n'en ai pas eu mais justement c'est à la quarantaine que je me sentais enfin psychiquement prête à avoir un enfant !!). J'ai été opérée par voie haute et j'en ai bavé à l'hôpital Montsouris à Paris 14 ème. L'une de vous a écrit ici qu'on opérait trop et je suis d'accord....Ma gynéco ricane quand je lui ai fait part de ma crainte de reprendre une activité sexuelle...pp
pichounette
09/08/2014, 15h38
pi
Suite à un fibrome il y a deux ans, ma vie a été bouleversée. Je ne m' accepte plus en tant que femme et vis-à-vis des relations, j'ai la libido qui relâche. Que faire, comment réagir ?
Oups
24/07/2014, 21h52
Ou
J'ai eu une hystérectomie en novembre 2013. J'ai perdu plus de 10 litres de sang. C'était ça ou je mourrais. J'ai 30 ans. Sexuellement c'est beaucoup moins bien qu'avant. Douloureux au fond, et insensible à d' autres endroits. Par contre la colère est passée. J"ai appris à faire mon deuil. Certes sexuellement c'est pas le top. Bien sûr que les médecins ne nous disent pas tout. Mais il faut savoir qu'entre l'hystérectomie et la santé il faut choisir. Je n ai pas eu le choix. J'ai été endormie avant la naissance de mon enfant. Je me suis réveillée c'était comme ça. Et si on m'avait laissé le choix entre l hystérectomie ou mourir, j'aurai choisir l' hystérectomie et ses conséquences même cachées. Discutez avec vos médecins. Demandez vos dossier médicaux. Il existe un organisme gratuit d'expertises de dossier médicaux. C'est ce que j'ai fait pour accepter ce que j'appelle aussi une mutilation, un viol presque. Après si il est prouvé que vraiment ce geste était évitable, effectivement ne vous laissez pas faire. Les médecins ne disent justement pas tout et on n'a pas toujours envie d entendre.
Marique
22/07/2014, 11h05
Ma
62 ans, 44 ans dans la fonction publique hospitalière, "bien plongée dans le médical"
Oui, des utérus sont enlevés à tour de bras, c'est inadmissible ! Tout comme des césariennes à tour de bras !!! On aime opérer, et avec la mise en place de la T2A on aime encore plus, ça rapporte !!! Les hommes gynécologues pour la plupart banalisent cette intervention, un utérus ça sert à faire des bébés ! Question : ce ne serait pas dans la tête des hommes qu'il y aurait des problèmes par rapport à la maternité ???
Oui, si cancer diagnostiqué il faut sauver la vie, mais dans ce cas là, la femme en acceptera les conséquences ! Fibromes et alors, ça se soigne !!!
STOP aux investigations sur l'appareil génital de la femme, rappelez-vous du distilbène, n'ont-ils pas joué aux apprentis sorciers ????
RARES sont pour moi les médecins en qui j'ai confiance, OSEZ leur résister, ce ne sont pas des surhommes mais peut-être des complexés du sexe ou des complexés de la gente féminine , et un besoin de dominer !!!
doudouvéro
17/07/2014, 20h08
do
Beaucoup d'entre vous ont subi des opérations dans l'urgence. Tout d'abord, il faut remercier le ciel d'être en vie. Bien entendu il n'est pas question pour nous d'oublier que nous sommes des femmes et que nous avons besoin d'amour dans tous les sens du terme, avec rapport sexuels bien évidemment. J'ai 60 ans. J'ai choisi irrémédiablement l'hystérectomie à 39 ans car un fibrome énorme au col (18 cm de diamètre) était responsable de saignements très abondants chaque mois accompagnés de douleurs difficilement acceptables, sans compter la difficulté à mener une grossesse à terme (j'ai fait 9 fausses couches coup sur coup en voulant braver mon cas). Je venais tout juste de refaire ma vie avec un conjoint plus jeune que moi qui rêvait d'avoir un enfant (j'ai trois filles d'un premier mariage) et lui n'en avait pas. Effectivement, la suture réduit la taille du vagin. Avec un compagnon compréhensif et délicat, tout est possible. Il y a une première fois un tout petit peu douloureuse mais tout est revenu très vite dans l'ordre, pas tout à fait comme avant (car j'ai besoin d'utiliser un lubrifiant à chaque fois) mais j'ai des orgasmes normaux et même plus prononcés qu'avant. Je pense que le problème est surtout un impact psychologique comme si on nous avait enlevé une partie de notre féminité. Vous devez en parler avec vos conjoints (et même vos nouveaux conjoints) sans frustration. Ils doivent agir doucement et obéir à vos différents ressentis. Ce n'est pas à nous de leur donner un plaisir solitaire mais c'est à eux aussi de faire des démarches érotiques et de préparation. Mais, soyez en certaines, nous sommes restées complètement normales. Il y a juste besoin de dominer la peur qui nous emprisonne et les complexes d'être un peu différentes. Quand nous sommes véritablement aimées, quand nous sommes en confiance, il n'y a pas de problèmes, je vous l'assure. Je n'ai pas perdu mon conjoint. J'ai souhaité une séparation à cause de notre différence d'âge et du fait que je ne pouvais pas lui donner d'enfant. mais nous nous aimions trop pour envisager de vivre l'un sans l'autre. Nous n'avons pas tenu 6 mois. Nous sommes toujours ensemble depuis 27 ans. Nous nous aimons toujours passionnément. Notre vie amoureuse n'a pas changé et il est resté très jaloux. Soyez rassurées les filles. Ne sombrez pas une sorte de psychose ou dépression qui vous empêche d'aimer et d'être aimées. Si vous avez peur de souffrir, vous engagez un réflexe de crispation du vagin qui reste toujours capable de se détendre comme avant. Faites vous confiance et faites confiance aussi à l'être aimé. Pour les nouvelles aventures, sachez qu'il existe aussi des compagnons adorables très complexés par la taille de leur sexe. Je vous embrasse. Restez positives. Les douleurs ne sont pas gagnantes face au bonheur. Soyez-en certaines.
Lodulo
15/07/2014, 19h15
Lo
Bonjour. Âgée de 53 ans, opérée il y a 12 ans, j ai eu un chirurgien formidable ! Je l'ai cru pendant 12 ans ! En effet aucune mais vraiment aucune séquelle ni douleurs ! Que du bonheur de ne plus souffrir de règles douloureuses et handicapantes. Mon conjoint et moi avons reprit des rapports normaux. Mon mari est normalement constitué , je tiens à le préciser.
Le week-end dernier j ai eu une aventure ! Et là, horreur ! Une douleur que j ai subie sans oser me plaindre. Donc douleur persistante et brûlure depuis samedi. Je me jette sur internet pour comprendre, et là en effet je lis ce que j ai ressenti. Je croyais que 12 ans après les sutures allaient lâchées. Je plains les femmes qui ont un conjoint très en forme. Je ne recommencerais jamais une telle expérience même si mes sentiments sont en cause. Hélas !
Jene juge pas les chirurgiens et je ne souhaite pas être jugée. Mais il est vrai que le vagin est diminué sérieusement ! Et la nouvelle vie que j' envisageais est sérieusement compromise.
Christine
15/07/2014, 12h13
Ch
Bonjour Jeanne, oui c'est tout-à-fait logique, avant d'être opérée je n'avais aucune douleur au fond du vagin. Cette opération est l'une des conséquences c'est évident. Tout comme les petites pertes rosée-rouge juste après le rapport mais qui disparaissent en 24h00.
Ce qui est terrible, si l'envie et la libido sont là, il y a cérébralement une sorte de frein qui se place en appréhendant le rapport.
Je ne reproche pas au médecin, gynéco, chirurgien d'avoir très bien fait leur métier sur le plan médical, par contre il y a une absence totale d'information sur le sujet lorsque nous sommes en consultation, et le chirurgien dans son acte opératoire pourrait prendre en compte que diminuer la profondeur du vagin est sur du long terme un problème psychologique.
Je ne vois pas être de nouveau opérée pour me faire allonger le vagin !
jeanne
14/07/2014, 19h07
je
Personnellement, Christine, je suis presque certaine que la douleur se produit à l'endroit où le vagin a été coupé et refermé, sur la cicatrice, sans doute des terminaisons nerveuses plus sensibles ou cousues, je ne sais pas ? Mais il faudrait quand même essayer car certaines femmes n'ont, semble t-il, pas du tout ce problème. Donc espoir quand même !!!! Peut-être pas "foutu" pour toutes les opérées ? Courage.
Christine
10/07/2014, 18h45
Ch
C'est intéressant de communiquer nos expériences, car il y a une énorme lacune explicative du coté des médecins et chirurgiens.
Mes légers "saignements" rouge-rosée sont dus je pense au frottement puisque j'en suis certaine mon vagin est beaucoup plus petit, et doit se comporter comme un tube fermé non élastique.
Cela pose un vrai problème vis à vis du "gabarit" du partenaire.
Quant à la douleur que j'ai durant 24h00, au fond du vagin, après le rapport doit avoir la même origine.
Patbty
07/07/2014, 09h48
Pa
Bonjour les filles, je constate que beaucoup d'entre vous ont des douleurs vaginales... Pour ma part je n'ai toujours pas réessayé la pénétration avec mon mari suite à mon éviscération du mois de mars.
Petit rappel : désunion totale de la suture vaginale avec les intestins qui sont descendus dans le vagin...
Pour l'instant mon mari tient bon parce que je m'occupe de lui mais je ne sais pas si j'arriverai à dépasser cette peur de ressentir cette douleur atroce accompagnée des intestins qui sortent. Une vision d'horreur à laquelle on ,'est pas préparée...mêmes dans mes pires cauchemars.
Je me contenterai bien d'une vive douleur lors des rapports si seulement j'étais sure que le fond de mon vagin va tenir ! Par contre, les saignements ne sont pas normaux...il faut consulter pour vous assurer qu'il n'y a pas de fissures...à moins que ce ne soit une irritation due à un manque de lubrification et dans ce cas prenez du lubrifiant ...
Ma libido est encore un peu existante ...(merci estreva gel) et c'est d'autant plus frustrant. Par chance je suis clitoridienne donc j'arrive à avoir un peu de plaisir ( forcément moins qu'avant puisque rapport incomplet).
jeanne
06/07/2014, 19h19
je
Christine, Il y a longtemps pour moi, on a mis 10 ans à identifier une endométriose sévère qu'on a prise pour un cancer quand j'ai été reçue en urgence au CHR de ma région. Des années plus tard, on m'a fait cette hystérectomie pour un fibrome de taille moyenne, mais ensuite je ne crois pas avoir eu de pertes ou de saignements après cette opération, et non plus lors de mes tentatives de sexualité. Le seul désagrément est la douleur, mais si vive que ....impossible. Pour les saignements, je ne suis pas médecin, il serait peut être bon de revoir un spécialiste par mesure de précaution, on ne sait jamais. Bon courage.
Christine
06/07/2014, 16h30
Ch
Jeanne, merci d'avoir répondu à la question posée, donc si je me base sur votre expérience, avoir mal au fond du vagin et les petites pertes rosée/rouges lors des rapports sont irréversibles ?
Bien entendu que le chirurgien ne m'a jamais expliqué ça. D'un autre côté, j'avais un cancer du col de l'utérus, et ma Vie est prioritaire, c'est pourquoi j'ai préféré l'hystérectomie, sans en connaitre aucune des conséquences.
Personne, médecin, gynécologique, chirurgien m'a donnée le moindre renseignement à ce sujet, et je n'ai pas pensé à poser la question concernant la sexualité.
jeanne
05/07/2014, 11h37
je
Oui Christine, comme toi, cette douleur au fond du vagin, toujours plus de 10 ans après l'hystérectomie ! Merci Docteur ! La seule et unique solution : NE PLUS JAMAIS avoir AUCUN rapport sexuel ! Et là je te jure qu'il n'y a plus aucune douleur ni aucun autre désagrément ! Rien vraiment. Quelle "tranquillité" et quelle frustration quand on n'y a pas été préparée, comme nous toutes.
Mais vous pouvez dire adieu à vos mecs ou même simplement au respect qu'ils ont pour vous, nous ne sommes plus des femmes, pour eux, donc en quelque sorte nous ne sommes plus rien. Il faudra s'estimer heureuse pour celles qui ne seront pas abandonnées ou maltraitées, ou simplement moins bien traitées qu'avant. Courage à toutes. Soutenons-nous svp, nous en avons toutes besoin.
jeanne
05/07/2014, 00h45
je
Merci Mado de ton témoignage, il est terrible et ta souffrance immense. Quel scandale, tout le gâchis que le milieu médical fait impunément de nos vies ! Moi aussi je suis mutilée et comme toi j'étais "vaginale" et, contrairement à toi, j'ai essayé d'avoir à nouveau une sexualité aussi satisfaisante qu'elle l'était avant, mais cela n'a plus été possible à cause d'une immense douleur dans le fond du vagin, et même des années après cette opération castratrice. Les médecins ne connaissent encore rien à la sexualité et au plaisir féminins et prennent la liberté de nous mutiler sans réfléchir. Honte à eux tous !!! Je t'embrasse (je suis en lien avec toi sur FB et je t'ai reconnue), tiens bon, tu es une belle personne. Beaucoup, beaucoup, beaucoup de femmes souffrent comme nous et ne parlent pas, par honte. Elles n'ont pas à avoir honte. C'est le monde médical qui doit avoir honte. Il faut que les femmes le mettent devant ses responsabilités de ce qu'il a fait subir et continue de faire subir à nous toutes.
mado
04/07/2014, 02h54
ma
Il y a 5 ans j'ai subit l'ablation de l`utérus qui a causé ma séparation avec mon ex. Du fait que je n'étais pas citoyenne française j'ai du quitter le pays. Maintenant je travaille et je n'ai jamais eu de relation sexuelle depuis ma mutilation. Je vis seule et je ne peux pas chercher un homme parce que j'ai perdu ma libido et j'ai peur d'voir une relation sexuelle. Cette castration m'a brisé ma vie.
Je vais vous raconter comment j`ai pu me faire abuser et mutiler :

Mon généraliste m'avais conseillé d'aller chez un gynécologue pour faire un bilan n'ayant dans le passé eu aucun suivi gynécologique. Nous avions pris rendez-vous avec ce gynécologue pris par hasard sans croire vraiment à l'utilité de cette consultation. Dès le début le gynécologue m'a demandé mon âge (j'ai 44 ans), après un courT examen il me dit : " ce n'est rien, on va vous enlever l'utérus, c'est simple et pas plus douloureux que lorsqu'on vous a enlevé l'appendice". Pourquoi penser au pire comme première solution ? J'étais en larme ! Le lendemain je vais chez le radiologue pour faire une échographie. J'ai du faire une prise de sang. Dans mon test sanguin, j'étais anémiée. Dans la semaine ce gynécologue chirurgien et chef du service de la maternité m'a fait un curetage. A mon réveil de l'anesthésie, le gynécologue me dit : " Je vous prends rendez-vous pour l'enlèvement de l'utérus ?" Le choc ! Je lui ai dis que je ne veux pas en entendre parler. Il voulait que je me fasse opérer la semaine suivante car il partait en vacances. Je lui ai demandé pourquoi cette précipitation. J'ai pensé qu'il y avait certainement une autre solution. Je lui ai dis que je ne veux pas être mutilée et que je veux rester femme. Peut-être qu'il ne souhaitait pas que je me renseigne davantage, une telle opération lui rapporte des sous.

Malheureusement J'ignorais que le curetage se révéLEra inefficace à réduire les saignements. En fait c'est plutôt le contraire qu'il s'est produit. Deux jours après cette intervention date prévuE pour mes règles, les saignements se sont aggravés. Je saignais plus et les caillots étaient presque aussi gros que des foies de lapin, imaginez ma panique !!! J'ignorais qu'il était totalement déconseillé dans mon cas de subir un curetage du fait que j'avais des règles abondantes.

Trois jours après mon curetage, je suis allé voir le généraliste avec mes résultats sanguins, l'échographie. Mon second test sanguin disait que j'avais 8,0g%. J'ai dis au généraliste que je ne veut pas que l'on m'enlève l'utérus. Il m'a fait une ordonnance pour une transfusion sanguine à l'urgence de l'hôpital ( là où le gynécologue travaille). C'est là que je suis allée à l'urgence. Je voulais aller mieux afin d'avoir plus de temps de consulter un autre gynécologue. Je voulais avoir un moment de réflexion afin de savoir si cette opération était nécessaire.
A mon grand étonnement j'ai été hospitalisé à l'urgence de la maternité. Ils m'ont dit que j'y resterai la nuit pour voir demain si j'aurai cette transfusion. J'étais naïve, je croyais que c'était pour être en meilleur forme. Sans le savoir ils me préparaient pour l'opération, on m'a mentit ! D'une nuit j'y suis resté 5 jours à l'hôpital. Je n'ai pas eu de transfusion mais que des perfusions et du fer. Piégée à la maternité, on ne m'a pas laissé réfléchir ni décider de mon corps. Les insomnies m'avaient rendu faible moralement et c'est comme ça que l'on m'a forcé à accepter cette hystérectomie. Je n'ai même pas pu avoir un autre avis médical. Ne supportant pas l'idée de cette mutilation, je marchais la nuit dans la chambre désespérée. Je me sens coupable, j'aurai du quitter l'hôpital en courant. D'après le service de gynécologie, l'utérus n'est utile que dans la mesure où il y a procréation (un sac à bébé jetable !). D'après eux, il fallait me l'enlever à tout prix surtout que c'est une opération sans importance et simple. J'en ai entendu des choses pendant ma captivité, comme du fait que j'ai un fils et que cet organe était à mon âge totalement inutile. Aucun soutien de mon concubin (ce que chemise blanche dit est la vérité). Durant mon hospitalisation j'étais moralement et psychologiquement mise dans une bulle parce que je n'avais su m'exprimer et poser les bonnes questions puisqu'on m'accusait de tout dramatiser et que je devais sourire en pensant à toutes les économies (plus d'achats de serviettes hygiéniques), liberté de ne plus avoir de règles...
J'avais demandé de conserver mon utérus et on m'a dit que ce n'était pas possible et qu'il existait aucun traitement médical alternative ni de chirurgie conservatrice. CE QUI EST FAUX dans le traitement des fibromes ! Étant en absence d'informations complète et objective, ça m'a obligé de me remettre uniquement au discours et à la solution du gynécologue. Le fait de m'avoir rapidement enlevé l'utérus sans avoir eu la chance d'avoir un autre avis médical, c'est horrible ! Je ne souhaite ça à aucune femme. A quelque part, je me dis que j'aurai pu évité cette amputation. J'ai une belle cicatrice sur le ventre, en réalité, je m'en "fous" de cette cicatrice. Je vis mal la perte de mon identité féminine.

Le matin juste avant l'opération j'ai dit que j'espérais mourir durant l'intervention parce que je préfère être morte que de vivre sans mon utérus. J'ai revu le gynécologue un mois après l'opération j'en ai profité pour lui dire ce qui n'allait pas. Il m'a dit que je devais être reconnaissante de ne plus avoir de règles, qu'il m'avait "mise toute neuve". Et que je devais allé consulter un psychiatre parce que tout est dans ma tête, un utérus c'est rien qu'une poche. Que l'hystérectomie est une intervention anodine, qu'il en fait régulièrement. Il a même dit à mon concubin "un petit coup de moineau me ferait un grand bien". LE MACHO...Il m'a mis gentiment à la porte du cabinet en disant tout haut : "Ravi de vous avoir vu, prenez un rendez-vous l'année prochaine, Monsieur occupez-vous d'elle !"
Mon concubin voulait que je tourne la page, il disait que ce n`était rien, que j'ai passé qu'un mauvais moment et que je vais bientôt oublier. Je me sentais si seule. Le pire c'est qu'à la sortie de l'hôpital une femme entre 35/40 est entrée en pleurs pour les mêmes raisons que moi. Régulièrement on mutile des femmes et on ne parle pas par honte. C'est un scandale ! Il s'agit quand même de nos corps, de notre intimité.
Depuis cette opération, je me sens vidée, je ne suis que la moitié d'une femme. J’ avais demandé juste un mois le temps d’avoir un autre avis. J’avais dis à mon concubin ainsi qu’au gynécologue que je ne supporterai pas cette mutilation et qu’étant vaginale que je craignais de devenir frigide après l’ablation de cet organe.
Pendant plus de vingt ans, je me connaissais, je savais comment je fonctionnais, comment en général j’étais faite. Depuis l’abominable hystérectomie, je n’ai plus de repère et même, cette zone, le vagin me devient étrangère. Cette castration me donne la sensation qu’une partie de mon corps n’est plus vraiment moi. Depuis cette hystérectomie forcée, je me sens violée, personne ne me comprend, je suis isolée Cette opération me donne que du négatif, plus d’envie sexuelle, plus de désirs, je ne dormais plus avec mon compagnon, je me suis éloignée de mon fils, incomprise, je me suis isolée de plus en plus. Je vis très mal cette intervention, surtout ce grand vide… Depuis cette mutilatio,n c’est comme si j’étais devenue une transsexuelle inachevée.
L’idée d’essayer de faire la chose m’horrifie. Mon corps me dégoûte.
Comment a-t-on pu me faire ça ? Je ne comprends pas comment mon compagnon que je considérais comme mon mari a t-il pu être aussi calme lorsque ce médecin m’a dit qu’il voulait m’amputer. Pourquoi ne m’a-t-on pas écouté quand j’ai supplié tout le monde de me laisser avoir un autre avis ? C’est dégueulasse, monstrueux que le personnel de l’hôpital m’ait préparé à cette opération en me laissant croire que j’étais hospitalisée pour une transfusion pour prendre des forces. Ce sont des "salauds". Peut-être que si j’avais eu un cancer ou que j’aurais réellement souffert de gros problèmes féminins (que tout traitement aurait échoué), j’aurais été préparé et peut-être que les conséquences de cette hystérectomie n’auraient pas été si dramatiques.
Mais cette terrible opération ne m’a apporté que de la souffrance et des effets négatifs. Incomprise je me suis trouvée toute seule. Sans espoir de refaire ma vie avec un autre homme. Enlever l’utérus c’est une mutilation importante, traumatisante et que ça n’a rien à voir à l’ablation de l’appendice.
Après 9 mois que j’avais subi cette horreur, j`étais tout le temps triste et devenais agressive dès que mon compagnon était tendre avec moi au moment qu`il voulais avoir un rapport sexuel. Je ne supportais plus qu’on me touche, ne prenais plus de bain mais des douches rapides. Après toutes ces années, je n’ai pas eu d’examen médical ou gynécologique (un cauchemar rien que d’y penser)
On m’a fait violence verbale et humiliation pour me faire cette opération forcée. Je ressent que de la colère. Avant cette opération, je le sentais bien profondément en moi, je sentais les contractions de mon utérus au moment des fortes pénétrations, c'était bon ! Maintenant non seulement je n'ai plus de désirs. Je ne supporte plus qu'on me touche. Bravo la médecine (abusive).

J'aimais la vie et j'adorais faire l'amour. Avant l'hystérectomie, j'étais très vaginal. Ayant refusé totalement l'ablation de l'utérus, ce gynécologue m'a fait le curetage afin de réduire les saignements. Le curetage a aggravé le saignement. J’ignorais que ce "médecin" m'avait bousillé mon utérus afin d'arriver à ses fins. Il est vrai que mon utérus avait un gros fibrome intra mural de 7,5 cm. Il fallait le soigner. Mais on aurait pu éviter l'hystérectomie.

Cette opération a été précipitée certainement pour que je n'ai pas le temps d'être informé afin d'avoir une décision équitable. J'ai essayé d'en parlé, de me confié, on m'a dit que ce n'était qu'une "petite histoire de bonne femme", qu'il ne fallait pas dramatiser. A l’hôpital le personnel disait des choses aussi scandaleuse du genre : ” A votre âge vous n’avez plus besoin de ça. ”
laMimie
25/06/2014, 16h42
la
Bonjour à toutes. Pour ma part j'ai subi une hystérectomie totale en cours de césarienne en août 2013 à cause d'une hémorragie due à un placenta accreta. Comme j'ai failli y rester (3.6 litres de sang perdus !!), je ne regrette pas vraiment cette opération, et j'y avais été préparée car le placenta accreta est une des causes de l'hystérectomie pratiquée en urgence, ce qui a été mon cas. Les premiers temps, je n'y ai pas trop pensé, j'avais mon bébé, je revenais de loin, mon mari m'avait quitté pendant ma grossesse... Puis petit à petit, lorsque j'ai repris des forces, j'ai commencé à me sentir "mutilée" comme le disent certaines d'entre vous, et je me suis posé beaucoup de questions sur ma sexualité future. Je suis seule depuis plus d'un an maintenant, mais je fais un blocage par rapport aux hommes, déjà parce que j'ai été plaquée scandaleusement pendant ma grossesse, mais aussi surtout à cause de cette opération : comment en parler avec un nouveau partenaire qui ne connaît pas mon histoire ? Je me demande comment les hommes réagissent par rapport à ça... Est-ce que ça va faire mal ? Comment vais-je le vivre, comment va-t-il le vivre ? Le médecin ne m'a pas vraiment parlé de sexualité, et moi je n'ai pas osé poser la question, par pudeur, ou alors parce que je ne voulais pas savoir...
N'empêche que ne plus avoir cet organe qui a porté mes 3 enfants... C'est comme si j'avais jeté tous les souvenirs qui s'y rattachent... Parfois je pose ma main sur mon ventre, et je me dis que la petite maison qui a abrité ces enfants pendant 9 mois chacun n'est plus là... Et je ressens un immense vide.
Christine
23/06/2014, 23h50
Ch
Bonjour, j'ai 51 ans, il y a presque 18 mois j'ai eu une hystérectomie, pour un début de cancer sur le col de l'utérus. Après un long délai raisonnable, j'ai repris les plaisirs de la sexualité.
Gros problèmes, j'ai des saignements rosé/rouge plus ou moins abondants, et mal au fond du vagin durant 24h00. J'ai l'impression que mon vagin est devenu plus petit en longueur.
Qui a eu ce type de problèmes et quelle solution avez-vous trouvé ?
cricri
15/06/2014, 21h21
cr
J'ai eu cette opération il y a un an maintenant, et moi je peux vous dire que niveau sexuel ça n'a rien à voir par apport à avant. Quand je fais l'amour avec mon mari, je ne ressent plus rien, pourtant mes sentiments envers lui sont toujours les même, mais je n’arrive pas a trouver mon point g comme avant. En plus, souvent nos rapport sont secs, du coup j'ai mal. Je n’ose même pas lui dire que je ne ressent plus rien de peur qu'il ne me comprenne pas. Du coup quand on a un rapport, je simule ce qui me gêne encore plus envers mon homme. Bref c'est l’horreur. Le seul truc que je trouve génial c'est que je n'ai plus ces maudites règles qui finissaient par me pourrir ma vie vu que j'avais un fibrome dans l’utérus et que du coup je faisais des hémorragies à répétition. Voila où j'en suis. Si quelqu'un a un conseil je suis preneuse. Merci d'avance .
Fannie
12/06/2014, 10h23
Fa
Réponse à Lili : Enfin un témoignage positif, 3 mois après une hystérectomie totale, tout est parfait pour vous, alors que normalement on peut tout juste reprendre un semblant de rapport. Vous êtes l'exception de nos témoignages, profitez en !!! Mais pour les futures opérées, prenez le temps de réfléchir ...après c'est trop tard !!!
Lili
11/06/2014, 15h14
Li
J'ai subi à une hystérectomie totale il y a 3 mois, et ça n'a rien changé à mon plaisir sexuel. Au contraire.
couar
03/06/2014, 15h26
co
Les sondages médicaux sont faux voyons c'est encore tabous de dire qu'après une hystérectomie les sensations ne sont pas les mêmes les gynécos chirurgiens ont besoin de fric c'est leur boulot donc en fait les femmes sont des proies bien faciles comment peuvent ils faire des témoignages et savoir ce que ressent une femme alors que nous n'avons pas le même corps c'est absurde ! la plupart des hysterectomies sont faites par des hommes et non des femmes médecins ! c'est une honte ! ils mériteraient qu'on leur fasse la même chose pourraient ils autant bander ? non cette opération est réservée au cancer c'est tout ! nous disposons à l'heure actuelle d'autres alternatives pour pallier à cette MUTILATION ! appelez la presse les femmes ont le droit de savoir !
NAC2014
02/06/2014, 13h26
NA
C'est vrai Fannie, comme je regrette de n'avoir pas vu tout ces témoignages avant... on m'a fait cette opération pour un cancer et ensuite je n'ai pas eu besoin de chimio.... mais si j'avais su....
bon courage à toutes.
fannie
02/06/2014, 13h15
fa
Je réponds au message de Nac pour lui dire d’être courageuse, mais dommage qu'elle n'ai pas lu sans doute, nos commentaires avant son intervention.
Ne faites cette opération que si votre vie est en danger! Après trop tard bon courage à toutes
NAC2014
02/06/2014, 09h36
NA
J'ai subie une hystérectomie élargie fin janvier, tout c'est très bien passé. J'ai laissé le temps que tout se remette en place avant de reprendre une activité sexuelle. Donc pratiquement 2 mois après j'ai repris tranquillement, mon mari faisait vraiment très attention, malgré cela les rapports étaient douloureux et avec des petits saignements. Depuis l'opération ma libido est à zéro et je n'ai aucun plaisir pendant nos rapports.
Il y a deux jours j'ai voulu essayer de faire plaisir à mon mari en ayant des rapports un peu plus intense (mais rien de bestiale non plus), et j'ai eu d'énorme saignements un mal de ventre comme après l'opération, il a voulu m'emmener à l’hôpital mais j'ai refusé, et à ce jour les douleurs sont moins fortes mais j'ai toujours mal au ventre, et quand je vois tous vos témoignages je pense que ma vie de couple est bonne à mettre à la poubelle....
couar
02/06/2014, 02h42
co
C'est une catastrophe 6 mois alitée après un énorme hématome des infections urinaires des douleurs à en vomir la cicatrice du col 14 ans plus tard me brule toujours. C'est une horreur et tout cela pour rien erreur de diagnostic de endo j'en avais mais peu à 38 ans le gynéco m'a foutu ma vie de femme en l'air je souffre beaucoup en plus avec le trocart. Il m'a lésé le nerf pudendal il faudrait faire à ce gynéco la même mutilation et avertir la presse et la ministre de la santé sur les dérives des gynécos fous.
salah
08/05/2014, 09h58
sa
Je vous remercie pour cette réponse que je trouve très bénéfique, seulement la sécheresse vaginale persiste. Est-ce que c'est normal ?Merci d'avance.
jeanne
02/05/2014, 13h16
je
Je refuse ABSOLUMENT le discours médical qui consiste à dire que tout cela est dans la tête ! Je ne veux pas être vulgaire, mais le sexe de l'homme qui me fait crier de douleur et non plus de plaisir, il n'est pas dans ma tête mais bien dans mon vagin et dans mon sexe mutilé !

Même si le gynécologue n'est pas responsable de tout, son intervention dans ma vie n'a pas été un cadeau et j'ai eu totalement confiance en ce discours médical qui consiste à dire que l'utérus n'a plus aucune utilité faute de maternité et que le col ne sert à rien. Je suis convaincue que c'est faux ! Je suis ultra sensible et sensuelle, sans doute comme vous (mail à une amie), et je suis convaincue que toutes les parties de notre intimité féminine participe à notre plaisir féminin. Je suis convaincue que le passage du vagin à l'utérus par le col est l'un des lieux de l'extase quand le partenaire entre en érection et éjacule, contrairement à ce que dit le médecin gynécologue. Mes perceptions féminines étaient bien "développées" ce qui (j'ai entendu dire) n'est pas le cas de toutes, y compris les médecins gynécologues féminines (??) et j'avais à cet endroit et à ce moment un vrai plaisir intense qui m'est devenu impossible, car il s'est trouvé remplacé par une vive douleur. Cet endroit est coupé et recousu et est devenu pour moi un lieu de douleur très violente, même des années après l'opération. Vous n'avez sans nul doute pas fait cette expérience, moi si ! La sexualité formidable avant cette opération est pratiquement impossible après. Je ne l'ai pas "rêvé" ou plutôt "cauchemardé", c'est tristement et douloureusement réel ! Et je n'accepte pas que quelqu'un nie ma douleur sexuelle physique, et qui au départ n'était que physique ! Elle est devenue psychologique bien après, et pour cause, quand j'ai compris que nul ne m'aiderait et que c'était vraiment foutu !

Depuis de très nombreuses années j'ai finalement dû arrêter toute activité sexuelle et je souffre beaucoup de ce manque. J'ai commencé à me gaver de sucreries pour me consoler et je suis devenue obèse et physiquement répugnante. Je n'ai plus aucun espoir de rien, et honnêtement, je n'attends plus que la mort pour achever cette sale histoire de vie ratée.

Juste peut-être témoigner pour les autres, les plus jeunes, avant de partir !
Je souhaiterais pouvoir médiatiser ce scandale auprès de la télévision ou autre.
Pourrions-nous témoigner anonymement de nos histoires ? De ces mutilations inconnues de tous et autorisées, encouragées par le monde médical et décidées sans notre consentement ECLAIRE !
Je réfléchis à ce que nous pourrions faire, au moins pour prévenir les autres femmes et surtout les jeunes femmes. J'ai entendu parler de femmes dont on avait "asséché" un fibrome par traitement médicamenteux...
Pouvons-nous rester en contact et continuer à réfléchir ensemble ?
Moi, j'ai eu une endométriose ovarienne autrement plus sévère que le fibrome qui m'a valu cette mutilation sexuelle. Mon fibrome n'était pas "dramatique" et le col de mon utérus ne présentait aucune lésion, aucun risque à court ou moyen terme de cancer. Le fibrome n'était rien à côté de l'endométriose qui malgré des traitements lourds et plusieurs opérations ne m'avait jamais mutilée et même permis des grossesses et la poursuite d'une sexualité épanouie.
PS : juste dire qu'apparemment cette mauvaise suite n'arrive pas à toutes et si vous avez une pathologie sévère et dangereuse pour votre avenir, il faut quand même vous faire opérer, bien sûr !
On en reparle svp à toutes ?
nini
02/05/2014, 08h12
ni
J'ai fait enlever moi aussi mon utérus depuis 2011, plus j avance dans le temps et plus je me dis que je ne ressens pas la même chose. J'ai l'impression que tout remonte comme 1 aspiration, du coup avoir du plaisir, c'est très dur !! Une impression que tout est fermé.
Docteur Caroline Chaine
27/04/2014, 19h15
Do
Vos témoignages indiquent une très grande souffrance face à l’hystérectomie et le peu d’informations que vous avez reçues avant et après l’intervention par les médecins. Je ne connais pas les indications respectives de vos hystérectomies mais souhaite vous apporter quelques informations.

L'hystérectomie par voie vaginale ou abdominale n’est effectuée que dans des indications précises lorsqu’il n’y a pas ou plus d’alternative à un traitement médical. Il s’agit de lésions cancéreuses du col ou du corps de l’utérus, de fibromes compliqués qui sont responsables d’hémorragies ou qui compressent les organes voisins (appareil urinaire ou digestif), d’adénomyose,… Autant de maladies qui avant l’intervention devaient être invalidantes pour vous ou présenter un caractère de gravité. Donc en principe, après l’intervention vous devriez être mieux !

Il est évident que dans les suites de l’hystérectomie, les tissus ont été lésés et qu’il vaut mieux attendre le feu vert du chirurgien qui vous confirme que la cicatrisation est bonne et que vous pouvez reprendre une activité sexuelle.

Vous insistez beaucoup sur l’ablation du col de l’utérus et la possibilité après l’intervention d’avoir un vagin raccourci. Le col n’a pas de rôle dans la sexualité et le vagin, tissus musculo-fibreux présente une certaine souplesse même si il est un peu raccourci afin d’en assurer la fermeture.

La disparition des règles après l’hystérectomie est chez certaines femmes très mal vécue. Elle est associée à une disparition de la féminité, « ne plus se sentir femme ». Mais il faut aussi dire que certaines en sont au contraire soulagées car elles se sentent beaucoup mieux.

Dans vos commentaires, votre âge n’apparaît pas, ni le fait de savoir si vous êtes ou non ménopausée. La ménopause et la sècheresse vaginale qui survient du fait de l’absence de sécrétion hormonale modifie la sexualité et rends les rapports douloureux. On peut y remédier par un traitement par ovules contenant de faibles doses d’estrogènes plusieurs fois par semaine.

Une sexualité épanouie est la résultante de nombreux facteurs physiques, hormonaux, psychologiques, relationnels, … et même si votre sexualité change après une hystérectomie, il est nécessaire de faire le point avec votre médecin et votre partenaire sur ces différents aspects.

J’espère que ces éléments vous seront utiles et je vous encourage à ne pas rester seule face à votre souffrance. N’hésitez pas à en parler à votre gynécologue.
Nance
11/04/2014, 01h49
Na
Oh la la... je ne trouve pas rassurant du tout de lire la majorité des témoignages concernant les relations sexuelles suite à une hystérectomie. J'ai été opérée le 18 février 2014 pour une hystérectomie abdominale. Il m'ont enlevé l'utérus ainsi que le col de l'utérus. Depuis plus d'un an, j'étais prise avec des méga saignements sûrement dû au fait que j'avais un fibrome à l'utérus. En juillet 2013, j'ai eu l'ablation de l'endomètre car mon gynécologue me disait que c'était une petite intervention et que ça pourrait régler mon problème de saignements. Malheureusement, je n'ai pas eu le résultat espéré. Les saignements ont un peu diminué en quantité, mais j'avais mes règles beaucoup plus longtemps et mon cycle est devenu plus court. J'avais environ 10 jours dans le mois que je n'avais pas de saignements.
Donc il m'a proposé l'hystérectomie et j'ai accepté. Après discussion avec lui il m'a bien dit que ça l'affecterait en rien ma sexualité. Donc je ne voyais que du positif. Après l'opération, j'ai su qu'il m'avait enlevé aussi le col car à la fin novembre 2013, il m'avait fait une biopsie sur le col de l'utérus car j'avais une espèce de tâche blanche et c'est le pourquoi qu'il me la enlevé en même temps que l'utérus au cas où ce serait cancéreux.
Et en date d'aujourd'hui le 10 avril, je n'ai toujours pas eu le résultat de cette biopsie. Aujourd'hui j'ai été le rencontrer pour un suivi. Il m'a fait un examen avec le spéculum et ses doigts et ça a été très douloureux. Pourtant il m'a dit que je pouvais reprendre les relations sexuelles doucement, que si ça faisait mal, d'attendre un peu et de réessayer et que tout rentrerait dans l'ordre. Il m'a expliqué que le vagin était cousu étant donné que je n'ai plus de col mais que j'avais la même longueur de vagin qu'avant et que j'aurais pas de problèmes pour les relations. Mais là quand je lic les commentaires je ne suis pas encouragée du tout. D'ailleurs j'ai encore mal ce soir au vagin du à l'examen de ce matin..... Ouff j'espère que ce sera vraiment ok, j'ai déjà d'autres problèmes de santé, je veux au moins conserver le plaisir de l'orgasme sans douleur........
fannie
08/04/2014, 20h18
fa
Bonjour à toutes. Je lis le message de Patbty et je me dis malheureusement, encore une femme "mutilée " et blessée moralement. Et toujours la même réaction de la part du médecin.
Jeanne , je ne sais pas si vous avez reçu mon mail dans votre boîte perso. Sachez que si vous entreprenez une action, je veux bien apporter mon témoignage. Car , sauf exception, on se rend bien compte à travers ces nombreux messages, de la souffrance des femmes, après cette intervention. À bientôt et courage !! Il en faut ...
Patbty
08/04/2014, 14h19
Pa
Bonjour, j'ai 35 ans et le 6 février on m'a tout retiré ! J'étais d'accord pour l'ovaire qui me restait, mais pas pour l'utérus et encore moins pour le col. Je n'ai eu aucune information préalable ni de consignes post opératoires. J'ai revu le chirurgien en consultation post-op après 6 semaines, qui a été expéditif, et il m'a juste fait un toucher vaginal sans vérifier la suture du vagin. Il m'a dit "c'est bon vous pouvez reprendre vos activités".
Le lendemain pendant un rapport, la suture a lâché et j'ai du être réopérée en urgence. Je n'aurai pas de rapport avant très très longtemps et encore si un jour j'arrive à dépasser ce traumatisme. J'ai contacté un avocat, je pense porter plainte.
Courage.
jeanne
06/04/2014, 18h38
je
Evette, je suis bouleversée par votre témoignage. J'ai eu exactement les mêmes émotions que les vôtres. Si douloureuses moralement. Oui je suis persuadée que la douleur vient du fait que le col de l'utérus a été recousu. Moi il y a si longtemps. J'ai revu une fois le chirurgien sans l'accuser de rien, juste dire la douleur et mon incompréhension. Pas de réponse. Ensuite il ne souhaitait plus s'occuper de moi. Etrange ! A l'époque je n'avais rien compris. Je comprends seulement maintenant le scandale de cette histoire avec tous vos témoignages désespérés. Il faut médiatiser cette souffrance qui doit durer depuis longtemps dans la solitude d'un tas de femmes désespérées et depuis au moins 2 ou 3 générations de femmes, c'est à dire depuis que ce genre d'opération est pratiquée. Beaucoup de nos mères ont subi ce genre d'opération. Moi j'ai su que le col de mon utérus avait purement et simplement été retiré avec l'utérus pour également un fibrome qui ne me gênait pas beaucoup, et sans me demander mon avis, ni m'informer de conséquences éventuelles possibles sur ma sexualité. J'entendais que tant de femmes étaient opérées ainsi que je ne me suis même pas un instant posé de question. Bien sur en l'absence du col de l'utérus et de l'utérus, le chir ne peut plus rien reprendre de toute façon puisqu'il n'y a plus rien, juste une couture et une cicatrice. Et bien sûr c'est à cet endroit que cela fait immensément mal ; et quelle chance c'est là aussi que s'exprime l'intensité du plaisir, donc pour nous maintenant l'intensité de la douleur. Et même si il y avait encore quelque chose, les tissus seraient "ressoudés" donc impossible de revenir en arrière, non ? J'ai presque envie de crier "bandes de salauds !" nous verrions leurs réactions si on leur coupait ou mutilait inutilement un petit bout de leur sexe à eux ! Car je crois que souvent les chirurgiens gynécologues étaient des messieurs, non ? Personnellement pour remplacer ce plaisir "irremplaçable", sans le vouloir, je me suis jetée sur les sucreries depuis plus de 10 ans (il faut que je revois la date de cette néfaste opération .... j'ai tout oublié, on se demande pourquoi !) donc compulsions sucrées incontrôlables et devinez !!!!!! j'ai pris entre 40 et 50 kilos de plus ! J'ai honte mais je le dis ici, à vous, car je sais que c'est cette mutilation et privation de sexualité qui m'a rendue ainsi.
Moi aussi Evette, en ce moment, je meurs d'envie d'imprimer mes témoignages et de les balancer au chirurgien qui m'a opérée pour qu'il sache, juste qu'il sache, mon énorme détresse. Quand je passe près de la rue de son cabinet je me demande si il exerce encore et l'envie me prend de m'arrêter pour aller lui hurler le mal qu'il m'a fait. J'avoue que je suis, par moment, dévorée de rancoeur contre le monde médical qui se croit toujours tout permis et qui aime un peu trop jouer à l'apprenti sorcier ou qui se prend pour le "bon dieu" avec un trop sentiment de toute-puissance ! Et puis aussi quelle honte quand je devais à l'époque demander des gels en pharmacie pour ma sexualité foutue à la quarantaine et l'oeil goguenard de la personne qui me servait, pour au final avoir un rapport pas extra avec du gel (c'est beaucoup moins bien) et encore et toujours toujours toujours le cri de douleur au moment de l'orgasme masculin. On ne peut pas demander au partenaire de se diriger sur le côté du vagin !!! impossible .... et de se retenir pour le faire plus doucement ! donc plus d'orgasme pour aucun des deux. Moi j'ai été obligée de tout laisser tomber après des années sans changement ni solution satisfaisante. J'avais même tellement oublié que j'ai été surprise par mon hurlement de douleur lors d'un examen de routine chez une gynécologue. Mon accompagnante m'a dit qu'on m'avait entendu crier dans la salle d'attente. Quelle honte. Je n'y vais plus. Puis sachez que les médecins ne se critiquent pas ou ne critiquent pas le travail des confrères. Donc c'est la loi du silence total dont vous et moi sommes les victimes qui ne se révoltent même pas ! Je ne fréquente plus les gynécologues et je ne parle plus de ma sexualité à personne et je continue de me gaver de sucreries jusqu'à ce que mort s'ensuive. Merci le monde médical !!!!! J'ai mis mon adresse mail dans un message précédent. Contactons nous en privé, cherchons un moyen d'en parler pour prévenir les jeunes femmes ??!!! Pour aider les autres, mais aussi pour que le monde médical "se bouge" pour trouver une autre solution, non ?
socrina
03/04/2014, 12h31
so
Je suis très étonnée de vos témoignages. Vraiment. Je me suis fait opérée au mois de décembre. J'ai pas eu trop de douleur (bon j'avait subit 4 mois avant une abdominoplastie où là j'ai vraiment souffert). Moi c'était une urgence pour ma vie car j'était très sévèrement anémiée. Depuis je revis. J'ai eu deux rapports depuis qui ont était intenses. Bon il est vrai que la masturbation seule c'est plus pareil mais on apprend à vivre avec. Je pense qu'il y a beaucoup de chose dans la tête aussi. Ma gynéco m'a laissé mes ovaires et mes trompes. Mais vraiment je revis. Plus de fatigue, plus d'hémorragie, plus de vertige plus de pâleur. Moi j'en suis ravie de cette opération.
fannie
03/04/2014, 11h35
fa
Bonjour Evette, je viens de lire ton message et malheureusement ne peut que te comprendre !!!
Mon expérience est un peu la même que toi, on m a opérée en 2009 suite à un fibrome (que je regrette!!!)... Si j avais su les conséquences irréversibles sur ma vie de couple. Je me suis laissée guidée par les médecins qui ne m'ont jamais parlé des répercussions. Comme toi, je me suis retrouvée avec tous ces problèmes malgré un conjoint patient, ma relation se détériore avec le moral, cette mutilation est terrible et si notre témoignage peut servir à d'autres, qu'elles réfléchissent avant de faire cette intervention qui fait que nous ne nous sentons plus de "vraies" femmes et que rien ne nous est proposé.
Je te souhaite bon courage malgré tout.
Evette
02/04/2014, 22h12
Ev
Suite au fibrome, j’ai subi une hystérectomie en octobre 2012. Depuis ma sexualité n’a plus sa place. Les positions "moi sur lui ou lui sur moi" sont les 2 seules qui me soient supportables et provoquant peu de saignements. Jusque là, j’ai pris le mal en patience en pensant qu’il fallait un an pour me rétablir complètement.
Mais au dernier rapport, j’ai dû interrompre (donc pas d’orgasme) tant il était particulièrement douloureux et ce malgré l’attention porté par mon partenaire. Il a de surcroît provoqué un saignement pendant 2 jours. Ce qui est d'ailleurs la preuve que je ne somatise pas…
Vu que cela fait tout de même un an et demi, j’en suis venue à douter que ce soit normal. En faisant une recherche sur internet, grâce aux témoignages laissés par des femmes ayant subi la même opération que moi, j’ai trouvé les mots au mal : l’impression d’avoir « un vagin trop court » !

C’est alors que mon espoir s’écroule, que je réalise que j’ai été « mutilée », que ma vie de femme est achevée à 43 ans et que ma vie de couple est en danger !
J’ai prévenu mon partenaire que je ne pourrai plus le satisfaire et qu'en conséquence qu’il trouve une autre femme… Il m’a regardé avec les yeux ronds et répondu qu’un rapport sexuel par mois, ce serait suffisant. Je me sens donc forcée et je ne sais pas si, à moyen ou long terme, je vais supporter la vie de couple…
J’en ai parlé avec mon médecin traitant qui m’a expliqué que la douleur viendrait du fait que le gynécologue a cousu le col et m’a conseillé de le revoir.
Je m’étonne qu’il ne m’ait pas informé du risque que représentait cette opération. La seule information que j’ai reçue de lui est de ne pas avoir de rapports sexuels pendant les 2 mois qui suivent l’opération.
Les gynécologues savent-ils qu’après l’hystérectomie, la sexualité est remise en cause ? Sans doute que oui et qu’ils le font par intérêt financier ? J’ai vu dans internet que tout de même, 30% des femmes opérées ne sont pas satisfaites en terme de sexualité ! Bien que ce chiffre ne soit pas certifié, il en dit quand même long…
Comment cela se fait-il que ce genre d’opération soit pratiqué encore de façon massive ?
Malgré la taille imposante ( 7 cm ) de mon fibrome, je ressentais une gêne infime (j’avais peu de saignements et lors de mes règles très douloureuses, je prenais un médicament très efficace). Mais j’ai subi l’influence de mon gynécologue et la pression de mon entourage… Combien, je regrette cette opération et de m’être laissée influencer… Tout ça par ignorance et confiance aveugle.
A part scander le « rendez-moi mon fibrome » qui ne sera certainement pas suivi d’effet, pensez-vous que je devrais revoir mon bourreau ?
Selon vous, que pourrait-il faire ? Me réopérer pour « élargir » le col ? (non merci !). Me faire faire des examens bidons ou me donner l’illusion que mon problème n’est pas irréversible ?
Ma colère est telle que je me dis que si je revois ce gynécologue, je lui ferai savoir qu’il a gâché ma vie de femme et je refuserai de le payer. Mais je crains me faire avoir encore et ne pas avoir le courage de lui faire face.
Ou plutôt pour épargner le pénible face à face : lui envoyer un courrier même s’il ne me répond pas pour qu’il sache au moins ?

Oui, Jeanne, ce serait bien d’en parler à grande échelle (TV ou journaux)… à l’instar de l’excision des filles…
Peut-être que "Ouahou" a raison : pour rééduquer le vagin, il faut pratiquer... Ah là, je reprends espoir ! Mais comment ? Quelle position ? Vu que nos partenaires ne sont pas tous des pro ou des kinés...

Merci à vous toutes d’avoir laissé vos témoignages. Ainsi je me sens moins seule.
Merci au "docteur clic" d'avoir créé ce site et qui nous permet de nous échanger.
Et merci d’avoir consacré votre temps pour lire mon post et pour votre éventuelle réponse.
Ouahou
30/03/2014, 17h02
Ou
Bonjour. J'ai subit une hystérectomie le 21 janvier.
Je n'ai jamais autan souffert de ma vie, mais en revanche je me suis sentie très heureuse car même ces terribles douleurs n'atteignaient pas mon moral : je savais qu'elles signifiaient la fin de mon calvaire!!!
Nous sommes le 30 mars et je suis encore sous anti douleur, digestion marche, tout me fait souffrir mais encore une fois cela va en diminuant et à mesure que cela diminue mon espoir augmente. Débarrassée de mon adénome, je me sens légère et mon désir sexuel à explosé !!!
Il y a deux jours j'ai eu des rapports sexuels, par derrière donc très profonds.
J'ai saigné, on a pas pu aller jusqu'au bout, ça j'avais l'impression de me déchirer en deux ! Mais à peine arrêté je brûlais encore de désir comme jamais dans ma vie avant l'opération !!!
Pendant deux jours j'ai revécu l'enfer post opératoire, mais dès que je n'ai plus mal je veux recommencer. Évidement nous ferons attention (lui sur moi à cheval sur mes jambes fermées pour que la pénétration soit moins profonde) mais il est hors de question pour moi d'arrêter, j'en ai trop envie!!!
Aujourd'hui je suis plus libre qu'avant de jouir.
Je pense que la douleur est réelle mais le désir psychosomatique car diminué chez certaines par cette douleur. Je me dis simplement que c'est normal, comme une vierge, de souffrir un peu ou beaucoup au début.
Aucune opération ne laisse de séquelles, un opération aussi lourde demande une rééducation. Il est normal de souffrir. Songez que seule la peau du vagin retient le sexe du partenaire car il n'y a plus d'utérus pour limiter les mouvements en profondeur (j'ai toujours mes ovaires) les muscles du vagin et la peau doivent s'assouplir progressivement et se renforcer pour subir de telles contraintes. Mais comment rééduquer sans pratiquer ??? L'ostéopathie peut nous aider c'est sûr, mais même une séance de Line après une opération de genoux est très douloureuse. C'est comme reprendre le sport ...
Bref le seul moyen de rééduquer c'est de pratiquer!!! Nos hommes sont nos kinésithérapeutes, à eux d'en prendre la responsabilité et à nous de nous dire que c'est un chemin normal de guérison et de ne pas laisser la douleur pourrir notre libido.
Courage à toutes et je vous souhaite bon rétablissement et heureuse vie sexuelle !!!
jeanne
21/03/2014, 16h42
je
Fanny, j'ai lu votre appel et je vous réponds. Je suis d'accord pour entrer en contact avec vous et je vous donne une adresse mail où vous pouvez m'écrire. Je vous répondrai sans faute. Je considère que j'ai été "mutilée" sexuellement par le milieu médical et non aucun des spécialistes que j'ai à l'époque consultés ne m'a fourni de réponse. Mais j'ai ressenti une gêne de leur part sur ce sujet. Je parie que de nombreuses autres femmes sont dans la même détresse. A l'époque où cela m'est arrivé j'étais jeune encore et avais une sexualité parfaite comme j'ai dit. Et tout a changé dès cette opération où on m'a dit qu'on retirait le col de l'utérus pour éviter tout risque de cancer. C'est certain je n'aurai pas ce cancer là puisque je n'ai plus aucune sexualité possible depuis 10 ans. Je pense que la douleur causée par les rapports se produit à l'endroit où j'ai été "recousue" sans doute sur des terminaisons nerveuses très sensibles. C'est irréversible.
Je voudrais pouvoir refaire ma vie avec un nouveau compagnon, cela ne me sera pas possible non plus sans sexualité ! Je n'espère plus rien de la vie. Je suis en lien avec l'émission Zone Interdite de M6 dans laquelle j'ai témoigné récemment et je voudrais les convaincre de consacrer un sujet à notre problème : toutes les femmes privées de sexualité par le milieu médical et obligées d'accepter et de se taire. Qu'en pensez vous ? Cette émission accepte que je leur fasse une proposition de sujet. Et nous pourrions témoigner en total anonymat. Je l'ai fait sur un autre sujet et ils sont très respectueux de notre anonymat. Une adresse mail pour me joindre : dar.k.eyes@hotmail.fr. Je vous donnerai mon n° de tel afin que nous puissions parler. Courage, bien à vous. PS : et en plus, depuis cette mutilation mon compagnon ne me respecte plus et a tendance à me maltraiter, ce qui augmente ma détresse.
Fannie
20/03/2014, 12h38
Fa
Bonjour, je voudrais rentrer en contact avec Jeanne afin de voir si de son côté elle a été entendu. Comment faire ?
salah
20/02/2014, 09h08
sa
Ma femme a subit une hystérectomie le 13 12 2013, J'AI PEUR DE FAIRE UN RAPPORT SEXUEL pour ne pas provoquer de douleur car psychiquement l'intervention n'est pas acceptée dès le départ. Je souffre et elle aussi à mon avis
Fannie
11/02/2014, 14h33
Fa
Opérée voie haute hystérectomie totale suite fibrome, j'avais avant une sexualité parfaite, depuis plus aucune envie.
Je voudrais retrouver cette envie étant très bien avec mon conjoint. Malheureusement, rien ne vient. Il paraît qu'on aurait dû garder les ovaires très importants pour la libido. J'ai été opérée à 55 ans. J'ai consulté plusieurs gynécos pour avoir un traitement, on me répond qu'à 59 ans, il n y a rien sinon des patchs, qui ne changent rien au manque d'envie. Cela serait à refaire, je ne ferai pas cette opération0
jeanne
06/02/2014, 06h44
je
L'hystérectomie est une catastrophe pour la sexualité. Depuis 10 ans, je n'ai plus aucune sexualité et j'en suis devenue boulimique, obèse et maintenant diabétique. Chaque rapport me causait une intense douleur dans le fond du vagin, alors que ma sexualité d'avant était très épanouie. Je ne consulte même plus les gynécologues car les examens et l'introduction du speculum me provoquent toujours la même intense douleur au même endroit.. J'ai été dans la détresse morale durant des années de la perte de ma sexualité et j'en veux beaucoup au médecin qui m'a opérée ! Il a gâché gravement ma vie ... maintenant je vis une grande souffrance morale et mon mari et moi nous disputons beaucoup pour toutes sortes de prétextes, et je me dis que le fond du problème est l'absence de sexualité que nous n'évoquons même plus jamais.
socrina
28/12/2013, 13h03
so
J'ai été opéré d'une hystérectomie totale par voie basse+pose de bandelette TOT pour incontinence d'effort le 12 décembre 2013.
Je me pose beaucoup de questions sur ma reprise de rapport. Avant quand j'en avais un, j'avais mal au fond de mon vagin, envie de faire pipi tout le temps et lourdeur dans mon bas ventre. Point positif à j+15 : plus de sensation de lourdeur dans le bas ventre et avec pose de la bandelette, plus d'incontinence. Je suis très axée plaisir (sans être nympho) et je pense que la part psychologique est super importante. Je suis très fatiguée dû à une grosse anémie due aux hémorragies de mon utérus. J'espère beaucoup de cette opération et je me dis que peut -être ça n'ira que mieux.
mum
07/12/2013, 13h00
mu
Bonjour, il y a neuf ans j'ai eu une hystérectomie totale suite à un kyste sur l'ovaire, tumeur borderline.
Je peux vous rassurer, je n'avais que 38 ans, bien sûr les douleurs m' étaient insupportables au début, mais en ce qui concerne la libido après la convalescence, c'était.... wahouuuuuuu, incroyable, une nouvelle sexualité. J'avais toujours envie, alors soyez rassurée, donnez-vous le temps et surtout gardez l'envie et ayez envie. Moi ça m'a fait découvrir plein de choses que je n'aurais fait avant. Bon rétablissement et GO, aucune crainte à avoir.
tatyanne
05/12/2013, 22h32
ta
Bonsoir, il y a 7 ans j'ai subi une hystérectomie (ovaires trompes et une partie de l'utérus), j'ai mis 3 mois et demi pour m'en remettre, et 18 mois avant de retrouver une libido.

Le premier rapport malgré une angoisse s'est bien passé, aucune douleur, sauf une sécheresse vaginale, mais avec un gel lubrifiant tout s'est bien déroulé. Les rapports étaient cependant moins fréquents.

En août de cette année, j'ai commencé à avoir des saignements. J'ai consulté mon gynéco qui décèle sur le col restant un polype qu'il n'arrive pas à ôter sur place. Le 16 septembre, il a pratiqué par voie basse l'ablation du col restant ainsi que 2 polypes. S'ensuit une abstinence de deux mois avant que les points tombent.

J'ai appréhendé le premier rapport, celui ci s'est révélé catastrophique, douleur à l'entrée du vagin, sensation d'étroitesse, de brûlure. Le lendemain, infection urinaire. Depuis, chaque rapport est douloureux avec saignements. Nous n'arrivons même pas à terminer le rapport puisque dès le début de la pénétration, c'est l'enfer malgré du gel et une crème à base d'hormone que j'introduit jusqu'au fond du vagin tous les soirs.

Cela devient déprimant de ne plus se sentir femme, amante, maitresse auprès de son conjoint comme avant.

J'ai à nouveau rendez vous le 27 décembre pour trouver peut-être un autre traitement efficace. Si vous avez des noms de traitements à me suggérer afin de les lui proposer, je suis toute ouie.
Merci par avance de vos réponses.



Plumetis
13/01/2013, 22h36
Pl
J'ai moi aussi subi une hystérectomie totale sans annexectomie le 1/02/2012. J'ai cicatrisé assez lentement (2 mois), mais les premiers rapports ont été catastrophiques (douleur très vive lors de l'orgasme). Ma vie sexuelle est aujourd'hui de plus en plus difficile. En décembre, après un rapport douloureux - toujours au même endroit - j'ai eu des saignements. Ils n'étaient pas très forts, mais rouge vif et ont tâché mes sous-vêtements. Ils ont duré assez peu de temps. Deux jours plus tard, alors que je n'avais pas eu de nouveau rapport, mais que j'avais passé beaucoup de temps debout, j'ai retrouvé à nouveau mes sous-vêtements tâchés et mon pantalon aussi. J'ai appelé mon gynéco et il m'a dit de passer une échographie et de prendre un traitement. L'échographie n'a rien révélé, mais je dois à présent voir un ostéopathe spécialisé en voie génitale.

Ce qui me paraît étrange, c'est qu'il n'y ait pas d'examen de prévu malgré cette douleur. Je pense que son diagnostic doit être que je somatise, mais la douleur est bien réelle ! Je ne sais pas ce qui se passe par là, mais j'ai toujours mal au même endroit, au fond, un peu à droite, sur l'avant du vagin. J'imagine que ce doit être pile sur la cicatrice... vu que mon utérus était dévié à droite, peut-être y a-t-il une adhérence ou quelque chose du genre. Cela fera un an bientôt, ce n'est pas normal que j'ai toujours mal et encore moins que je me mette à saigner, chose qui n'était encore jamais arrivée après un rapport...
CALLIE
14/07/2012, 11h12
CA
J'ai subi un hystéroctomie en 12/11. Depuis, lors des rapports sexuels, importantes douleurs et saignements à tel point que je ne peux plus avoir de rapports car trop douloureux. J'ai l'impression que mon vagin est devenu trop court. Après 2 visites chez le chirurgien qui considérait qu'après avoir retiré un bourgeon au niveau de la cicatrice tout rentrerait dans l'ordre, il n'en est rien. Aujourd'hui, j'envisage de consulter d'autres gynéco-chirurgiens et je suis en quête de trouver le plus approprié à ma situation. Pouvez-vous m'aider ?
Dodo
24/04/2012, 10h20
Do
L'hystérectomie ne perturbe pas la vie sexuelle

L'activité sexuelle n'est pas perturbée à la suite d'une hystérectomie. C'est ce que semble prouver une étude à grande échelle effectuée ses dernières années aux Etats-Unis, publiée en fin d'année 1999*.

Des études avaient montré que le principal souci des femmes devant subir une hystérectomie (cette intervention chirurgicale qui consiste à enlever l'utérus) pour une pathologie bénigne portait sur les conséquences de cette intervention sur leur vie sexuelle ultérieure. Les études menées sur le vécu subjectif de femmes après cette intervention étayaient cette anxiété. Selon les études en effet, 13 à 37 % des femmes mentionnaient une détérioration de leur sexualité, mais, paradoxalement, certaines femmes (16 à 47 %) remarquaient une amélioration de leur vie sexuelle.

Les chercheurs de Baltimore ont donc entrepris une étude prospective en interrogeant plus de mille femmes sur leur vie sexuelle avant et après une hystérectomie subie pour des raisons non cancéreuses. Un premier questionnaire était rempli par des enquêteurs avant l'intervention et 4 autres questionnaires 3, 6, 18 et 24 mois après. Les résultats de cette étude devraient rassurer les femmes qui ont à subir une telle intervention.

Les résultats de l'étude
Augmentation de la fréquence des rapports sexuels : Dans cette étude, la fréquence des rapports sexuels augmente après l'intervention. La moyenne des rapports sexuels avant l'hystérectomie est de 2,3 par mois , augmentant après 12 mois à 3,1 rapports sexuels par mois puis, après 24 mois, devenant à 2,9.

Moins de douleurs lors des rapports sexuels : Le pourcentage de femmes déclarant ressentir des douleurs lors des rapports sexuels passe de 40,8 % avant l'intervention à 14,9 % 24 mois après. Les femmes qui n'avaient pas de douleur lors des rapports sexuels (dysparéunie) avant l'intervention en présentent très rarement après, à l'exception de celles qui souffraient de dépression avant l'opération.

Des orgasmes plus fréquents et plus forts : Il y a une augmentation du pourcentage de femme expérimentant l'orgasme (62,8 % avant contre 71,5 % après l'intervention). De même, plus de femmes disent vivre un orgasme puissant après l'intervention.

La sécheresse vaginale est plus fréquente : La plupart des femmes qui connaissaient ce problème avant l'intervention, le retrouvent après, mais aussi 12 % de femmes qui n'avaient pas cette difficulté la présentent lors de l'interrogatoire un an après.

Ce problème dans cette étude semble corrélé au manque d'aide et de compréhension de la part du partenaire. Les auteurs pensent également, que, lors de l'intervention sur l'utérus, les ovaires subissent peut-être des dommages qui modifient légèrement l'équilibre hormonal et entraînent un manque de lubrification vaginale.

Le désir sexuel se manifeste plus souvent : Les femmes déclarent avoir plus souvent envie de relations sexuelles.

Les conclusions

Bien sûr, cette étude ne doit pas faire penser que le retrait de l'utérus pourrait améliorer la vie sexuelle de femmes en bonne santé ! Toutes les femmes opérées souffraient d'une pathologie importante mais bénigne (non cancéreuse) de l'utérus, et présentaient des symptômes invalidants : des saignements importants, des douleurs. Ces symptômes avaient sans doute des répercussions sur leur vie sexuelle. L'intervention chirurgicale les a libérées de ces troubles et ce mieux-être est vraisemblablement en lien avec l'amélioration de la sexualité.

En revanche, cette étude doit aider à prendre cette décision parfois difficile du retrait de l'utérus, en sachant que cette intervention a peu de risque d'être gênante pour la sexualité mais peut permettre de retrouver une vie sexuelle épanouie.


23 témoignages dans la rubrique cancers

  • Revivre après l'opération d'un adénome hypophysaire
    Par Ainiasss
    Le 05/11/2019 19:30:02
    Réponse(s) : 447
    Delluna: En effet, on réagit tous différemment, pas que la tête mais le corps auss ! Mon nerf optique aussi était touché par mon macro adénome de 4,5 cm, j'avais comme un voile noir devant les yeux....
    Tumeur bénigne
    Par Atomicsoda77
    Le 25/10/2019 13:50:40
    Réponse(s) : 1
    Bonjour. Comment allez vous aujourd'hui? Cordialement.
    55 ans : j'ai un cancer de la prostate
    Par TNantes
    Le 23/10/2019 18:27:52
    Réponse(s) : 31
    Merci pour les témoignages suite à mon premier témoignage en 2013 et mon opération en 2016. Je suis (60 ans maintenant) en forme tout se passe bien (sans capacité érectile) depuis mon opération. On...
    Suivi traitement adénome
    Par Melissa86
    Le 02/10/2019 09:42:42
    Réponse(s) : 1
    Bonjour vous allez mieux? Je suis en plein examen pour le même problème.
    Astrocytome et désir de grossesse
    Par Laframboiise59
    Le 14/09/2019 17:23:30
    Réponse(s) : 4
    Bonjour Je viens vers vous en espérant une réponse positive. Avez vous eu votre bébé avec cette saloperie de tumeur ? J attend avec impatience votre réponse. Cordialement


À lire aussi

  • Cancers de l'utérus
    Le cancer du col de l'utérus est une tumeur maligne qui touche : Soit le col. ...
    Cancer du col de l’utérus
    Le cancer du col de l'utérus est une maladie sexuellement transmissible liée à l'infection par le...
    Cancer du corps de l’utérus
    Il y a souvent une confusion sur le cancer de l'utérus car il y en a deux qui sont très différents: Le...
    Col de l'utérus
    Le col de l'utérus est la partie saillante de l'utérus qui pointe dans le vagin et qui est accessible...
  • Cancer de l'utérus (endomètre)
    Le cancer du corps de l'utérus est une tumeur maligne qui touche dans 90% des cas la...
    Maladies de l'utérus
    Les maladies de l'utérus sont les maladies de l'organe utérus (fibrome, tumeurs, inflammation) et de la...
    Cervicite
    La cervicite est l'inflammation du col utérin. Elle est presque toujours d'origine infectieuse.
vous avez un
problème de santé ?
Sympto Check Analyse vos symptômes et vous oriente comme un médecin
Télécharger l'application sympto check
Contactez un
professionnel de santé
Doc Consulte
Demandez un avis ou prenez un rendez-vous avec un professionnel
Télécharger l'applicationDoc consulte
Suivez votre santé et
retrouvez vos données
Dossier Santé Personnel La mémoire de votre santé
Télécharger l'application Dossier Santé Personnel
Vous cherchez un médicament homéopathique?
Iméo Check trouve le médicament homéopathique qui correspond à vos symptômes
Télécharger l'application Iméo Check

Newsletter
Tenez vous au courant des dernières
nouvelles dans le domaine de la santé
Doc Ch@at
Testez-vous
Suivi de grossesse