Accueil > santé au quotidien > grippe > que faire en cas de grippe aviaire ?
À LIRE AUPARAVANT

Grippe aviaire

Définitions

Si la grippe aviaire se développe en France, 3 phases vont se succéder :

  • La phase prépandémique sans transmission d'homme à homme. C'est celle que nous vivons actuellement et qui dure depuis Décembre 2003.
  • La phase prépandémique avec transmission interhumaine d'un nouveau virus H5N1 et un nombre limité de cas humains. Ce n'est pas le cas en France, mais cela a été le cas en Asie du Sud-Est.
  • La phase pandémique : le nouveau virus se transmet d'homme à homme et se répand sur la planète.

L'attitude des médecins et de celle du public dépendra de la phase dans laquelle on se trouvera.

 

Source : Ministère de la Santé et des Solidarités (Octobre 2005)

Phase prépandémique sans transmission interhumaine

C'est la phase actuelle.

Le rôle du public

La personne qui est en première ligne pour donner l'alerte, c'est la personne elle-même. Son premier rôle est de s'informer de façon à connaître les signes et le contexte où ils apparaissent.

Il faut en particulier savoir ce qu'est un "cas possible".

 

Un cas est dit "possible", s'il présente les caractéristiques suivantes :

  • Premier cas : personne présentant une fièvre supérieure à 38°, avec toux et le cas échéant une gêne respiratoire. Cette personne doit revenir d'un pays où sévit la grippe aviaire, dont on trouve la liste actualisée sur www.sante.gouv. De plus elle doit avoir eu durant les 7 jours précédant le début des signes un contact prolongé ou répété ou rapproché à moins d'1 mètre avec des volatiles vivants ou morts ou avec leurs fientes, ou encore avec une personne ayant été reconnue pour avoir attrapé la grippe aviaire.
  • Deuxième cas : une personne ayant une grippe banale en apparence et au cours de laquelle une gêne respiratoire brutale survient. De plus elle revient depuis moins de 7 jours d'un pays où sévit la grippe aviaire, dont on trouve la liste actualisée sur www.sante.gouv.

Si une personne se trouve dans l'un ou l'autre de ces cas, elle doit impérativement :

  • Appeler le 15 et répondre précisément aux questions qui lui seront posées.
  • Rester chez elle. 
  • Ne pas se rendre à l'hôpital.

Le rôle des médecins

D'une manière générale

Les médecins seront amenés à prendre en charge plusieurs millions de cas sur une durée maximale de 3 mois.  Ils doivent dès maintenant s'équiper :

  • de masques FFP2 (ou à défaut FFP1) et de masques chirurgicaux pour les personnes atteintes.
  • De lunettes de protection, ou à défaut de lunettes de vue ou de soleil dont le but est de protéger les yeux des postillons et des gouttelettes de salives des personnes atteintes.
  • De sacs poubelles en plastique, se fermant hermétiquement
  • De gants plastique jetables
  • De solution hydroalcoolique.

Au cas où un cas possible est détecté

Tous les appels suspects concernant la grippe aviaire seront centralisés par le Centre 15. En fonction des signes cliniques et du risque que présente la personne, le cas est décrété possible ou non.

Si le cas est jugé "possible", le rôle des professionnels de santé sera le suivant :

  • Se rendre chez la personne en s'étant muni du matériel de protection (masque FFP2, lunettes de protection, gants plastiques , sac poubelle, solution hydroalcoolique).
  • Effectuer un prélèvement de gorge muni de ce matériel.
  • De se désinfecter les mains à la sortie de la chambre de la personne avec une solution hydroalcoolique dès la fin de son examen et dès la fin du prélèvement.
  • et de désinfecter tout son matériel (stéthoscope, etc.) dès la fin de son examen avec une lingette alcoolisée.
  • De déposer le prélèvement au lieu prévu à cet effet.

Le Centre 15 signalera le cas à la DDASS (Direction départementale des Affaires Sanitaires et Sociales).  La DDASS et l'Institut de Veille Sanitaire (InVs), enquêteront alors sur tous les sujets en contact avec ce cas.

 

La décision

  • En fonction de la gravité de l'état de la personne, une hospitalisation sera envisagée ou non.
  • Quoi qu'il en soit, le traitement curatif précoce par Tamiflu* sera effectué une fois le prélèvement effectué et sans attendre les résultats. Ce traitement devra intervenir dans les 48 premières heures après le début des symptômes.
  • En cas de maintien à domicile, la personne et son entourage devront respecter des mesures d'hygiène très strictes. La personne devra être suivie jusqu'à sa guérison. Elle doit appeler le 15 immédiatement si son état s'aggrave.

Quand faut-il hospitaliser ?

Les critères d'hospitalisation fixés par les médecins sont les suivants :

Chez l'adulte

  • Troubles de la vigilance, désorientation, confusion
  • Température inférieure à 35° ou de 40° et plus
  • Respiration supérieure à 30/mn
  • Pouls supérieur à 120/mn
  • Tension artérielle maxima inférieure à 9
  • Impossibilité d'isoler la personne dans une pièce

Chez l'enfant

  • Difficultés pour s'alimenter
  • Mauvaise tolérance à la fièvre
  • Signes de déshydratation
  • Troubles de la vigilance (somnolence).
  • Gêne respiratoire
  • Enfant de moins de 3 mois
  • Impossibilité d'isoler la personne dans une pièce

Conseils pour la personne maintenue à domicile

Dès le début des symptômes, la personne devra être absolument isolée dans une pièce où elle est seule. Ses contacts avec l'entourage devront être limités et protégés.

La personne doit respecter des règles d'hygiène strictes :

  • Se couvrir la bouche si elle tousse, et se laver les mains aussitôt après.
  • Se couvrir le nez lors des éternuements, puis se laver les mains
  • Se moucher avec des mouchoirs à usage unique, et après mouchage, le jeter dans une poubelle recouverte d'un couvercle. Puis se laver les mains. Même attitude pour les crachats.

Conseils pour l'entourage

  • Aérer régulièrement la pièce plusieurs fois par jour.
  • Se désinfecter les mains avec une solution hydroalcoolique ou du savon, après chaque contact avec le malade.
  • Appeler le 15 en cas d'aggravation de l'état de la personne.

Phase prépandémique avec transmission interhumaine limitée

Ce n'est pas le cas actuellement en France. C'est une phase intermédiaire au cours de laquelle la situation a évolué : quelques cas de grippe aviaire ont été signalés, et la transmission d'homme à homme est certaine.

Si nous en venons à cette situation, c'est là que tout se jouera. En effet, s'il y a transmission interhumaine possible, une personne infectée est capable d'infecter aussitôt son entourage, les cas se multiplient et la maladie se répand comme une traînée de poudre. L'obsession dans ce cas doit être d'éviter la transmission.

Le rôle du public

La situation étant celle d'un épidémie, toute grippe est potentiellement un cas possible. Est donc potentiellement suspecte d'avoir attrapé la grippe aviaire une personne qui a :

  • Une fièvre supérieure à 38°
  • avec de la toux
  • Et une gène respiratoire.

Dans ce cas, il faut appeler le Centre 15 pour évaluation.

 

Le rôle des médecins

A domicile

Le Centre 15 évaluera s'il s'agit d'un cas possible ou non. En fonction des signes cliniques et du risque que présente la personne, le cas est décrété possible ou non.

 

Si le cas est jugé "possible", le rôle des professionnels de santé sera le suivant :

  • Se rendre chez la personne en s'étant muni du matériel de protection (masque FFP2, lunettes de protection, gants plastiques , sac poubelle, solution hydroalcoolique).
  • Effectuer un prélèvement de gorge muni de ce matériel.
  • De se désinfecter les mains à la sortie de la chambre de la personne avec une solution hydroalcoolique dès la fin de son examen et dès la fin du prélèvement.
  • et de désinfecter tout son matériel (stéthoscope, etc.) dès la fin de son examen avec une lingette alcoolisée.
  • De déposer le prélèvement au lieu prévu à cet effet.

Le Centre 15 signalera le cas à la DDASS (Direction départementale des Affaires Sanitaires et Sociales).  La DDASS et l'Institut de Veille Sanitaire (InVs), enquêteront alors sur tous les sujets en contact avec ce cas.

 

Au cabinet

Si la personne est vue au cabinet du médecin, et que celui-ci suspecte un cas possible, son attitude sera la même que vue précédemment. Mais à cela devront s'ajouter les mesures suivantes :

  • Aérer la salle d'attente et la salle d'examen
  • Nettoyer avec une lingette alcoolisée tout le matériel utilisé, mais aussi les objets touchés par le malade (poignées de porte, accoudoirs, etc.)
  • Jeter dans une poubelle plastique hermétiquement fermée tous les mouchoirs ou linges utilisés par le malade
  • Eliminer le sac plastique avec les déchets d'activité de soins à risque (DASRI).

La décision

  • En fonction de la gravité de l'état de la personne, une hospitalisation sera envisagée ou non.
  • Quoi qu'il en soit, le traitement curatif précoce par Tamiflu* sera effectué une fois le prélèvement effectué et sans attendre les résultats. Ce traitement devra intervenir dans les 48 premières heures après le début des symptômes.
  • En cas de maintien à domicile, la personne et son entourage devront respecter des mesures d'hygiène très strictes. La personne devra être suivie jusqu'à sa guérison. Elle doit appeler le 15 immédiatement si son état s'aggrave.

Quand faudra t-il hospitaliser ?

Les critères d'hospitalisation fixés par les médecins sont actuellement les suivants :

Chez l'adulte

  • Troubles de la vigilance, désorientation, confusion
  • Température inférieure à 35° ou de 40° et plus
  • Respiration supérieure à 30/mn
  • Pouls supérieur à 120/mn
  • Tension artérielle maxima inférieure à 9
  • Impossibilité d'isoler la personne dans une pièce

Chez l'enfant

  • Difficultés pour s'alimenter
  • Mauvaise tolérance à la fièvre
  • Signes de déshydratation
  • Troubles de la vigilance (somnolence).
  • Gêne respiratoire
  • Enfant de moins de 3 mois
  • Impossibilité d'isoler la personne dans une pièce

Conseils pour la personne maintenue à domicile

Dès le début des symptômes, la personne devra être absolument isolée dans une pièce où elle est seule. Ses contacts avec l'entourage devront être limités et protégés.

La personne doit respecter des règles d'hygiène strictes :

  • Se couvrir la bouche si elle tousse, et se laver les mains aussitôt après.
  • Se couvrir le nez lors des éternuements, puis se laver les mains
  • Se moucher avec des mouchoirs à usage unique, et après mouchage, le jeter dans une poubelle recouverte d'un couvercle. Puis se laver les mains. Même attitude pour les crachats.

De plus des mesures d'isolement devront être faites de façon très stricte. Le médecin veillera à cela.

Enfin, la personne devra en cas contact avec son entourage porter obligatoirement un masque chirurgical.

Conseils pour l'entourage

  • Aérer régulièrement la pièce plusieurs fois par jour.
  • Se désinfecter les mains avec une solution hydroalcoolique ou du savon, après chaque contact avec le malade.
  • Appeler le 15 en cas d'aggravation de l'état de la personne.

Si c'est le cas, un médecin sera envoyé sur place pour prélèvement de gorge.

 

De plus, diverses mesures seront prises :

  • L'entourage devra limiter les contacts avec le malade et porter un masque chirurgical pour entrer dans la chambre de celui-ci.
  • Les objets courants de la personne devront être nettoyés au savon et à l'eau chaude.
  • Les déchets ménagers (masques chirurgicaux et mouchoirs) devront être enfermés dans un sac plastique hermétiquement fermé.
  • Le Tamiflu sera également prescrit pour toutes les personnes en contact avec le malade.

Phase pandémique

  • Impossible à l'heure actuelle de savoir quels seront les signes précis de la grippe qui se déclarera car ils dépendront du virus.
  • Les signes seront donc connus et le diagnostic assez simple à poser par la simple évaluation téléphonique ou internet.
  • Il en sera de même de la notion d'hospitalisation ou de maintien à domicile.
  • Le prélèvement ne sera pas nécessaire puisque le virus sera parfaitement connu et identifié.
  • La vaccination ne sera malheureusement pas possible puisqu'il faut 6 mois pour fabriquer un vaccin à partir de la souche qui sera isolée.
Termes associés : grippe de oiseaux - H5N1 - grippe -
L'information ci-dessus apporte les éléments essentiels sur ce sujet. Elle n'a pas vocation à être exhaustive et tout comme les conseils, elle ne peut se subsister à une consultation ou un diagnostic médical.
À lire aussi


Publicité

TÉMOIGNAGES SUR CE THÈME

Soyez le premier à témoigner sur le thème "Que faire en cas de grippe aviaire ?"TÉMOIGNEZ

Article créé, modifié ou vérifié par
Médecin généraliste, sexologue

Dernière mise à jour, le 11/11/2017
vous avez un
problème de santé ?
Sympto Check Analyse vos symptômes et vous oriente comme un médecin
Télécharger l'application sympto check
Contactez un
professionnel de santé
Doc Consulte
Demandez un avis ou prenez un rendez-vous avec un professionnel
Télécharger l'applicationDoc consulte
Suivez votre santé et
retrouvez vos données
Dossier Santé Personnel La mémoire de votre santé
Télécharger l'application Dossier Santé Personnel
Vous cherchez un médicament homéopathique?
Iméo Check trouve le médicament homéopathique qui correspond à vos symptômes
Télécharger l'application Iméo Check

Newsletter
Tenez vous au courant des dernières
nouvelles dans le domaine de la santé
Doc Ch@at
Testez-vous
Suivi de grossesse