Accueil > Témoignages > santé au quotidien > cancers > 55 ans : j'ai un cancer de la prostate

55 ans : j'ai un cancer de la prostate



TNantes
20/02/2013, 10h22
TN
J’ai 55 ans et on vient de me dire, après un PSA au-dessus de 7 depuis 2 ans, que j'ai un cancer. On vient de me faire une biopsie (sans danger en ce qui me concerne). Cet examen a révélé un "Petit Foyer d'adénocarcinome de prostate Gleason 6" sur une biopsie moyenne droite de la prostate et sur une biopsie de la partie moyenne gauche. Il s'agit de lésions de petite taille d'un millimètre chacun». En clair, j’ai un cancer de la prostate.

La décision recommandée par les urologues est surveiller (PSA, IRM, biopsie) tous les 6 mois pour voir si la maladie évolue.
Je résume ce que j’ai pu comprendre :
• C’est une bonne chose que le diagnostic ait été fait précocement, ceci ouvre les options possibles de traitement ou de choix
• C’est une maladie à évolution lente et donc on a du temps pour intervenir.
• Qu’il se peut qu’il y ait dans 10% des cas une résorption de la maladie, et donc un traitement immédiat face aux risques de ce traitement n’est pas nécessaire.
• Comme tous les cancers, plus il est diagnostiqué tôt (ce qui semble être mon cas) , plus les chances de guérison sont élevées.....si on le traite !...ce qui ouvre la place à une contradiction…pourquoi attendre pour traiter !
• Que les traitements (rayons, ultrasons localisés, curiethérapie, chirurgie…) ne sont pas anodines et donc il n’est pas souhaitable face aux risques que représentent ces thérapies (stérilité [à mon âge ce n’est pas un problème], impuissance et baisse d’activité sexuelle, et incontinence) de se précipiter pour soigner.
• Les traitements de cette maladie sont lourds, mais ils existent, aussi il est souhaitable d’attendre avant d’y avoir recours.

A la question :
• « Que feriez-vous dans mon cas ? » Réponse « être en surveillance pendant 2 ans pour voir l’évolution. Si une évolution arrive alors il sera temps de choisir le traitement préférable ».
• « Pourquoi ne pas prendre immédiatement un traitement tel que ultrason localisé ou curiethérapie et passer à une chirurgie si la maladie revient ? » Réponse « Même ces traitements peuvent avoir des risques ; une garantie à 100% d’éviter l’impuissance et l’incontinence n’existe pas ».

Pour me rassurer mon médecin m’a dit
• « De toutes les façons si on surveille bien l’évolution vous serez guéri de ce cancer »
• De plus on peut s’attendre dans les 3 à 5 ans à une amélioration des traitements et un meilleur ciblage des techniques et donc réduire les risques liés au traitement.

Je poste ce témoignage pour partager mon expérience. Je suis bien entendu très intéressé de connaitre les expériences d’autres hommes confrontés au cancer de la prostate.

TÉMOIGNAGE PUBLIÉ EN RÉPONSE A L'ARTICLE
- Dépistage du cancer de la prostate

VOS RÉACTIONS
Besoin de vous
18/04/2017, 10h00
Be
Mesdames, Messieurs, nous vous invitons à participer à une étude scientifique en Psychologie mise en place au sein de l’Institut de Recherche en Sciences Psychologiques de l’Université Catholique de Louvain.
Cette étude concerne les couples dont le conjoint masculin, uniquement, est atteint du cancer de la prostate, de la vessie ou du colon. Plus précisément, nous souhaitons étudier la façon dont les mécanismes de gestion du stress (communication, intimité…) influencent d’autres variables psychologiques (bien-être, stress perçu…) et relationnelles (satisfaction conjugale, fonctionnement sexuel…) chez le patient et son partenaire/sa partenaire.
Si vous souhaitez participer à cette étude ou obtenir plus d’informations vous pouvez vous rendre directement sur notre site http://couple-etude.simplesite.com/ ou bien contacter le responsable de cette étude, LECAT Jean-Sébastien, sur l’adresse suivante : couple.etude@gmail.com
Nous vous remercions.
L’équipe de recherche
avis perso 01
22/11/2016, 12h11
av
Ayant subit une biopsie de la prostate vers les année 90=je voulais savoir si les toubibs vous endorment localement= car moi la toubib m'a ouvert la sortie du gros colon à vif sans aucune anesthésie pour me prélever 4 morceaux de peau de la prostate à la pince comme les dentistes dans les années 50, à la campagne !
Hyper douloureux= j'ai cru m'évanouir+sueurs froides=parti chez moi comme ça, après avoir été soigné !!= EST-CE NORMAL ?=n'y suis jamais retourné= il a fallu que j'ai très mal au ventre en 2003, pour qu'il m'opère de celle-ci !- Voilà comment les toubibs déclenchent des cancers de la prostate= en faisant tout pour qu'il ne reviennent pas passer d'examens !!= grand hôpital de Lyon !! MERCI A EUX !! =je ne sais pas si j'ai un cancer ou pas car je ne sais pas s'ils me l'ont enlevé ! =plus d'érections + diabète 2+++
TEMOIGNAGE =NE DEMANDE AUCUNE REPONSE-
marc62
04/08/2016, 10h08
ma
Merci pour ce témoignage qui me rassure un peu ! Je viens de faire une analyse de sang, mon psa est de 4.85, Je fais faire une échographie ce jour à 14 h. Un peu angoissé car des antécédent dans la famille, mon papa a été soigné pour ce cancer et guéri avec un psa de 18.
TNantes
19/02/2016, 12h37
TN
Je voudrai rajouter un point sur le choix qui doit être fait sur le type d'intervention faite pour le traitement de la prostate.

Je suis content (opération s'est bien déroulée) d'avoir choisi l'intervention chirurgicale.
En effet j'ai appris toute intervention par chimiothérapie ou radiothérapie empêche une intervention chirurgicale par la suite si nécessaire. alors que le contraire est possible.
Il faut donc bien faire attention à l'option choisie et bien en mesurer les conséquences.
TNantes
19/02/2016, 12h24
TN
bonjour, mon opération s'est bien passée. 8 jours à l'hôpital à l'issue desquels j'ai pu pu retrouver mes facultés urinaires dès que l'on m'a retiré la sonde. Je me suis retrouvé avec une belle cicatrice de 20cm allant du nombril vers le bas. 8 jours de calme chez moi avec des douleurs dans le ventre à cause de la cicatrice et maintenant j'entame ma 3eme semaine de coalescence et j'ai de moins en moins de douleurs et peut mener une vie tout à fait normale. Je reprends le travail la semaine prochaine.

Maintenant on attend les résultats de la biopsie . si la biopsie de la prostate sera évidente (cancer) reste à avoir la biopsie des tissus prélevés dans une "opération nettoyage" autour de la prostate. il est en effet important de voir si le cancer n'a contaminé les éléments autour ce qui impliquerait sans doute un traitement complémentaire (chimiothérapie) .
TNantes
04/01/2016, 12h50
TN
Bonjour, je reviens vers vous tous pour vous dire qu'avec mon urologue nous avons pris la décision de me faire opérer dans un mois. J'ai opté pour l'ablation de la prostate. Je vous tiendrai au courant des conséquences de cette ablation. en attendant ce sera 8 jours d’hôpital, 8 jours de repos complet à la maison et 8 jours de repos ; total 3 semaines.
jjohn01
21/10/2014, 14h46
jj
Bonjour, après 4 ans et demi de surveillance active, PSA stable. Je ne suis pas sur que l'Institut Montsouris soit au top. En effet, pour l'instant il propose souvent des curiethérapies, pas de focal one pour l'instant...
Moi
10/09/2014, 15h07
Mo
Votre taux de PSA a baissé. Tant mieux. Votre cancer n'est en tout cas pas foudroyant, ce qui semble correspondre à ce que votre médecin vous avait indiqué. Vous pouvez consulter d'autres urologues ou lui faire confiance. En dire plus serait dépasser mes compétences. Bonne chance !
TNantes
10/09/2014, 12h47
TN
MERCI pour vos conseils. Je viens de recevoir le résultat de mon analyse de PSA, il est à 8,2 versus 11,25 fin mai. Quelle peut être la signification de cette baisse de PSA ? Je dois voir mon urologue dans les jours qui viennent .
Moi
02/09/2014, 13h37
Mo
T.N., Bravo pour votre sage décision. Faire l'autruche n'a jamais éclairé notre lanterne. Il est temps de dédramatiser les inconvénients d'une judicieuse intervention en mesurant le danger qu'il peut y avoir si on attend. Une fois que les petits crabes sortent de la capsule, il devient bien difficile de les saisir... Bon courage et confiance. !
TNantes
02/09/2014, 11h44
TN
Moi, merci pour vos conseils. Je suis tout à fait conscient de la nécessité d'agir. Je refais une batterie de tests la semaine prochaine .....je verrai bien ce que l'on me conseille.
Moi
29/08/2014, 11h07
Mo
TN, Malgré cette mode d'attendre, à mon sens il vaut mieux agir au plus vite en ciblant bien la chose. Le risque de métastases n'est pas négligeable. Par contre, je ne suis pas médecin et je sais qu'il y a eu des progrès dans le traitement. Un plus grand choix de façons de soigner. Mais, vous verrez que personne ne vous dirigera dans une voie unique et évidente. Vous êtes en tout cas trop jeune pour prendre des risques inconsidérés de perdre la vie !
TNantes
29/08/2014, 10h36
TN
Granyne73, merci pour votre nouvelle réponse à mon témoignage d'il y a un an. Je vais suivre vos conseils. En effet la faculté de médecine reste très floue et pas consensuel sur le traitement préférable.
Merci.
Granyne73
28/08/2014, 12h48
Gr
Bonjour TN, avant d'envisager une intervention (ablation de la prostate), je ne saurais trop vous conseiller d'avoir l'avis d'un spécialiste de l'Institut MONTSOURIS à PARIS. Ce sont les meilleurs dans ce domaine particulier et ils font tout pour préserver la capacité érectile. L'opération n"est envisagée qu'en dernier recours et le plateau technique, lors de l'intervention, est très performant. Il existe effectivement d'autres solutions mais le traitement hormonal fait chuter le taux de testostérone, donc la libido. Bien qu'étant une femme, je connais ces problèmes (mon père et mon frère qui est suivi à l'Institut MONTSOURIS par le Docteur ROZET). Prenez plusieurs avis car certains urologues sont encore interventionnistes et ne tiennent pas trop compte des effets indésirables de cette intervention, traumatisante pour un homme. Bon courage à vous et gardez le moral.
TNantes
27/08/2014, 22h39
TN
"Moi", merci pour ces éclaircissements . Manifestement vous avez fait le bon choix assez rapidement. Je pense que je vais devoir très prochainement faire aussi un choix d'intervention et les risques collatéraux (incontinence, libodo) m'inquiètent également. Votre témoignage me sera très utile.
Merci
Moi
26/08/2014, 13h55
Mo
TNantes, merci d'avoir réagi à mon message. Si je peux vous être utile, tant mieux. Pour répondre à vos interrogations, j'ai décidé par moi-même d'utiliser les rayons car je n'avais pas envie d'être "endormi" pour subir une intervention chirurgicale. Il y avait en outre quelques doutes quant à l'état de certaines zones voisines... On m'a d'abord donné des anti-hormones assez longtemps avant les premiers rayons. J'en ai profité pour partir en vacances avec mon épouse (là, j'étais paradoxalement plus excité que jamais sexuellement...)! Au moment où mon taux de PSA est passé de 4 à 7 (en quelques semaines, car ce taux de 4 (environ) était lui-même nettement plus élevé qu'un ancien précédent), on m'a fait une biopsie qui nous a révélé le problème. Mon urologue m'a proposé de m'opérer, mais je ne possédais pas d'assurance privée assez élevée pour qu'il me pratique lui-même la chose, d'où ma décision de passer par les rayons (le système tel qu'il fut employé) était relativement nouveau à l'époque). On m'a fait des marques au bas du ventre, et c'est de là qu'on bombardait ma prostate (en évitant si possible les zones permettant l'érection). Les anti-hormones ne m'ont été administrés que deux fois. Mes cheveux fonçaient, repoussaient, mais je commençais à déprimer de ne plus avoir envie de faire l'amour. Quand on a cessé de m'administrer ces anti-hormones, j'ai repris goût à la vie. Voilà. Vous savez tout. Ou presque !
TNantes
26/08/2014, 12h53
TN
Merci "moi" pour votre réponse à mon témoignage. Votre expérience est très encourageante. Je ne me suis pas encore fait opérer, on surveille pour le moment mon évolution de PSA. Vous a-t-on proposé d'autres solutions d'intervention à part les rayons ? Les rayons c'était votre choix ? Au bout de combien de PSA élevé vous a-t-on fait subir le traitement ?
Merci.
Moi
26/08/2014, 11h07
Mo
Je suis né en 1943. Le 11 janvier 2008, j'avais un adénocarcinome prostatique, Gleason 3+3=6, détecté dans le lobe droit et un adénome 3+4=7 dans le lobe gauche (après biopsie ordonnée quand mon taux de PSA avait atteint 7). On m'a fait des rayons, dans un centre d'oncologie. Aujourd'hui même, bientôt 7 ans après cette intervention sans douleur et en ambulatoire, mon PSA est à 0,36 et je me porte comme un charme. J'ai toujours plaisir à faire l'amour et mes érections demeurent correctes. J'éjacule simplement avec un certain retard. J'ai besoin parfois de me (faire) masturber après l'amour pour assouvir pleinement mon désir jusqu'au bout. Je n'ai eu aucun problème urinaire, mais j'ai bien observé le conseil de boire un bon demi-litre d'eau une heure avant chaque séance. Un inconvénient mineur : des capsules de Zoladex placées sous la peau avaient précédé et suivi les séances. C'est ce que j'ai le moins bien supporté. J'avais l'impression de perdre tout désir. J'espère que mon témoignage encouragera quand même bien les patients atteints du même mal que j'ai connu et qui, j'espère, n'est plus qu'un noir souvenir. C'est d'angoisse que j'avais alors surtout souffert... J'aime tant l'amour et la vie !
granyne73
06/12/2013, 09h42
gr
Bonjour, bien qu'étant une femme, je suis concernée car mon frère a un état pré-cancéreux de la prostate. Je ne saurais que vous recommander une surveillance "rapprochée" sans intervention lourde d'emblée. Le taux de PSA n'est plus considéré comme un "marqueur" définitif du cancer de la prostate. Mon frère est suivi par le Docteur Rozet de l'Institut Montsouris qui est toujours classé au Top pour le traitement de ce type de cancer. Cet Institut est spécialisé et très pointu dans ce domaine. Je sais qu'il est très difficile psychologiquement de vivre avec ce risque mais les traitements évoluent et sont de plus en plus "ciblés". Je vous souhaite un bon moral et courage et confiance pour l'avenir.
TNantes
05/12/2013, 18h17
TN
Bonjour, je voulais ajouter à mon témoignage précédent.
Nouvelle ponction il y a 10 jours (PSA toujours à 9). 12 points de prélèvements et les résultats sont "négatifs".
Je pensai que c'était une bonne nouvelle. Mon urologue m'a dit que c'était simplement "une nouvelle" qui n'est ni bonne ni mauvaise; les résultats négatifs de la ponction indiquent que là où elles ont eu lieu il n'y a de traces de cancer. Toutefois cela ne donne pas plus d'indication sur la progression ou la stabilisation des points de cancer qui ont été détectés lors des précédentes ponctions.
Il faut attendre de nouveau 6 mois en espérant que l'évolution sera lente ......
Mon urologue m'a par ailleurs dit qu'il avait d'autres patients dont un qui avait un PSA à 40 et qui n'avait rien et un autre avec un PSA de 4 et qui était en phrase terminale de son cancer. Allez comprendre !
riad
24/09/2013, 17h23
ri
Lire attentivement le livre "Touche pas à ma prostate", ton urologue t'a donné le bon conseil (pour une fois !).
jjohn01
19/08/2013, 13h08
jj
Dans mon précédent message, j'ai oublié de préciser que je suis également suivi par le Dr Rozet (même si j'ai fait l'IRM à la Pitié pour avoir une IRM multi paramètrique) que je recommande vivement ainsi que tout le personnel de l'Institut Montsouris pour leur gentillesse et efficacité.
jjohn01
17/08/2013, 19h12
jj
Bonjour. Cancer de la prostate détecté en mars 2010. Gleason 3+3 sur 2 carottes de 5mm (12 prélevements). PSA à 6/7. Je suis en surveillance active. J'ai changé mon alimentation. Depuis plus de 3 ans, pas d'évolution de PSA. IRM en juillet 2013 à la Pitié. Une lésion inférieure à 7mm. Pas d'autre anomalie. Le premier chirurgien voulait m'opérer (clinique des Forges à Paris 8eme). J'espère que mon témoignage servira. Je vous conseille le site ANAMACAP....
eboulet
08/03/2013, 11h42
eb
Vous avez de la chance de ne pas consulter des urologues interventionnistes à tout prix et proposant une chirurgie risquée. Le cancer de la prostate pose de nombreux problèmes. Son évolution est si lente que généralement il ne devient pas une maladie ( mois d'1 fois sur 10 ) . D'où l'idée de surveillance active. De plus il n'est pas vraiment démontré que les interventions chirurgicales donnent de meilleurs résultats que l'abstention thérapeutique, et ce au prix de séquelles parfois graves. C'est pour cela que le dépistage n'est pas recommandé: Faible évolution et incidence élevée de la maladie, traitement lourd et dangereux mais sans garantie d'efficacité. Certains cancérologues et épidémiologistes pensent que le mieux est de ne rien faire sauf changer son mode vie.
calva
04/03/2013, 12h45
ca
Je vous remercie pour ce témoignage qui correspond très exactement, en tous points à ce que mon médecin m'a préconisé.
j'ai 53 ans et vais surveiller cela de près.
Faites de même et bonne chance,
TNantes
22/02/2013, 17h46
TN
Merci, pour réponse. En effet cela ne semble pas évident, comme me l'a dit mon urologue. Merci en tout cas pour votre longue et sympathique réponse . Et peut-être à bientôt.
granyne73
22/02/2013, 13h41
gr
Bonjour TNantes
Comme vous pouvez vous en douter, je ne suis pas une professionnelle de la santé mais simplement un témoin, ayant accompagné mon frère et ma belle-soeur dans cette épreuve. Sachez que mon frère devait être opéré (ablation de la prostate) il y a 4 ans. Le Docteur ROZET de l'INSTITUT MONTSOURIS a décidé de refaire un réexamen des cellules de sa biopsie et a décidé d'annuler l'intervention la veille. Depuis, mon frère est sous surveillance. Les résultats de ses biopsies sont évaluées en P.I.N. (prostatic intra-épithélial néoplasia - terme technique) déclinés en PIN1 - PIN2 - PIN3. Il s'agit, en l'occurence, de cellules présentant des atypies nucléaires et donc susceptibles d'évoluer en cellules cancéreuses. Son taux de PSA n'est toujours pas actuellement "dans la norme" et est au-dessus. Au niveau des traitements, si le cancer est localisé, il y a le traitement par ultrasons focalisés pratiqué à l'Institut Montsouris. D'autres traitements existent (hormonothérapie par injection d'Enantone) mais vous êtes beaucoup trop jeune pour cela car ce traitement supprime la testostérone (plus de libido et perte musculaire) et est réservé aux hommes âgés. Je vous conseille d'aller sur le site de l'Institut Montsouris et si vous avez des questions à poser vous pouvez les adresser à la Secrétaire du Docteur ROZET : Email : nadege.rousseau@imm.fr. Se sont les meilleurs de France dans cette spécialité et il vaut mieux, devant vos inquiétudes légitimes, que vous ayez un autre avis (confirmation ou infirmation du diagnostic). Sachez aussi que les biopsies effectuées à MONTSOURIS sont vérifiées deux fois et représentent un prélèvement à 15 endroits différents.
Je sais que tout ceci est traumatisant l'ayant vécu de près avec mon frère. J'espère avoir répondu (tout au moins partiellement) à vos questionnements. Bon courage à vous et (peut-être) à bientôt.
TNantes
21/02/2013, 17h45
TN
Merci "granyne73" pour votre témoignage. Dans le cas de votre frère : Qu'entendez vous par pré-cancéreux ? Qu'ont révélé les biopsies ? Quel est le niveau de PSA dans lequel son PSA fluctue ?

Ce que je ne veux pas c'est de passer à côté d'une "solution" qui permettrait de prévenir le mal plutôt que de me retrouver dans 2 ans avec un PSA important (je suis d'accord avec vous, le PSA ne veut rien dire) et une tumeur qui a quadruplé ...et alors on m'opère en catastrophe. Alors si aujourd'hui il existe des processus, des thérapies pas trop intrusives, je suis intéressé de récolter des témoignages comme le vôtre pour suivre de près ce qui se fait.

Merci beaucoup !
granyne73
21/02/2013, 11h41
gr
Je vous livre mon témoignage car mon frère, âgé de 65 ans, a un état pré-cancéreux de la prostate depuis l'âge de 60 ans. Il est sous surveillance rapprochée (3 biopsies - taux de PSA qui augmente et diminue). Il est suivi à l'Institut MONTSOURIS à PARIS qui est ce que l'on fait de mieux au niveau cancer de la prostate (chirurgien qui opère assisté par un robot - équipe médicale à l'écoute et ayant une approche très humaine, etc...) et pas de dépassement d'honoraires. L'intervention (ablation de la prostate) n'est plus systématique contrairement aux années passées. Le taux de PSA qui est un "marqueur" ne détermine plus à 100% l'intervention. Les traitements "préventifs" chirurgicaux, même bien effectués, ne sont pas sans séquelles, donc prudence !! Vous êtes jeune et comme vous le soulignez, ce type de lésion cancéreuse est d'évolution lente. Bon courage à vous et gardez le moral.


81 témoignages dans la rubrique cancers

  • Astrocytome et désir de grossesse
    Par Laframboiise59
    Le 14/09/2019 17:23:30
    Réponse(s) : 4
    Bonjour Je viens vers vous en espérant une réponse positive. Avez vous eu votre bébé avec cette saloperie de tumeur ? J attend avec impatience votre réponse. Cordialement
    Revivre après l'opération d'un adénome hypophysaire
    Par lek
    Le 10/07/2019 00:33:44
    Réponse(s) : 438
    Bonsoir à toutes et à tous, je suis un homme, opéré en 2011 d'un adénome hypophysaire. Je prends des médicaments de substitution et je vis très bien. Bon courage à vous tous!
    Rapports sexuels après une hystérectomie
    Par Tigris
    Le 05/06/2019 09:58:06
    Réponse(s) : 208
    Bonjour, je me suis fait opéré d'une chirurgie abdominale il y a 3 ans, tout c'est très bien passé, pas de douleur, rien, mais depuis je n'ai plus envie de faire l'amour! Je voulais savoir si s'était...
    Suivi traitement adénome
    Par titak962
    Le 07/03/2019 18:32:57
    Réponse(s) : 0
    Bonjour. En juillet 2018, on détecte un taux de prolactine important puis le scan révèle l'adénome. Placée sous dostinex avec des effets secondaires handicapant pour ma part et insupportable,...
    Macro adénome hypophysaire
    Par dolodu54
    Le 18/01/2019 07:48:10
    Réponse(s) : 2
    Bonjour Mo, Comment allez vous maintenant?


À lire aussi

  • Cancer de la prostate
    Le cancer de la prostate est la présence de cellules malignes dans le tissu de la prostate.
    Traitement du cancer de la prostate
    Les traitements du cancer de la prostate sont essentiellement la chirurgie, la radiothérapie,...
    Prostate
    C'est une glande sexuelle de l'homme, située juste sous la vessie et a pour but de participer à la...
    PSA
    Le PSA, ou antigène spécifique de la prostate, est une protéine fabriquée seulement par la prostate....
  • Toucher rectal
    C'est un examen simple, non traumatisant, qui se pratique avec l'index (le petit doigt chez l'enfant)...
    Maladies de la prostate
    Les maladies de la prostate sont essentiellement des inflammations et des tumeurs.
    Dépistage du cancer du sein en fonction des facteurs de risque
    La Haute Autorité de Santé (HAS) a publié en mars 2014 de nouvelles recommandations concernant le...
vous avez un
problème de santé ?
Sympto Check Analyse vos symptômes et vous oriente comme un médecin
Télécharger l'application sympto check
Contactez un
professionnel de santé
Doc Consulte
Demandez un avis ou prenez un rendez-vous avec un professionnel
Télécharger l'applicationDoc consulte
Suivez votre santé et
retrouvez vos données
Dossier Santé Personnel La mémoire de votre santé
Télécharger l'application Dossier Santé Personnel
Vous cherchez un médicament homéopathique?
Iméo Check trouve le médicament homéopathique qui correspond à vos symptômes
Télécharger l'application Iméo Check

Newsletter
Tenez vous au courant des dernières
nouvelles dans le domaine de la santé
Doc Ch@at
Testez-vous
Suivi de grossesse