Accueil > santé au quotidien > diabète > poids chez le diabétique non insulino-dépendant, diabète de type 2 ou dnid
Poids chez le diabétique non insulino-dépendant, diabète de type 2 ou DNID

Poids chez le diabétique non insulino-dépendant, diabète de type 2 ou DNID

À LIRE DANS CET ARTICLE

Principe

Le diabétique insulino-dépendant (diabète de type 2 ou DNID) est le plus souvent en surpoids. La réduction de ce poids fait partie du traitement. Le plus souvent, une perte de 4 à 5 kg est suffisante, il est inutile d'essayer de faire suivre à un patient un régime hypocalorique draconien. L'objectif est de revoir et modifier ses habitudes alimentaires, de sorte qu'il puisse avoir une alimentation dite "équilibrée" au quotidien.


Perdre du poids

C'est indispensable et cela fait partie du traitement. Tout dépend de l'IMC .

  • Si l'IMC est supérieur ou égal à 30, la réduction de l'alimentation est absolument indispensable.
  • Si l'IMC est compris entre 25 et 30, la réduction de l'alimentation est fortement conseillée.

Autre élément à prendre en considération, la répartition de la masse grasse . Elle peut être

  • "gynoïde" (culotte de cheval, mais tour de taille conservé)
  • ou "androïde" (taille épaissie).

L'âge compte aussi pour la perte de poids : chez le sujet âgé, la décision de la mise en route d'un régime se prend avec le médecin traitant.

Stratégie de perte de poids

  • La perte de poids doit être réaliste, c'est à dire accessible sans que la contrainte soit trop forte. Elle dépend donc de chacun.
  • Ce qui compte, c'est surtout la durée. L'objectif est le maintien à long terme. La perte de poids initiale ne doit pas dépasser 6 mois.
  • Dans la plupart des cas, une perte de 5 à 15% du poids maximal atteint est à la fois possible et entraîne des bénéfices pour la santé.
  • Une perte de poids de 20% et plus n'est envisageable que si la personne et son médecin tombent d'accord pour entreprendre un chemin qui peut être long et difficile à supporter psychologiquement.
  • Lorsque l'obésité est importante, éviter son aggravation peut constituer un objectif réaliste.
  • On sait que les régimes modérément restrictifs ont de meilleurs résultats à long terme et provoquent moins d'effets secondaires que les régimes sévères. De plus ils sont mieux tenables psychologiquement et compatibles avec les exigences de la vie de tous les jours.


page : 123
Termes associés : diabète non insulino-indépendant - imc - alimentation du diabétique -
L'information ci-dessus apporte les éléments essentiels sur ce sujet. Elle n'a pas vocation à être exhaustive et tout comme les conseils, elle ne peut se subsister à une consultation ou un diagnostic médical.
À lire aussi


Publicité

TÉMOIGNAGES SUR CE THÈME

Soyez le premier à témoigner sur le thème "Poids chez le diabétique non insulino-dépendant, diabète de type 2 ou DNID"TÉMOIGNEZ

Article créé, modifié ou vérifié par
Médecin généraliste

Dernière mise à jour, le 02/11/2013
vous avez un
problème de santé ?
Sympto Check Analyse vos symptômes et vous oriente comme un médecin
Télécharger l'application sympto check
Contactez un
professionnel de santé
Doc Consulte
Demandez un avis ou prenez un rendez-vous avec un professionnel
Télécharger l'applicationDoc consulte
Suivez votre santé et
retrouvez vos données
Dossier Santé Personnel La mémoire de votre santé
Télécharger l'application Dossier Santé Personnel
Vous cherchez un médicament homéopathique?
Iméo Check trouve le médicament homéopathique qui correspond à vos symptômes
Télécharger l'application Iméo Check

Newsletter
Tenez vous au courant des dernières
nouvelles dans le domaine de la santé
Doc Ch@at
Testez-vous
Suivi de grossesse