Accueil > santé au quotidien > vaccinations > vaccination : des réponses à vos questions
Vaccination : des réponses à vos questions

Vaccination : des réponses à vos questions

Pourquoi modifier le calendrier vaccinal tous les ans ?

Les recommandations sont reconsidérées régulièrement en tenant compte de l'évolution épidémiologique de chaque infection prévenues par des vaccins, de la mise à disposition de nouveaux vaccins (+ efficaces ou mieux tolérés ou mieux associés), de l'âge le plus approprié pour leur application. Le calendrier vaccinal est un compromis soigneusement pesé tenant compte de tous ces éléments, notamment pour l'immunisation du nourrisson.

Qu'est-ce qu'un vaccin, comment agit-il ?

En administrant un vaccin, qui est un microbe (ou une partie du microbe) rendu inactif ou atténué, notre organisme apprend à le reconnaître et se prépare à s'en défendre.
Notre système immunitaire garde en mémoire le portrait-robot du microbe (1) et peut être activé s'il le rencontre: on parle alors de mémoire immunitaire, c'est ce qui fait que l'on est immunisé (protégé) contre tel agent infectieux ou telle maladie (2).
Pour acquérir une immunité de base, plusieurs injections du vaccin sont souvent nécessaires surtout chez le petit nourrisson (par exemple, deux injections à deux mois d'intervalle avec rappel moins d'un an après). Par la suite, l'immunité doit être entretenue par la pratique de rappels réguliers afin de maintenir une protection suffisante et durable (3,4).

(1)Les entreprises du médicament (LEEM). Dossier de presse. Les vaccinations et les rappels de vaccination : des étapes essentielles du parcours santé des Français. 7 mars 2012.
(2) Les entreprises du médicament (LEEM). La vaccination, comment ça marche ? www.leem.org/article/vaccination-comment-ca-marche
(3) Planète vaccination. La vaccination, pourquoi ? 2013.
(4) Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH). Le Calendrier des vaccinations et les recommandations vaccinales 2013 selon l'avis du Haut Conseil de la santé publique. 19 avril 2013 / n°14-15.

Quelle est l'efficacité d'un vaccin ?

Les vaccins ont contribué à la réduction spectaculaire du nombre de personnes malades et de décès provoqués par des maladies infectieuses (1) :

• On estime que la vaccination a contribué, depuis 1950, à diviser par 30 ou plus la mortalité due à certaines d'entre elles (1). Elle a d'ailleurs permis en France d'éliminer des maladies comme la diphtérie ou la poliomyélite (1).
• En 1980, la variole, une affection contagieuse aiguë potentiellement mortelle, a été déclarée éradiquée suite à une campagne de vaccination mondiale menée par l'Organisation Mondiale de la Santé (2).
• Entre 2000 et 2011, les décès par rougeole dans le monde ont chuté de 71% grâce à la vaccination anti rougeoleuse (3).

(1) Les entreprises du médicament (LEEM). Dossier de presse. Les vaccinations et les rappels de vaccination : des étapes essentielles du parcours santé des Français. 7 mars 2012.
(2) Organisation mondiale de la Santé (OMS). Thèmes de santé. Variole. www.who.int/topics/smallpox/fr/
(3) Organisation mondiale de la Santé (OMS). Rougeole. Aide-mémoire n°286. Janvier 2013.
www.who.int/mediacentre/facsheets/fs286/fr/

A combien estime-t-on le nombre de personnes vaccinées en France ?

Tout vaccin confondu, on peut estimer que le taux de couverture vaccinal en France est autour de 85% alors qu'il devrait atteindre 95 %(1). Le problème réside essentiellement dans les taux de couverture par famille de vaccins.

(1)INVS – 20 novembre 2012

A combien estime-t-on le nombre de décès évités en France par la vaccination ?

Impossible de répondre globalement à cette question dans la mesure où les vaccinations modifient l'épidémiologie des maladies. Il faudrait faire maladie par maladie en comparant pour chacune d'entre elles avant et après vaccination. Exemple : avant 1992, date de l'introduction du vaccin, il y avait 600 cas par an de méningites à Haemophilus b chez l'enfant de moins de 5 ans, avec une mortalité de l'ordre de 10%. En 2000, il y avait 20 cas dont la moitié chez des enfants non vaccinés.

Certaines personnes utilisent un vaccin homéopathique contre la grippe. Est-il aussi efficace qu'un vaccin allopathique ?

Je ne sais pas ce que c'est qu'un vaccin homéopathique (dilution infinitésimale d'un antigène ?). Aucune étude n'est à ma connaissance publiée sur l'efficacité d'un vaccin se dénommant homéopathique dans une maladie. Il faudrait démontrer qu'une telle substance administrée à une population la protège vis-à-vis de cette maladie par rapport à une population qui a reçu un placebo à la place du vaccin et si possible dans des conditions dites de double aveugle, c'est-à-dire que le prescripteur ne sait pas ce qu'il donne (le vaccin ou le placebo), et le sujet ne sait pas ce qu'il reçoit (vaccin ou placebo). Il faudrait que dans ces conditions qu'après la levée de l'aveugle (on sait alors qui a reçu quoi), il y ait dans le groupe « vacciné » moins de personnes malades que dans le groupe placebo, avec une différence statistiquement significative. C'est une méthodologie utilisée pour les vaccins non homéopathiques.

Quelles seraient vos recommandations pour améliorer la couverture vaccinale des jeunes enfants et des adolescents en France ?

Si l'on se penche sur la couverture vaccinale des enfants jusqu'à l'âge de 7 ans, et d'après l'enquête publiée en juin 2013 dans Archives de Pédiatrie, qui compare l'état vaccinal des nourrissons et des jeunes enfants français entre 2011 et 2008, on constate une couverture vaccinale globalement assez bonne et une amélioration sensible. Ces résultats témoignent d'une situation beaucoup plus favorable que chez les adolescents (1) dont la couverture vaccinale est très insuffisante.

Les raisons de ce désamour sont simples et elles ne sont pas là où on les attend. On entend souvent dire que les ados se rendent peu chez le médecin. C'est faux, nous avons pu constater que lors d'une enquête effectuée fin novembre début décembre 80% des adolescents avaient rendu visite à un médecin dans les 3 mois précédents essentiellement pour se faire des certificats médicaux.

Tout contact médical avec un adolescent devrait faire l'objet d'une vérification des mises à jour des vaccins. Je suggère d'ailleurs que le médecin puisse vacciner l'adolescent immédiatement lorsque cela est possible (et avec accord parental pour les mineurs) car il faut également penser à faciliter le travail des professionnels de santé.

(1) Gaudelus J, et al. Med Mal Infect 2013, 43, 49-51

Y a-t-il une résurgence de certaines maladies en raison d'un faible taux de vaccination ?

Un bon taux de couverture diminue significativement la propagation de certaines maladies infectieuses. Comme nous l'a montré la rougeole ces dernières années, son caractère très contagieux nécessite un taux de couverture de plus de 95% si on veut interrompre la circulation du virus. Ce taux n'est pas encore atteint en France, contrairement à certains pays du nord de l'Europe qui ont éliminé la rougeole depuis plus de 10 ans. Au-dessous de ce seuil, la maladie est susceptible de se propager à nouveau, et c'est exactement ce qui s'est passé dans notre pays où 3 vagues épidémiques entre 2008 et 2011 ont été responsables de 24 000 cas déclarés de 30 encéphalites et de 10 morts. Lorsque les autorités recommandent des vaccins, il faut le faire non seulement pour soi mais aussi pour les autres !

Quels peuvent être les effets indésirables d'un vaccin ?

Certains vaccins peuvent provoquer de la fièvre, ou des douleurs au point d'injection, mais ces réactions sont en général bénignes et moins fréquentes que les complications liées aux maladies contre lesquelles les vaccins protègent. Ces effets indésirables peuvent être diminués par des traitements appropriés. Les complications graves sont rares.

Quelles sont les contre-indications à la vaccination ?

Dans certaines situations, un vaccin peut être contre-indiqué ou nécessiter des mesures de précaution particulières destinées à diminuer encore le risque d'effets indésirables.

- Pour tous les vaccins, en cas de maladie bénigne ou de fièvre, il suffit de retarder la vaccination de 1- 2 semaines.
- Une allergie grave à l'une des substances contenues dans le vaccin ou l'apparition d'une réaction allergique grave après une dose de vaccin sont des contre-indications à effectuer ou poursuivre la vaccination. En cas de réaction allergique bénigne (urticaire), la vaccination peut être poursuivie avec des précautions particulières.-
- Lors de maladie neurologique non définie et évolutive (par exemple spasmes infantiles, épilepsie non contrôlée, encéphalopathie progressive), la vaccination est recommandée dès que le statut neurologique est mieux défini et stabilisé. La vaccination est possible voire recommandée lorsque, aux yeux du médecin et des parents, la vaccination ne représente pas de risque supplémentaire mais protège d'une maladie potentiellement grave.
- Pour les vaccins vivants atténués contre rougeole-oreillons-rubéole, varicelle ou fièvre jaune, la vaccination doit être évitée chez les femmes enceintes (une contraception est nécessaire pendant un mois après chaque dose de vaccin).
- La vaccination par un vaccin vivant est contre-indiquée chez les malades dont le système immunitaire est déficient (immunodéficience cellulaire, infection avancée à VIH….ou qui prennent un traitement immunosuppresseur). (1)

(1)Infovac-France – Contre-indications vaccinales.

Quelle est l'importance du rappel vaccinal ?

Le rappel est très important surtout lorsque la vaccination est effectuée très tôt dans la vie de l'enfant. Les bébés naissent avec un système de défense plus faible qui progressivement va s'améliorer. Il faut plusieurs injections et un ou des rappels pour stimuler sa mémoire immunitaire et rétablir la protection car son taux d'anticorps aura tendance à diminuer. Pour éviter les infections graves, il est donc fondamental d'effectuer les rappels (en particulier chez les moins de 2 ans).

En quoi consiste la simplification du calendrier vaccinal 2013 ? Quelles conséquences selon vous sur la couverture vaccinale ? Peut-elle favoriser le passage à l'acte ?

Nous constatons que cette simplification est bien réelle et devrait avoir pour conséquence une meilleure couverture vaccinale. Dans les grandes lignes, on peut retenir pour les enfants et les adolescents :
- La suppression de l'injection à 3 mois pour le DTPCa HIb (Diphtérie/Tétanos/Poliomyélite/ Coqueluche/ HIb) passant à 2 injections à 2 et 4 mois et 1 rappel avancé à 11 mois comme pour les vaccins contre les infections invasives à pneumocoque et l'hépatite B ramené également à 11 mois,
- le RRO à 12 mois au même moment que le méningocoque C quelque soit le mode de garde avec une seconde injection entre 16 et 18 mois,
- le rappel de la coqueluche est à faire à 6 ans et à 11-13 ans combiné au DTP,
- le vaccin anti HPV recommandé entre 11 et 14 ans avec rattrapage possible jusqu'à 19 ans.

Concernant les adultes, les nouveautés proposées dans le calendrier devraient également simplifier la mémorisation des rappels qui nécessitait auparavant des calculs. Chaque adulte devra savoir que les rappels des vaccins contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite sont nécessaires à 25, 45, 65 ans, âge auquel il faut ajouter la grippe, tous les 10 ans. A l'âge de 25 ans, il ne faudra pas oublier le rappel de la coqueluche également. Après 65 ans, les rappels se font à nouveau tous les 10 ans. Ceci est dû à une diminution de l'efficacité du système immunitaire à partir de cet âge.
L'information ci-dessus apporte les éléments essentiels sur ce sujet. Elle n'a pas vocation à être exhaustive et tout comme les conseils, elle ne peut se subsister à une consultation ou un diagnostic médical.
À lire aussi


Publicité

TÉMOIGNAGES SUR CE THÈME

Soyez le premier à témoigner sur le thème "Vaccination : des réponses à vos questions"TÉMOIGNEZ

Article créé, modifié ou vérifié par
Pédiatre

Dernière mise à jour, le 12/01/2014
vous avez un
problème de santé ?
Sympto Check Analyse vos symptômes et vous oriente comme un médecin
Télécharger l'application sympto check
Contactez un
professionnel de santé
Doc Consulte
Demandez un avis ou prenez un rendez-vous avec un professionnel
Télécharger l'applicationDoc consulte
Suivez votre santé et
retrouvez vos données
Dossier Santé Personnel La mémoire de votre santé
Télécharger l'application Dossier Santé Personnel
Vous cherchez un médicament homéopathique?
Iméo Check trouve le médicament homéopathique qui correspond à vos symptômes
Télécharger l'application Iméo Check

Newsletter
Tenez vous au courant des dernières
nouvelles dans le domaine de la santé
Doc Ch@at
Testez-vous
Suivi de grossesse