MENU / RECHERCHE
docteurclic se construit chaque jour avec vous. Rejoignez nous sur
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON, cliquez pour vérifiez
VOUS RECHERCHEZ
MON ESPACE SANTÉ ?
Accueil > psy > psychologie > surmenage

Surmenage

À LIRE DANS CET ARTICLE
Surmenage

Définition

Le surmenage, ce n'est pas seulement  en faire trop  ou mal supporter le stress. On peut très bien être surmené en ayant une activité pratiquement nulle, mais morne et répétitive.

Ce mot regroupe donc bien des situations.

Ce qu'il se passe

Comment se manifeste t-il ?

  • Au début, on ressent une simple fatigue qui  colle à la peau  et que le repos soulage de plus en plus difficilement.
  • Puis, cette fatigue s'intensifie et touche les activités de plus en plus simples que l'on faisait auparavant sans le moindre effort. Tout devient pesant, contraignant.
  • À un degré de plus, la perturbation devient plus profonde, touchant le sommeil lui-même : on dort mal, donc on récupère moins. Le cercle vicieux est installé. La fatigue peut atteindre un seuil tel qu'on ne parvient plus à dormir.

Comment évolue-t-il ? Quel en est le risque ?

Sombrer dans une sorte d'état vague : la déprime. Ce n'est pas encore la dépression, mais elle peut y mener. C'est ainsi qu'apparaissent :

  • Un manque de forme physique et intellectuelle avec des idées noires et un découragement intense, le matin surtout.
  • Des maux de tête, des malaises diffus, des troubles du sommeil, une irritabilité, etc.
  • Pas d'amélioration par le sommeil ou le repos. Bref, c'est la  déprime qui impose de consulter .

Les divers surmenages

Impossible de tous les passer en revue. D'une manière générale, on peut dire que ce qui entraîne le surmenage, c'est moins l'excès d'activité que la monotonie et la répétitivité de cette activité qu'elle qu'en soit la nature : le surmenage d'un gardien qui reste assis toute la journée peut être ressenti de la même façon que celui d'un Golden Boy à la Bourse de Tokyo.

La fatigue des femmes :

  • Notre société s'est transformée, mais les structures ne sont pas encore suffisamment adaptées pour que les femmes puissent assumer leur vie familiale, sexuelle et professionnelle, qu'elles travaillent ou restent au foyer.
  • Il y a également la fatigue de la grossesse : jambes lourdes, prise de poids, insomnies, nausées, vomissements suffisent à expliquer un surmenage. Même chose pour l'allaitement ou la prise trop prématurée du travail. tout cela sans compter la petite dépression qui peut survenir après la grossesse et qui majore le tout.
  • Enfin, la fatigue de la ménopause : la baisse du  climat hormonal  qui s'ensuit entraîne une baisse du tonus physique et psychique qui rend plus vulnérable à la fatigue, donc... au surmenage. Heureusement que dans ce domaine les traitements hormonaux rétablissent le juste équilibre.

Le surmenage des enfants

  • Cela peut sembler étonnant, mais le surmenage des enfants fait son apparition, certains d'entre eux ayant de véritables emplois du temps de ministre, dès le plus jeune âge : activités scolaires bien sûr, mais aussi cours de renforcement ou d'acquisition de compétences complémentaires (langues étrangères par exemple), sports parfois de compétition, cours de dessin, de musique, etc.
  • La conséquence pour certains enfants dont les parents demandent en plus de résultats peut être le développement d'une hyperactivité dangereuse pouvant les conduire à une anxiété importante, voire à une dépression larvée.
  • Il est donc nécessaire de comprendre que l'enfant est un être en construction, qui a besoin de sommeil, de jeux, et d'ouverture, mais aussi de rêves, d'ennui, et de temps passé à ne rien faire.

Fatigue du matin :

  • Nuit trop courte ou avec un cycle du sommeil interrompu.
  • Perspective d'une journée à  problèmes . Prise de somnifères qui prolongent leur effet la journée.
  • Une hypotension orthostatique : chute de tension lors du passage rapide à la station debout.

Cette fatigue matinale peut être le seul signe d'appel d'une dépression débutante ou d'une psychasthénie (fatigue psychique). Il faut consulter.

Fatigue du lundi :

  • Même principe que celui de la fatigue du matin : perspective d'une  semaine à problèmes . Week-end harassant (trop de sport ou d'activité physique, ou  fête du samedi soir  sans récupération).
  • Mais à l'inverse, cela peut être une difficulté à reprendre le travail après un week-end morne, vide et sans intérêt.

Fatigue de certaines heures :

  • À certaines heures, on ressent un passage à vide, très majoré en cas de surmenage : l'hypoglycémie de 11 heures du matin (petit déjeuner expédié). Celle de 17 heures de même origine. Fatigue de l'après repas : digestion pénible. Fatigue du soir. Celle-ci est normale, ce serait un comble...

Fatigue d'immobilité :

  • Celle que nous évoquions tout à l'heure : gestes répétitifs et activité quasi nulle. Absence de responsabilité. Poste sans décision. Positions musculaires figées, etc.

Fatigue du sportif :

  • Préparation, entraînement, sommeil, alimentation insuffisants.
  • Manque de dosage de l'effort par rapport à ses possibilités.
  • Effort trop prolongé.
  • Manque de boisson.


Termes associés : fatigue - insomnies - concentration - dépression -
L'information ci-dessus apporte les éléments essentiels sur ce sujet. Elle n'a pas vocation à être exhaustive et tout comme les conseils, elle ne peut se subsister à une consultation ou un diagnostic médical.


TÉMOIGNAGES SUR CE THÈME

  • Education enfants et extrême fatigue
    Par Mymylili
    Le 12/08/2014 21:03:15
    Réponse(s) : 0
    Bonjour, je suis maman de 3 enfants en bas âge rapprochés (5 ans et demi, 4 ans et 20 mois). Cela fait 4 ans que ma vie à commencé à virer au cauchemar après la naissance de mon 2ème enfant qui a...
    Manque de sommeil
    Par imed
    Le 21/06/2014 17:41:11
    Réponse(s) : 0
    J'ai un manque de sommeil.
    Fatigue intense
    Par Laura (psychologue)
    Le 09/12/2013 17:02:31
    Réponse(s) : 1
    Bonjour, vous semblez avoir besoin d'aide et de soutien. Cette situation est trop lourde à porter pour vous toute seule. La fatigue physique s'ajoute à la fatigue nerveuse. Je vous recommande d'en...

|


Article créé, modifié ou vérifié par
Docteur Alain Potier
Médecin généraliste
Dernière mise à jour, le 28/05/2010

À LIRE AUSSI


|
Publicité

Publicité



Publicité
Vous souhaitez rejoindre nos partenaires, alors n'hésitez plus contactez-nous
PARTENAIRES
 
sites de notre réseau : lebonchien.fr - lebonchat.fr