MENU / RECHERCHE
docteurclic se construit chaque jour avec vous. Rejoignez nous sur
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON, cliquez pour vérifiez
VOUS RECHERCHEZ
MON DOSSIER SANTÉ
Publicité
Accueil > santé au quotidien > chirurgie > anesthésie générale

Anesthésie générale

À LIRE DANS CET ARTICLE
Anesthésie générale
À LIRE AUPARAVANT

Anesthésie

Point de départ

L'anesthésie générale est la plus ancienne technique d'anesthésie. Elle consiste à injecter par voie intraveineuse un produit anesthésiant qui va agir directement sur le cerveau au niveau des centres de réception de la douleur et de la conscience .

À lire éventuellement pour mieux comprendre

X

Anesthésie générale en vidéo


Anesthésie générale Il existe différents types d'anesthésie : l'anesthésie générale, l'anesthésie locale ou loco régionale et la péridurale pour ne parler que des plus connues. Cette vidéo a pour objectif de présenter l'anesthésie générale standard.

Le principe

Une opération est réalisable idéalement sur une personne :

  • Endormie et ayant totalement perdu conscience (c'est la narcose).
  • Ne ressentant plus aucune douleur (c'est l'analgésie).
  • Et incapable d'effectuer le moindre mouvement (c'est la paralysie obtenue par curarisation qui permet un relâchement musculaire absolu).

Avec les progrès techniques, certaines interventions peuvent bénéficier d'autres modes d'anesthésie: loco-régionale, péridurale, neuroleptanalgésie.


Certains hôpitaux se mettent à utiliser dans certaines conditions l'hypnose (lhypnose médicale n'ayant rien à voir avec l'hypnose spectacle, le patient doit participer activement )

La consultation préopératoire

L'anesthésiste va vous interroger longuement pour connaître vos antécédents médicaux et chirurgicaux, vos allergies éventuelles. Puis il va vous examiner et demander une prise de sang. Il pratiquera également un électrocardiogramme pour évaluer le fonctionnement de votre coeur. Le contact avec l'anesthésique est important. Ne négligez aucun renseignement qui pourrait lui être utile pour déterminer comment vous endormir.

L’admission

On vous hospitalisera la veille ou le matin même de l'opération. Il faudra impérativement être à jeun, de façon à ce que le contenu de votre estomac ne reflue pas dans vos poumons. L'infirmière vous donnera éventuellement un sédatif ou vous fera une injection intramusculaire pour vous détendre. Vous êtes prêt à passer au bloc.

Durant l’intervention

On va vous mettre en place un petit cathéter (petite aiguille en plastique) dans une veine du bras. Puis l'anesthésiste injectera l'anesthésiant. À peine le temps de compter jusqu'à 3 et vous êtes endormi(e).

En général pour les interventions courtes, on vous met en place dans la bouche une petite canule (sorte de petit tuyau recourbé et plat en plastique rigide) qui permet d'appuyer sur votre langue et d'éviter qu'elle obstrue le passage de l'air. Pour les interventions plus longues ou selon le type d'anesthésique employé, on vous fera une intubation (introduction dans la gorge d'un tuyau rond et plus long qui va descendre beaucoup plus bas jusque dans votre larynx).


Pendant toute la durée de l'intervention, l'anesthésiste surveillera votre tension, votre pouls et votre respiration. La présence d'un flacon de sérum glucosé qui passe dans votre veine permet d'injecter tous les médicaments possibles en cas de problème et de maintenir votre état : endormi, inconscient, relâché musculairement, coeur et respiration régulière. Autour de vous se trouvent tous les appareils de réanimation nécessaires : un respirateur artificiel si besoin, un défibrillateur pour votre coeur, une surveillance sous scope (écran qui montre en permanence votre électrocardiogramme). Tout cet arsenal n'est que rarement employé car la quasi totalité des interventions se passe sans le moindre problème en raison de la qualité des anesthésiques et de la consultation de l'anesthésiste obligatoire.


page : 12

publicité


Termes associés : opération - examen - cerveau - douleur -
L'information ci-dessus apporte les éléments essentiels sur ce sujet. Elle n'a pas vocation à être exhaustive et tout comme les conseils, elle ne peut se subsister à une consultation ou un diagnostic médical.

Publicité
Publicité


TÉMOIGNEZ
TÉMOIGNAGES SUR CE THÈME (1)

  • Faiblesse après coloscopie
    Par marie
    Le 17/01/2015 17:34:42
    Réponse(s) : 3
    Vertige atroce après coloscopie et fibro sous anesthésie générale, douleur au bas ventre, grande faiblesse, petite tension 8.5/9.5 et 10.6 qui varie. Je précise que j'ai eu mes règles à Noël 2014 le...

Article créé, modifié ou vérifié par
Médecin généraliste traumatologie sportive
Dernière mise à jour, le 04/08/2016


À LIRE AUSSI

  • Anesthésie
    Toutes les anesthésies répondent au même principe : interruption de la transmission de la douleur d'un...
    Anesthésie loco-régionale
    L'anesthésie loco-régionale est une technique consistant à bloquer la sensibilité par injection d'un...
  • Anesthésie locale
    L'anesthésie locale est une technique consistant à bloquer la sensibilité à un niveau local, donc sans...
    Anesthésiques
    Ces médicaments permettent une diminution voire une disparition totale de la sensibilité.
  • Anesthésie péridurale
    L'anesthésie péridurale est une technique d'anesthésie loco-régionale dont le principe est d'injecter un...
    Trouble de la sensibilité
    Il existe une grande variété de troubles de la sensibilité. Lorsque le sens du toucher est diminué, on...
    Réanimation : spécialité médicale
    La réanimation ne consiste pas seulement à  réveiller  des personnes ayant perdu conscience, ou dans...

|


Publicité
publicité
Vous souhaitez rejoindre nos partenaires, alors n'hésitez plus contactez-nous
VOIR NOS PARTENAIRES
DOCTEUR CLIC est un service
CONDITIONS GÉNÉRALES DES SERVICES, D'UTILISATION ET DE VENTE DES APPLICATIONS ET SERVICES DE SANTÉ ASSISTANCE (CGSUV)
INFORMATIONS LÉGALES | CONTACT@SANTEASSISTANCE.COM | 167 AVENUE DE WAGRAM, 75017 PARIS | COPYRIGHT SANTÉ ASSISTANCE 2017